Star Wars - L'Aube du Crépuscule

Saison 6 - Dissimulation / Jeu de rôle et espace détente sur forum sur le thème Star Wars
 
Bienvenue sur l'Aube du Crépuscule voyageur égaré, ce forum est cependant fermé. Nous vous invitons à consulter nos partenaires en espérant trouver le forum qui vous convienne.

Partagez | 
 

 Pertes et fracas [ Enquête Sith ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Darth Anachor
Seigneur Sith
Seigneur Sith
avatar

Masculin
Nombre de messages : 199
Age : 27
Titre : L'Ermite
Humeur : Equanime en apparence...
Date d'inscription : 07/03/2015

Feuille de personnage
Allégeance: Nouvel Ordre Sith de Krayt
Rang: Mystique Sith
Niveau de combattant: 4

MessageSujet: Pertes et fracas [ Enquête Sith ]   Jeu 12 Mar - 15:43


Tout était prêt. Ils pouvaient partir. Le Purple Dart semblait fonctionner à nouveau ; il était temps, car si il se sentait très à son aise sur Ziost, ses co-équipiers avaient hérité de sa tendance à ne pas tenir en place, et ne voyaient pas autant que lui un intérêt particulier à cette planète faiblement peuplée. Il fallait dire que tout s'y faisait pour les Sith ; et bien qu'il sut que tous lui étaient dévoués, et qu'ils révéraient le Seigneur Noir, il ne pouvait pas ignorer que leur inactivité des dernières semaines était bien pesante. Il n'y avait pas beaucoup de distractions, pour quiconque n'était pas membre de l'Ordre, sur ce monde.

Rhan Try, Alyssa Nan et HK-95 étaient donc ravis de pouvoir se dégourdir un peu les jambes, et voir du pays ; c'était un astre monotone que l'ancienne capitale impériale, et en dépit d'une réelle beauté, le paysage ne variait pas beaucoup : ruines, plaines arides et montagnes. En l'occurrence, cependant, il s'agissait de visiter les restes usés par le temps de l'ancien coeur de la métropole. Lorsque la nouvelle leur en parvint, ils ne purent dissimuler une certaine excitation. Quoiqu'ils fussent bien en retard sur leur chef question histoire et archéologie, ils comprenaient parfaitement l'importance de cette visite sur laquelle l'Anzat était volontairement resté très vague, et énigmatique, comme souvent lorsqu'ils devaient partir en mission.

Ils saisissaient parfaitement que l'endroit dans lequel ils s'apprêtaient à se rendre était sûrement plein de pièges et d'esprits maudits prêts à se déchaîner contre les rares audacieux qui oseraient troubler leur repos : mais comment ne pas frémir de curiosité et d'enthousiasme à l'idée de pouvoir explorer un des lieux les plus secrets et riches d'histoire de la Galaxie ? Vraiment, c'était une trop grande aubaine pour penser passer à côté de cette opportunité. Les explorateurs étaient rares, et ils gageaient qu'il y aurait à la fois beaucoup à apprendre et d'artefacts à récupérer au fil de leur visite de ce qu'il restait de la fastueuse et glorieuse cité. Aussi, c'était avec une bouillante impatience qu'ils attendaient le Seigneur Anachor.

Ce dernier devait passer faire une visite, avant d'appareiller, au chevet d'un malade. Le Seigneur Akestès se trouvait en effet dans un état préoccupant depuis bien des semaines, sans que son état ne se fut amélioré un instant seulement. La situation se dégradait lentement pour celui qui était devenu, après une vie de recherche et de lutte, une des légendes du Nouvel Ordre Sith. Le vieil homme massif avait du, pour faciliter les soins qui lui étaient prodigués en vain, finir par consentir enfin à raser sa volumineuse barbe blanche. Aussi, l'Anzat peina à le reconnaître, lorsqu'il pénétra dans les quartiers du Sith.

Parfaitement glabre, étendu à l'ombre de stores mi-clos, sa demeure était étendue, spacieuse, bien aérée, mais d'une sobriété effrayante. Perclus de douleurs liées à l'âge plus qu'à la maladie, il avait troqué son lit habituel pour une couche beaucoup plus stricte, qui lui permettait à la fois de soulager son dos, et de satisfaire ses dispositions à l'ascèse. Ravi de vivre à la dure, il avait pris cette habitude dans sa prime jeunesse, pour ne jamais plus la quitter. Les deux hommes se comprenaient parfaitement, car ils se ressemblaient beaucoup. Si il était habituellement imprudent de parler de réelle amitié pour définir les liens qui unissaient deux Sith, à fortiori deux Seigneurs expérimentés, c'était pourtant bien de cela qu'il semblait s'agir entre l'Ermite et l'Aveugle, pour un observateur superficiel et de caractère facile. A moins que leurs intérêts mutuels se fussent simplement rejoints du fait d'une identité de caractère, au point qu'ils avaient résolu de conclure entre eux un pacte profond et puissant, sans qu'il ne fut question d'affection quelconque.

En tout cas, ils avaient collaboré à de nombreuses reprises. Leur quête mystique, leurs intérêts temporels, leur passion intellectuelle étaient les mêmes. Il était difficile de savoir si ils s'aimaient réellement, mais ils avaient l'un pour l'autre une réelle et profonde estime. Cependant, ils étaient trop froids, jugeaient les observateurs les plus perçants, pour que le lien qui les unissait eut vraiment pu être qualifié d'amitié, ou même de complicité. Ils étaient plutôt pareils à deux frères, et se reconnaissant l'un dans l'autre, ils s'étaient décidés à se lancer dans une grande entreprise spirituelle dont l'ambition était folle, démesurée même. Seulement, ils la gardaient dans le secret de leur coeur, et à part eux, nul n'en savait rien, ni n'en soupçonnait l'éventualité.

Que cela fut vrai eut paru pour tout Sith raisonnable absolument contraire à la logique, et absurde de la part de Seigneurs aussi avisés et prudents. Il ne s'agissait pourtant pas d'autre chose que de révolutionner une fois pour toute la perception que toute la Galaxie se faisait de la Force. Mais l'heure n'était pas à ces questionnements et préoccupations métaphysiques. Akestès était de toute évidence mourant, et l'Anzat venait se recueillir auprès de lui, profiter de ses derniers enseignements, et surveiller l'évolution de son état. La disparition imminente de l'Aveugle le minait pour toutes sortes de raisons, et les plus prosaïques n'étaient pas les moindres. L'alliance conclue avec lui garantissant une solide protection que lui seul pouvait assurer ; doté d'un tempérament profondément solitaire, il n'avait plus beaucoup de contacts avec ses apprentis successifs toujours vivants, qui étaient tous devenus très autonomes. Et en dehors précisément de l'équipe d'Anachor, on lui connaissait de son côté peu de soutiens réels et solides sur lesquels s'appuyer.

Autrement dit, c'était la fin d'une époque. Et ceci était particulièrement pénible, car c'était ce vieil homme qui avait su convaincre Vhym A'Roa de rejoindre le Nouvel Ordre ; l'ayant décillé sur cette organisation qu'au départ, l'Anzat n'estimait pas digne de ce qu'elle prétendait être son héritage, il avait ensuite, durant un peu plus d'un demi-siècle, balisé son chemin, il l'avait familiarisé avec les intrigues de Ziost et de Dromund Kaas, et n'était pas pour rien dans la notoriété qu'avait acquise le nouveau venu, ni dans l'aisance avec laquelle il se mouvait désormais dans ce complexe et dangereux réseau d'ambiguïtés. Peu désireux auparavant de se mêler de politique, il s'y sentait, désormais, en terrain connu, et n'oubliait pas à qui il le devait. Aussi, c'est avec une sollicitude non feinte qu'il s'assit auprès de son vieux compagnon, et lui dit tout bas :

-Comment vous portez-vous, Seigneur Akestès ?
-Assez de considération doucereuses !
Grogna le Vieux, tel que l'appelaient avec admiration les novices de l'Académie. Vous et moi valons mieux que ça. Anachor sourit, soulagé de voir que tout malade qu'il fut, le Sith n'avait rien perdu de son caractère, ni de sa répartie. D'ailleurs, mon cher, j'ai appris ce qui vous est arrivé avant-hier, et j'espère bien que vous vous montrerez digne de votre rang lorsqu'ils seront retrouvés.
-J'y compte bien.
-Se faire tirer dessus comme un lapin ! Vraiment, si je ne craignais pas de divaguer avec cette maudite fièvre, je vous dirais volontiers ma déception !

-Il faut croire que notre retraite m'a fait surestimer la sécurité relative qui est la nôtre.
-Foin de balivernes ! Je croirais entendre un Jedi ! Ca n'a rien à voir avec notre absence des affaires, et notre invisibilité. Il est évident que c'est une affaire interne. Les coordonnées de nos territoires sont perdues depuis des millénaires par quiconque n'est pas des nôtres.


Tous deux marquèrent une pause. Mi-amusé, mi-exaspéré, Anachor tourna un temps son regard vers les montagnes qui se profilaient au loin à travers les stores presque clos. Il n'était pas venu pour se faire rabrouer par un mourant, mais savourait l'ironie de la situation. Lorsqu'il reporte son regard sur le vieil homme, tout ce qu'il put distinguer dans la pénombre étaient les prunelles fauves du Sith, qui le sondait, les yeux plissés, de fines rides de tension aux commissures des lèvres étirant une légère grimace.

-On rêvasse ? Tout se perd décidément.
-On m'a...confié une mission.
-Tiens donc ! Vous faites les commissions des autres à présent ? Voulez-vous vraiment tomber plus bas que terre ?
-C'est d'une importance capitale.
-Puis-je savoir à qui vous faites l'honneur de consacrer un temps précieux qui pourrait largement être employé à des affaires plus pressantes ?
-Vous êtes bien désinvolte.
-Rien n'est plus urgent que notre projet commun,
grogna Akestès avec une conviction pleine de hargne, les yeux presque clos.

Impressionné par sa forme, comme par sa jeunesse d'esprit, l'Anzat le considéra longuement. L'homme se battait avec une rage peu commune, même pour un Sith. Il était aux portes de la mort, mais parlait comme si il avait vingt ans, et qu'il avait toute la vie devant lui. Alors que chacun croyait avoir affaire à un vieillard cacochyme, voilà qu'il irradiait littéralement de puissance. Il se souvint alors de ce qui l'avait convaincu chez cet homme de l'accompagner sur Ziost pour prêter allégeance au Seigneur Noir. Un être si capable et performant, et en même temps si vif d'esprit, ne pouvait s'être rangé à une cause secondaire ou illégitime. Il se revoyait à leur première rencontre dans les souterrains d'un des nombreux vestiges de l'ancienne gloire des Sith, lorsqu'il fut interrompu dans sa méditation par son vis-à-vis, que la Force aidait à pénétrer les pensées qui l'agitaient :

-Pas de sentiments, bordel !
-L'archiviste parle de complots.

-Toujours à faire l'intéressant, celui-là, grommela-t-il. C'est quoi cette fois-ci ?
-Il aurait été avisé d'une tentative d'assassinat concernant...le Seigneur Trazyn. Un cruel aboiement qui s'apparentait chez le puissant Sith à un rire déchaîné lui répondit. Comme il y va, et comme vous y allez ! Vous ne prêtez pas foi à ces balivernes, rassurez-moi ? L'Anzat se mordit les lèvres. Allons, ne soyez pas ridicule ! Ce damné Corellien vous mène en bateau, c'est tout !
-Il m'avait l'air plus que convaincu.
-Évidemment qu'il l'est ! C'est un acteur, voilà tout. Je ne nie pas qu'il nous a rendu plusieurs services, mais tout de même-
-Il n'en reste pas moins que des assassins opèrent impunément sur notre monde, contre moi, pour commencer, et peut-être contre d'autres. Je ne me soucie pas de nos pairs, mais j'aimerais bien mettre la main sur les tueurs, et débrouiller ce mystère...qui sait quel profit nous pourrions en tirer ?
-N'essayez pas de me ménager, ou je vais vraiment devenir désagréable. C'est vous seul qui en tirerez profit, en bon Sith, et c'est très bien ainsi.
-Les vieilles habitudes...
-Doivent bien finir, comme toutes les bonnes choses. Mais...vous n'avez pas tort, ceci dit. Voyez, je vous rends justice, et pense en effet que cette affaire est grave. Il faut résoudre ce problème. L'Ordre ne peut pas tolérer des dissensions qui s'étalent au grand jour, ni qu'on l'ampute d'un Seigneur Sith au moins, pour de basses raisons politiques. C'est stupide, et c'est le germe de l'anarchie, de la débâcle, et de la perte de notre patrimoine, auquel vous savez que je suis très attaché.


Il fit une brève pause, son front ridé plus encore que de coutume par la réflexion. Puis, il se détendit brusquement.

-Aussi, disposez, cher confrère. Cette affaire ne peut ni ne doit attendre. Tout ça est intolérable, et appelle des sanctions exemplaires. Soyez sans pitié comme vous savez l'être, voilà ce qui vous servira plus que tout. Chaque heure qui passe voit le renforcement de ce parti mystérieux, mais sans doute puissant qui veut votre perte. Nous ne pouvons pas nous le permettre. Allez.


Souriant à la vue de l'inépuisable énergie qui alimentait son vieil allié, et plus sûr soutien sur cette planète, Darth Anachor se leva et s'equiva. Prenant le même speeder qu'à l'aller, prudent et vigilant, surveillant les alentours, il finit par mettre l'engin en marche, non sans une certaine appréhension, et après voir vérifié qu'il n'était pas piégé. Fonçant des hauteurs où se situait la demeure secondaire d'Akestès vers le spatioport, il était tout occupé à ruminer, lorsqu'un trait rouge fusa soudain devant lui.

Arraché à ses cogitations, il diminua la vitesse du speeder, surpris, et risqua un regard vers la droite. Rien. Pourtant, on lui avait tiré dessus, semblait-il, quoique qu'il fut trop occupé à maintenir une certaine vitesse pour pouvoir discerner l'agresseur. Celui s'était sans nul doute évaporé...à moins qu'il ne se fut agi d'une hallucination. N'osant stopper, et ayant, dans son inattention, failli heurter un pilier rocheux, il fit un virage serré qui faillit provoquer une embardée, puis activa la pleine vitesse vers sa destination. En arrivant, nerveux et agité, il quitta précipitamment l'engin pour se diriger vers le hangar abritant le Purple Dart.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pertes et fracas [ Enquête Sith ]   Sam 14 Mar - 18:47

Beaucoup d'acolytes avaient survécu à l'épreuve imposée par Niamey. Certes, elle n'avait pas prévu que l'Alliance se mêlerait de l'assaut du vaisseau pirate ciblé, mais elle avait du coup opté pour la prudence et le secret, aussi les adolescents n'avaient-ils participé à aucun combat. Mais cela n'avait pas été inutile pour autant, car elle avait ainsi pu leur enseigné une leçon qu'il pouvait être difficile pour eux à comprendre : "choisis tes combats". Et elle avait choisi d'éviter celui-ci, pour conserver le secret de l'Ordre Sith. Certes n'avaient pas caché leur désaccord, et ceux-là repartaient avec le mépris de la Hapienne, d'autres s'étaient soumis, et de ceux-ci, elle ne se souviendrait même pas. Mais certains restaient en son esprit de plus heureuse manière : déçus, certes, mais conscients que l'Ordre importait plus que leurs désirs personnels. Elle se souviendrait de leurs noms, et peut-être, lorsqu'ils seraient prêts, l'un d'entre eux aurait à nouveau attiré son attention, en bien...

La guerrière n'avait guère cherché, jusque là, à avoir un apprenti, préférant d'abord être certaine de sa capacité à former un jeune esprit au service de l'Ordre. Mais elle n'entendait pas pour autant délaisser un adolescent rusé et doué si il se présentait pour elle l'occasion de lui enseigner le service du Sith Unique... Ainsi, sans chercher, demeurait-elle attentive.

Pour l'heure, elle revenait sur Ziost pour ramener ces derniers à l'Académie, et le pilote venait d'achever l'appontement dans le hangar où étaient conservés les véhicules spatiaux de la planète. Un transport planétaire ferait ensuite la navette avec les bâtiments de l'Académie. En bon ordre, les acolytes se rangèrent derrière elle pour quitter le véhicule alors que l'accès s'ouvrait sur l'extérieur. Elle reconnut, dans l'ouverture dessinée par la coque métallique, le vaisseau du seigneur Anachor, paré pour le départ de toute évidence.

Mais alors qu'ils sortaient enfin du bâtiment, le contournant pour rejoindre leur transport, Turpis eut la surprise de voir approcher le propriétaire du vaisseau, d'un pas nerveux, visiblement agité. De la part de cet homme à la posture toujours parfaite, c'était suffisamment inhabituel pour être intrigant, et arrêtant ses suivants d'un geste, elle se porta à sa rencontre, pour s'incliner à sa hauteur.


"Darth Anachor. Tout va selon vos désirs ?"

Les seigneurs sith étaient suffisamment peu nombreux pour que l'Anzat soit aisément reconnaissable, et quelques rumeurs filtraient quand à sa façon d'être, ses alliances et ses coups d'éclat. Cependant elle ne le connaissait pas davantage que l'ayant croisé dans les couloirs de l'académie ou lors de grands rassemblements de l'Ordre. Quoi qu'il en soit, porter intérêt à ce qui pouvait le contrarier pouvait se révéler fort utile. Dangereux, certes, mais craindre le danger n'était guère conseillé chez les adeptes du Côté Obscur. En revanche, être apprécié d'un seigneur l'était bien davantage...

Revenir en haut Aller en bas
Darth Anachor
Seigneur Sith
Seigneur Sith
avatar

Masculin
Nombre de messages : 199
Age : 27
Titre : L'Ermite
Humeur : Equanime en apparence...
Date d'inscription : 07/03/2015

Feuille de personnage
Allégeance: Nouvel Ordre Sith de Krayt
Rang: Mystique Sith
Niveau de combattant: 4

MessageSujet: Re: Pertes et fracas [ Enquête Sith ]   Dim 15 Mar - 3:08

Le Seigneur Anachor stoppa net son pas vif. il tourna légèrement la tête vers la gauche pour voir qu'une vaisseau, qui de tout évidence, à en juger par les nuages de poussière qui flottaient encore dans l'air, venait de se poser, avait déchargé une petite troupe de disciples Sith, menés par cette fameuse Hapienne qu'il connaissait de loin. Ils n'avaient jamais eu l'occasion de travailler ensemble, et si leurs rares échanges, depuis l'arrivée de la guerrière dans le Nouvel Ordre, s'étaient limités à des considérations sur leurs projets officiels respectifs, ils étaient toujours restés respectueux l'un de l'autre, quoiqu'assez distants.

Cette apparente froideur était la règle si l'on voulait survivre dans cet région de la Galaxie, et avec de tels personnages . Personne n'en tenait rigueur à personne, étant entendu que c'était une loi tacite chez les Sith de Krayt. Elle était avant tout, si l'on pouvait dire, de nature professionnelle, et un gage, de toute évidence, d'efficacité dans l'action. Mais cette fois-ci, bien qu'il savait ne pas se présenter sous son meilleur jour, puisque passablement énervé par les évènements récents, il se découvrait une certaine sympathie pour cette guerrière.

D'où cela venait-il ? Très certainement de la sobriété de Darth Turpis, de la neutralité du ton de sa voix, et de ce que, justement, il percevait d'elle comme du professionnalisme, et un dévouement profond, non feint, pour le Seigneur Noir, et, plus généralement, pour l'idée du Sith Unique. Cela lui gagnait le respect de l'Anzat, à défaut d'une affection qui n'avait pas de raison de se développer au vu de la brièveté, jusqu'à maintenant, de leurs quelques conversations superficielles.

En effet, il sentait chez la Hapienne un goût de l'intrigue moins développé que chez la plupart de ses collègues, et il lui en savait gré. C'était des soucis en moins, et de plus, le gage du possible développement, à terme, d'une alliance, ou d'une sorte de pacte de non-agression. Bien sûr, tout restait provisoire sur Ziost, comme sur Dromund Kaas, les deux plus célèbres et principaux systèmes conservés par le Nouvel Ordre, suite à la débâcle de l'Empereur Krayt, environ cinquante ans plus tôt.

Cinquante ans...tout en considérant la femme, il songea qu'il ne connaissait pas même son âge ; elle était jeune, mais possédait déjà une fierté et une assurance mêlée de calme qui lui conféraient une réelle maturité. Une force tranquille en somme, sereine mais redoutable, infiniment plus que n'importe quel Jedi qui viendrait se targuer de ce genre de puissance.

C'est pourquoi il décida de lui répondre, avec l'amabilité et la courtoisie qu'un Seigneur Sith pouvait se permettre en face d'une Guerrière. Ni trop cordial, ni trop froid ; la première option n'eut pas concordé avec son titre, et la seconde aurait été malavisée. Dans cet environnement social complexe, malgré ses faibles dimensions, il ne servait à rien de vexer gratuitement. Au contraire, il sentait que d'une certaine manière, si tant est que ce terme put s'appliquer à une Sith, c'était une personne droite et fiable.

-Darth Turpis. Je comprends à la vue de ce vaisseau et de ces adeptes que vous revenez de mission. J'espère que tout s'est passé comme prévu ?


Il réfléchit pendant cette brève tirade. En effet, il venait de réaliser qu'elle n'était pas au courant de l'attentat dont il avait été victime l'avant-veille, de toute évidence. A moins qu'elle n'eut disposé de puissants réseaux d'information personnels, sa tâche avait du trop l'accaparer pour qu'elle se tienne informée des évènements dans l'Espace Sith...il avait donc un coup d'avance.

Il ne servait à rien d'expliquer une situation qu'elle découvrirait d'elle-même assez vite ; et en parler aurait constitué une faiblesse, l'aveu d'un sentiment d'insécurité qu'il ne pouvait se permettre ni d'exprimer, ni de ressentir. Il n'accorda pas plus d'importance à ces considérations, mais il savait qu'elle avait noté son agitation. Il devait bien lui donner une explication à ce sujet, et il la trouva très vite. Après la réponse de son interlocutrice, il ajouta :

-Quant à votre question, ma foi, tout se passe bien, je vous remercie. Je n'ai malheureusement pas le temps de deviser d'avantage avec vous, car le service du Seigneur Noir m'appelle. Il fit un pas vers son vaisseau, où son équipe l'attendait, mais eut brusquement une idée, et se ravisa donc d'entrer dans l'engin sans discuter d'avantage avec la Hapienne. Il se retourna vers elle. Je veux néanmoins vous signaler que j'ai bon espoir pour le prompt rétablissement du Seigneur Akestès, et qu'il peut à nouveau recevoir de la visite. Je suis sûr qu'il serait heureux de voir qu'une personne de votre rang, et si occupée que vous, se soucie de sa santé. Si vous n'êtes pas trop occupée, et que votre rapport peut entendre, je peux vous déposer à sa demeure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pertes et fracas [ Enquête Sith ]   Sam 2 Mai - 16:02

Le seigneur ne mit pas plus d'une poignée de seconde à se recomposer une expression impassible, pour s'enquérir du bon déroulement de sa mission. La hapienne ne put retenir un rictus d'ironie, avant de lui répondre.

"Comme prévu non, pas exactement. Mais ce fut tout de même l'occasion d'une importante leçon pour les apprentis."

Une leçon qu'il aurait pu être bien plus difficile à enseigner qu'un affrontement groupé... Et l'enseignement n'avait pas été que pour les jeunes gens, puisque cela lui avait permis de faire un tri personnel parmi les aspirants sith. Mais elle doutait que ces considérations intéressent l'Anzat au-delà de la simple politesse. Il ne tarda d'ailleurs pas à confirmer ce soupçon en s'excusant de ne pas avoir de temps à lui consacrer. Pourtant, il prit la peine de l'informer de l'état de santé d'un seigneur noir, tout en l'incitant à lui rendre une visite de courtoisie de façon assez directe pour qu'elle ne puisse refuser sans le contrarier. Elle comprit bien évident le message, mais fut néanmoins surprise qu'il lui propose de l'y conduire directement. Elle soupçonna derrière une telle serviabilité des raisons bien plus obscures, et sa curiosité, ainsi que sa prudence, la poussèrent à hocher la tête.

"Ce serait pour moi un honneur et un plaisir. Si vous voulez bien m'excuser un instant."

En quelques enjambées vives, elle retrouva le groupe d'adolescents. Désignant une jeune fille qui s'était montrée particulièrement intelligente et attentive jusqu'à présent, elle lui adressa quelques phrases d'une voix sèche.


"Vous êtes la responsable du groupe jusqu'à votre retour à l'Académie. Faites un rapport de la mission à votre supérieur."

Et sans plus d'explication, elle les abandonna à leur sort, pour rejoindre le seigneur sith.

"Seigneur Anachor, je serai honorée de prendre des nouvelles du seigneur Akestès."

Et tout en suivant l'Anzak, elle se promit d'être attentive à toutes les paroles prononcées par l'un ou l'autre des seigneurs, afin de percevoir dans quoi elle pouvait se trouver entraînée...


[HJ : Post assez court, excuse-moi, j'essaie de me remettre dans le bain... Si tu as besoin que j'en rajoute, n'hésite pas à me le dire et je tâcherai de développer davantage.]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pertes et fracas [ Enquête Sith ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pertes et fracas [ Enquête Sith ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pertes et fracas [ Enquête Sith ]
» [ Mission Sith ] L'Artefact
» Une commission d’enquête et de contrôle interne à la BRH du Cap-Haitien.
» Assemblée des Seigneurs Sith
» Aykan Larss [Guerrier Sith] [Mort]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars - L'Aube du Crépuscule :: SECTEUR II - CARTE GALACTIQUE :: Mondes Neutres & Autres Planètes :: Ziost-
Sauter vers: