Star Wars - L'Aube du Crépuscule

Saison 6 - Dissimulation / Jeu de rôle et espace détente sur forum sur le thème Star Wars
 
Bienvenue sur l'Aube du Crépuscule voyageur égaré, ce forum est cependant fermé. Nous vous invitons à consulter nos partenaires en espérant trouver le forum qui vous convienne.

Partagez | 
 

 Home sweet Home - Solo

Aller en bas 
AuteurMessage
Darth Anachor
Seigneur Sith
Seigneur Sith
avatar

Masculin
Nombre de messages : 199
Age : 28
Titre : L'Ermite
Humeur : Equanime en apparence...
Date d'inscription : 07/03/2015

Feuille de personnage
Allégeance: Nouvel Ordre Sith de Krayt
Rang: Mystique Sith
Niveau de combattant: 4

MessageSujet: Home sweet Home - Solo   Mar 7 Juil - 11:42

Spoiler:
 


La planète ocre. Le monde-crypte. Haut lieu de la Sith et de ce que les faibles ne se lassaient toujours pas de nommer le Côté Obscur. Remettre les pendules à l'heure faisait partie des tâches que le Seigneur Anachor s'était attribuées. Mais à chaque jour suffisait sa peine, et l'Anzat savait que le temps jouait contre ses adversaires. Des siècles, oui, des siècles qu'il arpentait la Galaxie, s'escrimait contre ses mystères pour les débrouiller. Et il était loin d'être un vieillard. Oh oui, l'avènement d'un régime spirituel inédit se ferait de son vivant, et il en serait le chantre.

Les rêves récents du Sith étaient peuplés de rumeurs étranges et inintelligibles. Voix susurrant des mots dont l'écho se répercutait sans relâche dans son esprit, même en veille, et parasitant ses méditations, stases, extases et rituels privés habituels. Il connaissait également des absences marqués par des successions de flashs, d'images d'anciens lieux oubliés, qu'il n'avait pas arpenté depuis des décennies. Il ne s'en souvenait quasiment pas, lorsque tout semblait retourner à la normale. Mais il n'était ni un novice dans la Sith, ni un benêt. Il lui répugnait de l'admettre, mais il lui fallait bien se faire une raison. Il n'avait aucun doute quant à l'origine de ce qu'il fallait bien considérer comme un appel.

Korriban. Si il était un lieu dans l'univers qui focalisait l'attention, les rancunes, les avidités des quelques centaines de Sith qui se terraient dans cette région reculée, c'était évidemment celui-ci. Dromund Kaas avait succédé à Ziost comme capitale historique de l'Ordre, mais cela ne changeait rien à l'affaire : la planète aux mille ruines symbolisait leur Confrérie mieux que toute autre.

Il aurait été bien malaisé pour un observateur extérieur de se faire une idée de la haine, de la frustration, de la fureur qui couvaient dans les esprits et les coeurs des membres du Nouvel Ordre, toutes positions hiérarchiques confondues par ailleurs. Avoir été dépossédés de cet emblème, qui était dans le même temps le suprême lieu de pèlerinage des Sith, et leur monde d'initiation par excellence, rendait ces derniers fous de rage, et il ne se passait pas un jour sans que l'un d'entre eux ne réitère une énième fois le voeu d'être le principal acteur de la libération de Korriban.

Mais, parmi les Seigneurs, nul n'était plus sensible, ceci dit, à cette amputation sacrilège que Darth Anachor. Célèbre pour ses penchants pour la mystique et son affinité avec l'antique Sorcellerie Sith, il avait déjà vécu de longues années sur cette planète, y avait passé de longues périodes d'ascèse, de méditation, y avait même connu des extases. La communion avec les mannes des grands anciens, grâce à l'exploration des nexus du monde, lui était d'autant plus nécessaire, que c'était là bas qu'il avait connu sa véritable initiation, l'on pourrait même dire son baptême, en tant que membre de l'Ordre.

Les secrets immémoriaux de Korriban l'appelaient particulièrement, il le sentait. Aussi, quelques semaines après son retour de l'exil passé sur Dromund Kass suite à l'humiliation de Nal Hutta, il avait décidé de se livrer à une entreprise particulièrement risquée : y revenir. Préparer le terrain pour la proche reconquête du monde, et également se reconnecter avec les puissantes énergies de ce lieu saint. Il était bien conscient des difficultés de cette audacieuse équipée. Mais il savait qu'il devait y retourner, que quelque chose se jouait là bas qui le concernait particulièrement, que la planète elle-même devait lui communiquer une information. Il ne pouvait négliger la puissante attraction spirituelle à laquelle il était sujet.

Convaincre ses équipiers de préparer le vaisseau pour le monde-crypte avait déjà en soit constitué une épreuve, une sinécure, même. Le débat avait duré plusieurs jours, et il lui avait paru stupide de recourir à l'argument d'autorité auprès de compagnons aussi fidèles. Mais il avait fini par les faire rendre à sa raison. Aussi le Purple Dart, qui avait l'avantage de ne s'être jamais rendu sur ce monde, et de n'être guère, à la connaissance de l'Anzat, répertorié dans les tables de données de la Fédération, avait-il été affrété.

L'arrivée sur Korriban ne fut pas sans causer une grande émotion au Seigneur Sith. Voire reparaître au loin, à travers le cockpit, la surface ocre de la planète, suffit à l'apaiser quelque peu : sa consommation de tabac de carabbaba avait doublé, depuis qu'il avait été frappé des phénomènes mentaux qui l'avaient décidé à venir. Agaçant tout le monde par sa nervosité, son revirement psychique avait abasourdi ses partenaires, qui comprenaient, à présent, l'importance de ce lieu pour l'Anzat.

Il avait été décidé, évidemment, de ne pas emprunter un itinéraire linéaire depuis Ziost, mais de tracer un grand arc de cercle, par petits sauts, de sorte à finalement emprunter les couloirs classiques pour les voyageurs issus des territoires de l'Alliance et de l'Empire. Par chance, Anachor disposait de notions d'archéologie avancées, glanées au fil de ses périples du temps de sa vie de solitaire errance, auxquelles il avait adjointes ses talents de comédien et de diplomate.

Compte tenu de l'endroit qu'il comptait explorer, il se doutait que le système entier était très étroitement surveillé, et plus encore les environs proches de la planète crypte elle-même. Éviter soigneusement les checkpoints qu'empruntaient tous les voyageurs, même avec un vaisseau muni de dispositifs de furtivité avancés comme le Purple Dart, eut été la meilleure manière d'attirer l'attention de la surveillance pointue exercée par les agents fédéraux.

Aussi, il avait décidé de se faire passer pour un amateur d'art freelance, devenu antiquaire depuis peu, et souhaitant se livrer à quelques affaires sur Korriban. C'était une activité peu courue, mais les quelques personnes qui se rendaient habituellement sur la planète s'y adonnaient quasiment toutes. Aristocrates ou grands bourgeois, ils avaient profité de ce petit commerce sur lequel la Fédération fermait plus ou moins les yeux, pour trafiquer les reliques et oeuvres dont Korriban regorgeait encore.

Ayant adopté le profil de ces gens qu'il méprisait souverainement, Anachor avait réussi à traverser les réseaux de douanes et relais de surveillance, qui étaient pléthore sur le monde ocre. Aussi, était-il parvenu à poser son vaisseau au spatioport principal. Depuis deux jours, il arpentait donc le sol de la planète sainte, et avait réussi à déjouer la surveillance des quelques agents présents dans les principaux centres établis par la Fédération, pour s'introduire dans le secteur de la Vallée des Seigneurs Noirs.


Un serrement de coeur sincère le prit lorsqu'il déambula lentement au sein du lieu le plus important, mais aussi le plus dangereux, de la planète. Temples rebâtis et depuis dévastés, cratères et statues antiques délabrées...le paysage piteux qui s'étendait devant lui le remplit d'une indignation farouche mêlée d'une envie, plus encore que de vengeance, de justice. Il se sentit empli d'une sainte colère, et se promit de contribuer plus que nul autre à redresser les monuments antédiluviens qui avaient subi les saccages des hommes et les outrages du temps.

Sans s'en rendre compte, il s'oublia jusqu'à s'ouvrir complètement aux étranges ambiances, et aux puissantes énergies qui parcouraient fébrilement la surface du monde ocre. La rumeur chuintant des formules inconnues, et émettant des appels au coeur même de sa consience, reprit de plus belle : bientôt, elle s'éleva en un concert de voix assaillant son esprit d'une succession quasi-hystérique de mots prononcés en Ancien Sith, défilant trop vite pour qu'il puisse les reconnaître et les décoder...puis, un blanc se fit dans sa tête, et il s'évanouit.


Dernière édition par Darth Anachor le Mar 14 Juil - 8:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Darth Anachor
Seigneur Sith
Seigneur Sith
avatar

Masculin
Nombre de messages : 199
Age : 28
Titre : L'Ermite
Humeur : Equanime en apparence...
Date d'inscription : 07/03/2015

Feuille de personnage
Allégeance: Nouvel Ordre Sith de Krayt
Rang: Mystique Sith
Niveau de combattant: 4

MessageSujet: Re: Home sweet Home - Solo   Jeu 9 Juil - 17:17

Durant ce qui lui parut une éternité, le Seigneur Anachor demeura suspendu à la lisière du monde spirituel d'où l'appelaient des formes de vie immatérielles, tantôt primitives, tantôt dont la sophistication témoignait de leur passé de Sith...livré à la torture subtile de voir son esprit empli d'une sorte de brouillard cotonneux, lequel affaiblissait sa résistance à l'agression permanente que les esprits mauvais exerçaient contre lui, il lui semblait être condamné à végéter dans une sorte de douce démence.

Soudain, un gigantesque flash se fit dans sa conscience, accompagné au bout d'un temps par un ricanement moqueur. Lorsqu'il rouvrit les yeux, le corps ravagé par une douleur cuisante, et l'esprit comme éclaté en mille morceaux, il se rendit compte qu'il s'était étalé sur le sol poussiéreux de Korriban. Allongé sur le dos, sentant qu'il s'était possiblement cassé quelque chose dans sa chute, il finit, en plissant les yeux, par distinguer une forme noire, silhouette massive le surplombant et tenant dans ses mains un objet longiligne sur lequel la lumière du soleil se reflétait.

Il lui fallait quelques secondes pour discerner que ce que l'inconnu examinait soigneusement, faisant tourner lentement l'objet mystérieux entre ses mains, n'était autre qu'un sabre laser. Lorsque l'individu sembla réaliser que Anachor avait repris connaissance, il mit un genou en terre, et passa son visage directement au dessus de celui de l'Anzat. Ce dernier aperçut alors un vieil homme hirsute et sale, dégageant une odeur méphitique. Un Mirialan à peau vert pâle, dont les yeux fauves le fixaient intensément. En ricanant, l'individu barbu et passablement négligé finit par se relever, tenant fermement le sabre dans sa main droite.

Commençant à paniquer, le Seigneur Sith sentit qu'il lui manquait quelque chose, et fouillant son flanc droit, il constata avec horreur que son arme avait disparu. Son vis-à-vis passa alors devant l'astre solaire qui entravait sa vue, et il reconnut son propre sabre laser dans celui que le vieil homme exhibait triomphalement, tel un trophée. Etouffant un juron, Anachor s'appuya sur ses coudes pour se relever, et toute son échine se raidit alors sous la douleur. En grognant, l'Anzat retomba piteusement à terre, mais pas pour longtemps.

En effet, il sentit soudainement une pression se créer autour de sa gorge, pour la compresser brutalement. Soulevé dans les airs, le souffle coupé, il était à la merci du vieux Mirialan qui, avec un rictus mauvais, tendait le bras vers lui dans un authentique exercice de l'Etranglement de Force. Larmes aux yeux, se débattant vainement, le corps comme profondément percé par milles aiguilles, le Sith fit de son mieux pour réfléchir à la parade qu'il lui fallait exécuter. Qui que fut son adversaire, il maîtrisait suffisamment la Force pour avoir su briser les défenses de l'Ermite, et tenir un Seigneur à sa merci, ce qui, même sous le coup de la chance et de la surprise, constituait en soi un exploit.

Projeté soudainement à plusieurs mètres par une poussée de Force, l'Anzat roula misérablement dans la poussière, à l'ombre impitoyable des quelques statues Sith de l'ancien temps qui tenaient encore debout, et semblaient le toiser avec un suprême mépris. Luttant contre la souffrance et l'engourdissement, Anachor tendit toute sa volonté pour se relever, avant de faire l'objet d'un nouvel étranglement de Force. Celui-ci dura un peu plus longtemps que le précédent, et le Seigneur voyait déjà une myriade de points blancs scintiller devant ses yeux, tandis qu'un bourdonnement oppressant retentissait à ses oreilles, avant d'être à nouveau projeté comme un vulgaire chiffon. Manquant heurter un pilier délabré, gagné par la rage d'être ainsi traité, alors que le vieux Mirialan éclatait d'un rire aigu et strident, il réussit à se dresser sur ses pieds. Juste à temps pour recevoir sans pouvoir se défendre une gerbe d’Éclairs de Force qui le projetèrent contre le bloc de marbre taillé, accentuant encore plus sa blessure dorsale.

Grognant de douleur, il trépigna fébrilement sous le coup des décharges qui lui léchaient le corps, labouraient sa chair, et le brûlaient lentement. Ceci dura une bonne minute, avant que le Mirialan cesse brusquement de supplicier l'Anzat, et s'approche lentement de lui, n'arrêtant pas de ricaner d'une façon profondément malsaine. D'une voix tremblante, et qui montait régulièrement dans de soudains pics suraigus, il lui dit :

-Sympathique préambule, hein ? J'ai beauuucoup de tours en réserve pour toi, mon ami.

Il exerça alors une très légère Etreinte de Force, qui malaxait et broyait lentement les muscles du Seigneur Sith.

-On va bien s'amuser, toi et moi ! C'est que je n'ai pas reçu de visiteurs depuis longtemps. Dis-moi, dit-il avec un changement dans la voix, qui, de guillerette, s'enfla soudain sous le coup de la rage, qu'est-ce qui t'es passé par la tête pour que tu te dises que c'était pertinent de venir faire un tour sur Korriban, et, de surcroit, dans la Vallée des Seigneurs Noirs ? Imbécile, souffla-t-il entre ses dents. Tu vas le payer cher. La compagnie des mannes des grands Sith se mérite, et, clairement, ils ont statué sur ton cas...puisqu'ils ont consenti à te livrer à moi !

Renouvelant son rire strident, comme gagné par une démence qui se dévoilait peu à peu, il ponctua cette dernière phrase d'une nouvelle décharge électrique. Les éclairs bleus mordirent plus profondément dans la chair brûlée de l'Anzat affaibli, surpris et impuissant. Ce dernier commençait à sentir le goût métallique du sang remonter dans sa gorge et charger sa bouche, lorsqu'il tenta de profiter d'une pause pour lancer courageusement une poussée de Force en direction du Mirialan. Peine perdue. Son échec fut suivi d'un sifflement moqueur.

-C'est qu'on se défend ! Bravo, j'applaudis ta témérité !
Nouvel aboiement pervers. Je t'encouragerais bien, mais ça me fatigue d'avance. Allons, le Sith, tu vas payer pour tes congénères...pour une fois que l'un des vôtres me passe sous la main, comme si j'allais me priver ! En ricanant, il s'apprêta à torturer à nouveau Anachor, lorsqu'une gigantesque masse sombre, surgie comme de nulle part, le percuta. Un hurlement de douleur et de surprise échappa de la bouche aux lèvres sèches du vieil homme, qui roula à son tour dans le sable ocre de Korriban. Se relevant avec une rapidité surprenante, il eut le temps d'allumer le sabre laser d'Anachor, et de parer de sa lame rouge le coup que le nouveau venu lui portait.

De toute évidence, celui qui perturbait le supplice subi par l'Anzat était lui-même un Sith, et pas des plus fluets. Le duel s'engagea par une succession de coups d'estoc rapides et précis, parés aisément par le Mirialan, qui, d'un preste et élégant pas de côté, les esquivait sans dommages. Puis, ce fut un impressionnant tourbillonnement de lames rougeâtres. Le nouveau venu, plus grand et massif que le frêle homme hirsute, n'eut pas trop longtemps à lutter pour se défaire un Ataru rageur et précis, qui parvint, ceci dit, à fendre à trois reprises son épaisse bure noire, et à l'égratigner par deux fois.

Échangeant des hurlements rageurs, les deux combattants tournèrent l'un autour de l'autre en multipliant les moulinets nerveux et saccadés. Cinq minutes plus tard, le colosse Sith parvenait, par un Shien rapide, à désarmer le Mirialan. Tandis que le sabre laser d'Anachor volait dans les airs, un brutal coup de pied dans le tibia, assorti d'un craquement et d'un cri d'angoisse, forçait le vieux tourmenteur à s'étaler lamentablement.

Se relevant lentement, et réceptionnant au vol son sabre laser, l'Anzat parvint, malgré la douleur persistante, et qui emplissait sa tête d'un sifflement suraigu, à se rapprocher de la mince silhouette, qui se tordait de douleur. Toisé par l'inconnu, il marmonnait en sanglotant des insanités, jurons entrecoupés d'étranges formules qui ne voulaient rien dire. Alors qu'il arrivait à la hauteur du colosse, ce dernier, capuche noire rabaissée, souffla, d'une voix qui n'était pas inconnue du Seigneur Sith : A vous l'honneur. Sans mot dire, alors que le Mirialan, sanglotant plus fort, rampait piteusement dans un vain effort pour échapper aux deux Sith, Anachor s'approcha d'avantage, et lui planta sa lame en pleine gorge. Un gargouillis infâme fit bientôt place à un silence de mort.

Alors qu'il se retournait vers son sauveur, lequel, bras croisés, le fixait, l'Anzat eut un mouvement de surprise, et recula de quelques pas, comme pour mieux ajuster sa vue, et s'assurer ainsi qu'il n'était pas en proie à quelque hallucination. Il savait, désormais, à qui appartenait cette voix familière...mais comment le croire ? Vous ne rêvez pas, mon ami. C'est bien moi. Et en effet, celui qui se dressait devant l'Ermite n'était autre qu'un individu que tout le Nouvel Ordre tenait pour mort depuis des mois. Il avait bien en face de lui son vieil allié, Darth Akestès, et bien vivant. Sans prononcer aucune formule de retrouvaille, ou qui exprimât son plaisir de retrouver son plus proche collaborateur Sith, le vieil aveugle se retourna lentement, et marcha vers le nord. Tout en s'éloignant, il ajouta : Une tempête se prépare. Un abri se trouve non loin. Venez, nous avons beaucoup à nous dire, et encore plus à faire.



Dernière édition par Darth Anachor le Ven 17 Juil - 7:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Darth Anachor
Seigneur Sith
Seigneur Sith
avatar

Masculin
Nombre de messages : 199
Age : 28
Titre : L'Ermite
Humeur : Equanime en apparence...
Date d'inscription : 07/03/2015

Feuille de personnage
Allégeance: Nouvel Ordre Sith de Krayt
Rang: Mystique Sith
Niveau de combattant: 4

MessageSujet: Re: Home sweet Home - Solo   Ven 10 Juil - 14:41

Aussi se mirent-ils en marche, lentement. Ils évoluèrent dans la nature désolée de Korriban au rythme d'Anachor, qui, à sa grande honte, se traînait, encore tout endolori par sa chute, puis par les supplices subis de la main du Mirialan fou. Enrageant silencieusement de s'être ainsi laissé surprendre, d'avoir baissé sa garde sur un monde aussi dangereux, et enfin, d'avoir une dette envers quelqu'un, fut-ce envers un de ses plus grands soutiens parmi les Sith, l'Anzat ne disait mot.

Imité en cela par l'Aveugle, qui s'arrêtait fréquemment pour laisser à son compagnon le temps de le rejoindre, les deux Sith s'avançaient, bures battues et soulevées par un vent naissant, vers une crête qui se profilait au loin. Malgré la canicule, et le fait que la chaleur déformait sa ligne d'horizon, Anachor put bientôt distinguer ce qui était en fait une falaise. Au bout d'un quart d'heure de marche, ils durent faire une pause ; les blessures du Sith ne s'arrangeaient pas. Sitôt qu'ils eurent achevé de confectionner quelques bandages sommaires, l'Anzat demanda :

-Qui diable était ce...
-Ce dément ? Oh, un Jedi, enfin naguère. Lors de la prise du monde, alors qu'il venait d'acquérir son grade de Chevalier, il fit partie de l'équipe d'inspection chargée de s'assurer qu'il n'y avait plus Sith qui vive sur Korriban. Puis, il participa à la protection, ainsi qu'à la supervision des quelques fouilles menées par la Fédération. Malheureusement pour lui, Xoran Cos'Rin devint curieux des mystères de ce monde, mais sans disposer de la force de caractère indispensable pour se préserver parmi les violents remous spirituels qui l'agitent. Les esprits de ce lieu, ainsi que, semble-t-il, la découverte de quelques holocrons mineurs, le perturbèrent suffisamment pour lui faire perdre la raison. Il s'est initié sommairement à quelques fractions du savoir Sith, et, pendant des années, ce pauvre diable s'est cru le dépositaire attitré des savoirs de la Vallée. Il a plusieurs victimes à son actif...je le surveille depuis mon arrivée ici, mais il était vaguement connu de nos services depuis longtemps.


L'Anzat acquiesça silencieusement.

-Ce n'est pas très glorieux de votre part que d'être tombé entre ses griffes, se permit perfidement le vieux métisse.
-Je ne comprends pas comment cela a pu arriver. Je n'en suis pas à ma première visite, et Korriban ne m'a jamais fait cet effet...
-La Vallée des Seigneurs Noirs est encore plus dangereuse que le reste des sanctuaires du monde, mais je vous concède qu'il est très curieux que vous ayez ainsi tourné de l'oeil.
-Comment expliquer cette faiblesse ?
-J'avoue qu'à aucun moment, je n'ai été sujet à de tels vertiges. Pourtant, je dois avouer que dernièrement, quelque chose de trouble m'a remué l'esprit, depuis mon lieu de retraite. Il y a, de toute évidence, du nouveau sur Korriban, et je sens que les énergies du lieu sont anormalement fébriles, troubles et agressives, même en regard des standards Sith. Mais je ne sais pas encore à quoi attribuer tout cela.


Une moue sceptique déforma d'avantage le visage abondamment ridé du Seigneur Akestès. Soudain, il releva la tête, tourna le visage vers le ciel jaune du monde crypte, qui se chargeait de lourds nuages noirs. Alors que le vent s'accentuait, et fouettait sans complaisance les deux Sith, ils se levèrent de concert. Venez, nous avons encore de la route. Nous poursuivrons cette conversation une fois que nous serons à l'abri. Et la marche reprit. Une demi-heure plus tard, ils étaient arrivés au pied de la falaise, et il ne leur fallut que quelques sauts de Force, difficilement exécutés par Anachor, pour rejoindre la profonde et large grotte qui servait de repaire à l'Aveugle.

Au dehors, la tempête avait failli s'abattre sur eux, et ils pouvaient la sentir battre son plein. Ravageant la surface lisse et désertique de Korriban, l'ouragan soulevait d'énormes masses de poussière, lesquelles bouchaient leur vue, depuis l'anfractuosité nichée au sein de la falaise. Anachor put constater que le vieux Sith, qui n'avait jamais eu particulièrement le sens ni le goût du confort, vivait de façon très sommaire, mais n'était cependant dépourvu de rien. Quelques ustensiles, couverts, du feu, des draperies pour servir de semblant de lit, et, surtout, un petit terminal Holonet, qui lui permettait de toute évidence de rester informé de ce qui se passait, premièrement dans l'Espace Sith, et plus généralement, dans la Galaxie.

Silencieusement, ils mâchèrent lentement, et d'un air pensif, quelques lambeaux de chair de bantha qu'ils avaient cuit au préalable, puis, tout aussi tranquillement, s'endormirent. A son réveil, le Seigneur Sith blessé put constater, du fond de la paroi dans lequel il s'était tapi, que la tempête, si elle s'était bien éloignée, n'avait en rien cessé, ni diminué d'intensité. Le ciel restait grisâtre, mais il pouvait découvrir une partie de la planète dont il avait entendu parler, sans l'avoir pour autant jamais visité. Sans y avoir fait attention à l'aller, il pouvait désormais embrasser du regard quelques uns des plus vieux temples de Korriban.


Se levant douloureusement, bien que ses blessures le fissent moins souffrir que la veille, il s'approcha en boitillant de l'entrée de la grotte, et, bras croisés, s'appuyant sur la paroi droite, contempla pendant quelques temps, tout en méditant, les augustes monuments qui s'étalaient à sa vue. Le Sith finit par sentir son compagnon émerger peu à peu des bras du sommeil, se lever, manger un peu, puis se rapprocher de lui. Une fois arrivé à la hauteur d'Anachor, qui restait immobile, il lui dit :

-Voilà un patrimoine qu'ils n'ont pas encore réussi à souiller.
L'Anzat se tourna vers lui.
-Les temples des premiers Sith, c'est ça ?
-Non seulement, mais également, depuis l'arrivée des fondateurs de notre Ordre, les grandes bibliothèques de Korriban. Presque totalement vidées depuis belle lurette, évidemment.
-Que reste-t-il dans ces bâtiments ?

-Mais beaucoup de choses, justement. C'est en partie pour cela que je suis là. Et le vieil homme revint vers le fond de la caverne, où il s'affaira à rassembler ses affaires de voyage, tâta son sabre laser, et prit le soin de prendre quelques barres énergétiques.
-Vous êtes venu directement sur Korriban suite à la nouvelle de votre mort, si je comprends bien ?
-Service du Seigneur Noir,
fit laconiquement l'Aveugle, dos tourné à son collègue. Après une minute passée dans ses préparatifs, il se retourna vers l'Ermite, arborant une moue amusée sous son abondante barbe blanche. Je ne doute pas que vous avez eu bien de la peine, et que vous en avez tout autant à la pensée que je me sois défié de vous, voire que je vous ai trompé.
-Oh, mais je ne suis pas un sentimental, vous le savez, dit Anachor en lui rendait son semblant de sourire. De plus, j'imagine que vous aviez de bonnes raisons de jouer ce tour pendard à l'ensemble des Sith, moi compris.
-Ce n'était pas désagréable ! Dit Akestès avec un rire qui tenait d'avantage de l'aboiement sauvage.
-J'imagine. Donc, le Seigneur Noir vous a attribué une mission...
-Dont la bonne conduite exige le plus grand secret.
-Mais maintenant que j'y suis, dans le secret...
-Tout juste. Je vais vous expliquer.
Il s'approcha d'un pas lent, mais majestueux, de l'Anzat, et, arrivé devant lui, rajouta : Vous n'êtes pas sans savoir que notre...position...au sein du Nouvel Ordre était sujette à des critiques depuis plusieurs années, et à l'hostilité croissante de certains de nos pairs.
-Je me suis rendu compte de ça.
-J'ai suivi vos...mésaventures, qui n'ont pas été sans me faire rire, en passant. Elles ont eu le mérite de faire sortir le chien kath du bois, et de pousser nos adversaires à se dévoiler d'avantage. Les châtier, c'est pour la dernière phase de notre plan. Pour l'instant...

-Pour l'instant, vous avez, ici, sur Korriban, quelque chose de capital à faire.
-A trouver.


Ajustant son sac, qu'il plaça en bandoulière, le colosse sortit de la caverne, et entreprit la descente de la falaise, tout en faisant des signes silencieux à Anachor pour qu'il le suive. Une fois arrivés au pied de la muraille rocheuse, ils prirent la direction des antiques bâtiments qui se découpaient sur le ciel encore gris du monde. Ils marchèrent ainsi sans rien dire pendant dix minutes, puis, cédant à la curiosité :

-Au risque d'être indiscret, vous comptez me faire part de la nature de ce que vous cherchez ?
-Allons, patience, mon ami, patience. Vous en serez avisé bien assez tôt.

-Mais vous avez besoin de moi...
-Tout juste ! Je mûris cette exploration depuis deux semaines, et aurais pu me débrouiller seul, mais votre présence sera utile. De plus...en sentant votre arrivée sur Korriban, et bien que le plan du Seigneur Noir ne vous incluait en aucune manière, je pense que vous pourrez intégrer notre entreprise sans difficultés. Trazyn ne verra donc, je pense, pas trop d'inconvénient à ce que je vous informe peu à peu de ce qu'il a conçu, avec mon modeste concours, pour la suite des opérations, et préserver la pérennité du Nouvel Ordre...


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Home sweet Home - Solo   

Revenir en haut Aller en bas
 
Home sweet Home - Solo
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» Home Sweet Home [pv Bonnie]
» [Kawa - Ishigaki] Home, sweet home...
» 07. Home Sweet Home
» Home sweet home. — Heaven & Tala

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars - L'Aube du Crépuscule :: SECTEUR II - CARTE GALACTIQUE :: Mondes Neutres & Autres Planètes :: Korriban :: Vallée des Seigneurs Noirs-
Sauter vers: