Star Wars - L'Aube du Crépuscule

Saison 6 - Dissimulation / Jeu de rôle et espace détente sur forum sur le thème Star Wars
 
Bienvenue sur l'Aube du Crépuscule voyageur égaré, ce forum est cependant fermé. Nous vous invitons à consulter nos partenaires en espérant trouver le forum qui vous convienne.

Partagez | 
 

 (Secteur Hapien) Nourrir les siens (Escorte, Ouvert)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: (Secteur Hapien) Nourrir les siens (Escorte, Ouvert)   Mar 28 Oct - 4:45

    Avant-poste spatial RLD-76, en orbite d’Orelon, secteur Hapien.


Il y a quelques semaines, on m’avait donné le commandement de la force expéditionnaire de l’Alliance dans le secteur Hapien. Et depuis, rien d’intéressant ne s’était passé. Les patrouilles étaient calmes, aucune attaque n’avait été déclenchée par les corsaires, et aucun convoi d’envergure n’était passé par l’une des nébuleuses les plus importante et les plus dangereuses de toute la Galaxie. Sauf qu’aujourd’hui, la situation pourrait bien changer.

En effet, un convoi agricole en partance de Tanaab, monde neutre, et en direction d’Onderon, monde membre de l’Alliance Galactique, pourrait bien déranger l’atmosphère de calme de ses derniers temps dans la nébuleuse. Et pour cause, bien qu’il s’agisse d’un convoi que l’on peut qualifier d’insignifiant, et ne transportant aucun matériel militaire ou très cher, les denrées se revendent très bien dans les mondes en difficulté de la Bordure Extérieure, où les reconstructions des ravages de la dernière guerre tardent encore. Sans oublier les mondes touchés dernièrement, qui ne répondent plus subitement pour, lorsqu’ils répondent enfin, soient totalement ravagés.

C’est pourquoi j’ai pris la menace d’une attaque sur ce convoi très au sérieux. D’autant plus qu’au vu des quantités transportés, c’est un convoi assez important. Et je me suis donc déplacé moi-même jusqu’à l’avant poste spatial en orbite d’Orelon. Oh, ce n’est pas une station spatiale de combat, c’est sûr, on y retrouve des tourelles défensives et quelques canons ioniques uniquement, mais c’est par ce genre de stations, très bien blindées et pourvues en boucliers, que l’on peut assurer une défense permanente des mondes, et l’envoi d’éléments de chasse capable de reconnaître une zone rapidement et d’apporter de l’aide à des convois en dangers.

Pour cette mission d’ailleurs, j’ai fais mobiliser d’assez grand moyens. Deux frégates B-3, un escadron de Twintails par frégate, et encore un autre escadron en plus. Toutefois ce dernier escadron est très particulier, puisqu’il ne s’agit pas de forces alliées, ni de forces hapiennes.. Mais de forces issus des rangs des Rangers Antariens. La planète Tanaab étant une planète neutre et non affiliée à l’Alliance Galactique, elle a préféré faire appel aux Jedi pour protéger le convoi en plus de la protection qu’offre le gouvernement fédéral. Nous n’avons donc pas pu refuser l’incorporation d’une escadron à notre groupement d’escorte, mais j’ai tout de même imposé la condition d’en avoir le contrôle afin de mieux coordonner l’ensemble. Ce qu’on m’a permis de faire.

C’est donc la raison de la venue dans cet avant-poste : accueillir les vaisseaux formant le convoi, d’une part, et d’autre part accueillir les Rangers Antariens. Puis, un briefing complet avec l’ensemble des officiers et responsables du convoi sera fait, avant de partir. Nous assurerons l’escorte du convoi jusqu’à Onderon, c’est à dire au delà de la nébuleuse, mais seul une frégate avec son escadron d’emport restera une fois le secteur Hapien quitté. L’autre ira se greffer au dispositif d’alerte le plus proche.

J’attends patiemment l’arrivée des uns comme des autres, demandant sans cesse aux droïdes protocolaires militaires de vérifier s’ils n’ont reçu aucune information de l’arrivée de navettes dans le hangar. Nous n’y sommes pas très loin, puisque nous sommes dans une vaste salle centrale reconvertie en salle de briefing, mais dans une station spatiale l’on peut vite être isolé si on ne prend pas la peine de se renseigner. Ce qui serait dommage étant donné ma fonction.

Je resterais ici tout le long de l’opération d’ailleurs, m’assurant du bon trajet des vaisseaux de transport et m’assurant également qu’en cas d’attaque les ordres soient suivis. C’est donc dans la salle des opérations, cinq étages au dessus, que je dois ensuite me rendre. Un staff complet composé d’opérateurs et d’informaticiens m’y attend déjà, terminaux tout allumés sans aucun doute. Et je préfèrerais attendre le moins possible, car plus nous attendons, plus nous prenons le risque que l’opération fuite. Hors un scandale pour commencer, je préfèrerais éviter…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Secteur Hapien) Nourrir les siens (Escorte, Ouvert)   Mar 28 Oct - 20:39

« Ding ! Ding ! Ding ! Nouvelles fraîches les gars ! On va devoir se remettre au boulot. »

Conroy avait débarqué dans la salle de repos de la caserne en brandissant ce qui semblait être un pli cacheté. Quand des gens prenaient la peine d'envoyer des documents encore sous format physique, c'était qu'ils étaient d'une certaine importance. On pouvait même dire qu'il allait arriver malheur a celui qui les égaraient ou les abîmaient. La nouvelle eut l'effet d'une bombe. Les membres du 4th Blue Wyverns qui en ces heures ne faisaient pas grand chose sinon des simulations ou de brèves patrouilles sursautèrent et perdirent le fil de tout ce qu'ils faisaient. Galdur qui était tantôt les pieds sur la table occupé a siroter un café chavira en arrière et chuta. Varko le Feeorin manqua de renverser le sien sur sa tenue alors que Mog et Bragg se télescopèrent mutuellement. Oh merde. Enfin du boulot ? C'était bien la dernière chose a laquelle s'attendaient les Wyverns. Les Jedi n'avaient pas besoin d'opérations spatiales ou d'extractions ces temps-ci. Autrement dit, si les Rangers pilotes n'étaient pas au chômage parce qu'il fallait toujours transporter quelques uns de leurs hommes pour leurs entraînement, il ne s'agissait en rien d'opérations prévues et calculées de manière précise. Apprendre qu'on leur fournissait du travail suffit a mettre toute la clique dans tout ses états.
Conroy, le chef d'escouade, ouvrit le pli et le passa de main en main. Les Rangers eurent tous la même expression de surprise en le lisant.

Une fois son petit speech de préparation et plus protocolaire que nécessaire, Conroy donna le feu vert afin que tous aillent préparer leurs affaires. Ils embarquaient ce soir. Direction l'avant-poste spatial RLD-76.

–-

Comme le transporteur en question n'était pas conçu pour transférer directement des appareils vers un autre mais uniquement les passagers, les Rangers durent faire une sortie directe afin d'aller s'arrimer d'eux même a l'avant-poste. Sur le pont de lancement, les cinq pilotes blindaient leurs fréquences audio de questions ou partageaient leur fébrilité.
« Aile Blue Wyvern pour contrôle. Quel est votre statut ? »
« Leader Wyvern. Tout les voyants sont au vert. Statut : Ok. » aboya Conroy en chef d'aile.
« Wyvern 2. Ok. » ajouta Varko.
« Wyvern 3. Ok. » beugla Galdur.
« Wyvern 4.Ok. » continua Mog.
Bragg fut le dernier a confirmé son statut. Embarqués dans leurs chasseurs de défense planétaire ( merci Sorosuub ), Ils quittèrent un a un la plate-forme de lancement avant de se rejoindre en formation en V, mettant cap vers l'avant poste en question. En route, tout le monde cherchait a savoir de quoi allait être composé la suite du voyage.

« Hé, les gars ? C'est bien l'Alliance qui nous envoie ? Qu'est ce qu'ils nous veulent ces cocos ? Ils ont pas assez de pognon pour embaucher autre chose que des Rangers ? » aboya Galdur.
« Arrête d'utiliser la fréquence radio pour ce genre de choses Ga... Wyvern 1. Nous ne sommes pas là pour nous plaindre ou déblatérer. » coupa Conroy.
« Roh, allez Conroy. Soit pas rabat-joie comme ça, c'est la première tâche qu'on nous donne depuis des semaines. On a bien le droit de déconner un peu. »
« De fait. Mais maintenant, je reprends mon rôle de leader et vous vos places de pilotes. Donc fin du blabla ou je fais supprimer vos primes. »
Galdur émit un ronflement.
« Leader ? »
« Wyvern 3 ? »
« Ma solde sera augmentée si je débranche ma radio ? »
« Prime sucrée, Wyvern 3. »
Plusieurs rires retentirent dans la fréquence. Puis chacun se décida enfin a se comporter comme il devait se comporter. Tant mieux, leurs fréquences n'allaient sans doute pas tarder a être surveillées par l'avant-poste. A partir de ce moment là, Conroy prit lui même les coms.

« Ici Wyvern Leader pour RLD-76. Demande autorisation d’atterrir. A vous. »


Dernière édition par Galdur le Jeu 20 Nov - 15:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Secteur Hapien) Nourrir les siens (Escorte, Ouvert)   Mer 29 Oct - 15:38

« Amiral. Escadron de Rangers Antariens en approche. »
« Parfait. Faîtes un scan de procédure et autoriser l’atterrissage au hangar 3. »
« Ce sera fait monsieur. »


Puisque cette opération est relativement importante, à la fois pour notre monde d’Onderon, que pour le monde de Tanaab, nous devons être très prudent et ne négliger en rien la procédure. Je doute qu’il y ait des traitres ou des agents corrompus parmi ces hommes agissant pour les Jedi. Mais en revanche, rien n’est assuré que ce soit bien eux qui se présentent à nous. Comme rien n’est assuré concernant l’équipage des trois transports provenant de Tanaab.

Encore quelques minutes et l’enseigne vient à nouveau au rapport, alors que j’attends debout devant un récepteur holographique sphérique de taille très imposante, dans cette salle en forme de petit amphithéâtre servant de salle de briefing et de débriefing.

« Amiral. L’escadron a été identifié comme le 4th Blue Wyverns, rien d’anormal. »
« Quels sont leurs vaisseaux ? »
« Un escadron de douze chasseurs type défense planétaire de SoroSuub monsieur. »


Je ne peux m’empêcher de lâcher un soupir. Heureusement que j’avais prévu le coup avec des Twintails, parce que ce modèle de chasseurs avec lequel ils accostent est plus proche d’une nuée d’antiquités que de chasseurs derniers modèles et tout à fait capable. Ils ne tiendront pas plus de cinq minutes en cas d’engagement, hors mon objectif est d’avoir des forces opérationnelles et défendant le plus longtemps possible les transports, pas des cibles d’entraînements mouvantes.

« Faîtes préparer les Twintails du hangar 4. »
« Bien monsieur. »


Dans quelques minutes, les Rangers seront menés dans leurs quartiers. Un droïde protocolaire 5MPO (1) les mènera jusqu’au niveau D-2. La station n’est certes pas grande, mais suffisamment pour accueillir quelques escadrons et équipages supplémentaires. Ensuite, il ne nous restera plus qu’à attendre les derniers arrivants : le convoi de transports Action X (2). C’est à partir de ce moment là qu’il faudra être le plus prudent.

Une dernière fois, j’allume le récepteur et met en marche la carte régionale de la nébuleuse d’Hapès. Puis, après quelques manipulations sur l’écran tactile de la console de contrôle du récepteur, affiche les données tactiques de notre mission. Une série de points de couleurs, de flèches, de traits et d’icônes s’affichent. Encore une fois, je passe cinq bonnes minutes devant cette image holographique bleuté, à regarder tout cela avec grand intérêt. J’espère que tout se passera bien, mais hélas nous ne pourrons le savoir qu’au cours de l’opération. Si chacun respecte son rôle et sa place, tout devrait bien se passer. Il n’y a pas d’autre issue : de toute manière, je n’ai aucun renfort disponible pour cette escorte. Entre les positionnements défensifs autour des planètes et de la frontière de la nébuleuse, les vaisseaux ou les équipages affectés à la formation et l’assistance des forces hapiennes, les patrouilles et les escortes mineures, impossible d’avoir un vaisseau sans aucune mission. Ces fichus pirates nous font mobiliser toutes nos forces et dépenser des sommes considérables. Tôt ou tard, il nous faudra trouver une solution pour faire diminuer fortement les attaques, ou bien il nous faudra abandonner le secteur à son sort. Cette campagne a tourné depuis trop longtemps au bourbier.

J’éteins le récepteur, non sans avoir à nouveau verrouillé les données par un mot de passe, puis je quitte la pièce. Devant la porte m’attend un homme : un agent des renseignements que j’ai fais venir. Il fait parti d’une cellule de deux agents que j’ai demandé à mettre en place sur chaque avant-poste. L’objectif est de pouvoir déceler tous les traîtres d’une part, et également de pouvoir nous renseigner efficacement si la station vient à être attaquée et qu’ils en réchappent.

« Monsieur, vous m’avez fait demandé ? »
« Effectivement, agent. J’ai besoin de vous. Je veux que vous vous occupiez de la surveillance des Rangers Antariens. Soyez extrêmement discret. Je veux simplement savoir si ces gens sont fiable ou non. »
« Tout de suite monsieur. »
« Vous viendrez me faire un rapport avant le briefing général. »
« C’est noté Amiral. »
« Vous pouvez disposer agent. »


D’une petite inclinaison, il répond à ma permission, puis tourne les talons et s’en va rapidement en direction des coursives bâbord. Pour ma part, j’ai encore des choses à faire. Je me dirige vers le premier sergent des fusiliers spatiaux que je trouve.

« Sergent, êtes-vous assigné à une tâche ? »
« Non monsieur. »
« Parfait. Prenez un autre homme et rendez-vous devant la salle de briefing. Personne ne doit y entrer. »
« A vos ordres Amiral. »
« Faites. »


Cette fois, c’est moi qui me détache de la conversation, et me dirige vers l’ascenseur me permettant d’accéder au niveau D-2, les quartiers des Rangers Antariens. Bien que je sois méfiant avec eux, sans doute parce que je prends cette mission très au sérieux, et parce que je n’ai jamais travaillé avec eux aussi, je me dois de me présenter et de tout faire pour qu’il n’y ait aucune tension entre eux et les membres alliés de la station. C’est vrai qu’en ce moment, avec la présidente qui met de plus en plus de distance entre l’Alliance et les Jedi, ça n’est pas très évident. Mais la politique n’est pas mon domaine, c’est pourquoi je ne tolèrerais aucune tension dans cette station et durant toute l’opération, bien que je sache pertinemment qu’il est fort probable qu’il y en ait.

Je descend par l’un des très nombreux et spacieux ascenseur de la station jusqu’au niveau D-2. De là, je n’ai plus qu’à marcher un petit moment, quelques minutes tout au plus, dans les coursives pour arriver jusqu’aux quartiers affectés à ces pilotes que l’on dit d’élite. Nous verrons bien, lorsque les premiers pirates viendront attaquer le convoi, s’ils se débrouillent aussi bien qu’on le dit. Je ne les sous-estime pas mais j’en ai suffisamment d’expérience pour savoir que les rumeurs ne sont que très rarement fondés : c’est le cas notamment pour les forces Hapiennes, que l’on disait terribles et redoutables, mais qui finalement s’avère être une armée comme une autre, avec des points forts et des points faibles.

Bientôt, j’arrive devant la porte menant sur leurs quartiers. Oh ils ne sont pas excessivement grand mais relativement confortable : comme tous les quartiers du personnels de cette station, ils comprennent un dortoir commun, une douche commune, des toilettes séparés et une petite cuisine. Les réfectoires sont des cibles beaucoup trop simples en cas d’attaques, et puis cela prendrait une place bien trop grande pour l’équipage de la station et le personnel en transit.

Je fais glisser le pass contre le panneau électronique, et la porte s’ouvre après m’avoir autorisé l’accès. D’habitude, une enseigne devrait me précéder pour signaler ma présence, mais je ne vois pas l’utilité d’une telle mesure ici. C’est plus cérémoniel qu’utile, et je ne connais pas un officier dirigeant qui fasse cela autrement que pour les cérémonies et les grands accueils de toute manière !

« Messieurs, je vous souhaite la bienvenue sur la station RLD-76 de l’Alliance Galactique. Si vous avez des questions, n’hésitez pas. »

Etablir un premier contact, c’est essentiel. Et puis même si j’ai demandé qu’on les surveille, cela ne veux pas dire que je ne peux pas moi-même me faire une impression, non ?


Informations complémentaires:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Secteur Hapien) Nourrir les siens (Escorte, Ouvert)   Lun 3 Nov - 0:07

« Attends. Ils ont dit quoi sur nos vaisseaux là ? » demanda Galdur qui pensait avoir mal entendu.

Les Rangers embarqués étaient désormais dans l’ascenseur et attendaient que ce dernier arrive a l'étage correspondant à celui qu'on leur avait indiqué. Plusieurs Rangers avaient froncés les sourcils lorsqu’ils avaient entendu qu'ils ne piloteraient pas leurs fidèles chasseurs habituels. Il fallait dire qu'ils se plaisaient a démontrer que ces appareils qu'on disait « vieux » ou « démodés » ou encore « incapables de prouesses » étaient encore pleins de bonnes surprises et, bien utilisés, pouvaient faire un très bon travail !

« Pas de chasseurs planétaires pour nous aujourd'hui, il paraît. Tant pis, il va falloir faire avec. » répondit le Wyvern Leader.

Un léger soupire se fit ressentir chez tout les Rangers. Ils durent cependant faire face a la réalité et se reprirent très vite. La porte s'ouvrit, les laissant d'apparence avec le droïde chargé de les emmener vers leurs « quartiers » pour l'instant. C'était un 5MPO. En voyant qu'il était là pour les accueillir, les Rangers finirent par aller lui dire bonjour un à un.

« Euh. Bonjour. Vous êtes ? »
« Bien le bonjour et bienvenu en ces lieux. Je suis un droïde protocolaire 5MPO. Et c'est moi aujourd'hui qui vous guiderais à travers ces installations. J'espère que vous passerez un agréable moment ici et que nous saurons nous entendre. Tout l'équipage vous souhaite d'ailleurs la bienvenue. »
« Merci et salut, tête de boulon. Alors, qu'est ce qu'on fait ici ? »
« Je vais vous conduire dans vos quartiers. Merci de me suivre. »

Et ainsi, notre équipe alla prendre « possession » de ses lieux pour la durée nécessaire a l'accomplissement de leur mission. On les laissa là-bas prendre une pause en attendant que le personnel vienne les chercher. Eh bien. C'était un sacré changement. Aussi petits soit les quartiers, ils étaient bien entretenus, propres et équipés. Ils n'étaient pas à plaindre chez les Jedis d'Ossus, mais on voit que le budget n'était pas le même. Et aussi parce que ses occupants n'étaient pas les mêmes.

 « Putain. Y'a même des chiottes propres. » aboya Galdur.
« C'est toi qui les salopes d'habitude. T'as pas intérêt à faire la même ici. Je veux qu'on laisse cet endroit aussi propre que la chambre du conseil Jedi !» renchérit Conroy.
« Rabat-joie. Hé, quelqu'un fait du café ? »

Au bout d'un petit moment, alors qu'ils s'ébattaient dans leur nouvel environnement et s'éloignaient un peu de l'aspect bordel organisé de leur caserne, quelqu'un vient finalement entrer dans leurs quartiers, les prenant quelques peu au dépourvu. Ce fut Galdur qui fut le plus proche de l'amiral. Bien qu'il ignorait amplement son grade. On allait pas demander a un trandoshan qui ne savait déjà pas écrire et à peine lire de mémoriser les badges et embellissement de grade. Pour peu qu'il obéissait aux ordres et qu'il se tenait tranquille déjà... Notre bon Galdur se présenta donc a l'amiral armé d'un mug rempli de café sur lequel il était inscrit « J'suis vert mais je me soigne ».

« Eeeh ! Salut mon gars ! J'peux t'aider pour quelque chose ? » lança t-il jovialement.

Une timbale en plastique traversa les airs et alla frapper le trandoshan au niveau de la tempe.
*Bounk !*
Galdur haussa un sourcil et se tourna.
« Couché Galdur ! C'est pas comme ça qu'on parle à un amiral ! » beugla Conroy.

L'humain se pressa de bousculer le trandoshan qui continuait de boire son café pour aller le placer dans le fond de la pièce avec les autres Rangers qui regardaient curieusement. Conroy s'inclina poliment.

« Mes excuses pour le comportement de Galdur. C'est un trandoshan, vous savez ce que c'est. Pas très doués pour les formules de politesse ou bien les protocoles. Enfin bon, celui là ne vous causera pas de soucis. C'est un honneur de... mmh... de voir que vous avez prit le temps de descendre si-bas. Que pouvons nous faire pour vous ? »

Il était assez évident que le leader des Rangers était dans l’embarras et ne savait pas vraiment comment s'exprimer ou s'expliquer. Difficile de lui en vouloir, c'était rare qu'il parle a d'autres personnes qu'à ses propres chefs ou à des Jedis, avec qui il avait déjà plus de liens et avec qui ils pouvaient se permettre l'utilisation de termes plus familiers. Derrière, Galdur ricanait comme un simplet.

« Ah merde ! Désolé Amiral ! J'voulais pas vous manquer de respect ! Je suis pourri pour les prestations sociales. » dit-il dans son jargon fleuri.
« Galdur ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Secteur Hapien) Nourrir les siens (Escorte, Ouvert)   Ven 7 Nov - 18:34

En guise de première réponse, j’ai le droit à un trandoshan avec un mug pour le moins original, et qui m’aborde d’une façon .. Que je n’avais pas connu depuis des années, lorsque j’étais encore en formation. Il est vrai que je n’ai pas l’habitude, en plein ‘’travail’’, de côtoyer autre chose que des militaires professionnels. Car il faut le dire, les Rangers Antariens sont tous sauf des vrais militaires. Des anciens soldats ou pilotes, sans doute oui. Des mercenaires engagés à temps plein par les Jedi, c’est très probable en effet. Mais des hommes structurés et organisés, répondant à une discipline et une rigueur, ça non. Je n’ai rien contre eux, pas le moins du monde, mais il faut admettre que, en dehors des opérations où je ne sais pas encore ce qu’ils valent, je préfère de loin la chasse de l’Alliance. Même si en réalité, le fait de ne pas suivre tellement les règles et les procédures d’usages, ne me dérange pas plus que ça.

Avant même de pouvoir répondre au trandoshan, voilà qu’une timbale en plastique vole et percute le trandoshan. C’est pas passé loin de moi, je dois l’admettre. L’homme qui a fait ça a beaucoup de chance, ou alors il vise excellemment bien. Je suppose qu’il soit s’agir de ce qui s’apparente le plus à un leader, à la manière dont il parle, à son coffre et à ce qu’il se permet de faire. Les autres, quand à eux, restent très calme et très silencieux. Et moi je reste là, droit, l’air totalement neutre, assez intrigué en fait de découvrir ces hommes pour le moins anormaux.

L’homme qui venait de ‘’calmer’’ le trandoshan, ne tarde pas à venir, bousculant le trandoshan totalement indifférent à la scène. Il s’incline, puis m’adresse la parole. J’y apprends que le trandoshan s’appelle Galdur. C’est plutôt peu banal pour un membre de cette espèce si.. Primitive habituellement, que de porter pareil nom. Mais je ne suis pas ici pour juger après tout. Non je viens ici pour établir un contact, mais aussi pour juger ces hommes, savoir de quoi ils sont fait et comment ils sont. Et là dessus, j’ai déjà un premier aspect, mais je suis un homme plutôt tolérant, et j’espère être assez instruit pour ne pas m’attarder que sur un simple premier aspect.

L’homme terminant son excuse, il m’interroge quand aux raisons de ma présence.

« Oh eh bien, j’étais venu ici pour faire plus ample connaissance moi-même avec les célèbres Rangers Antariens, dont on compte les exploits dans toute la Galaxie. »

La pointe d’amusement dans mes propos adoucis sans doute l’air strict que je peux avoir, et que mon grade doit certainement me donner. Mais nous ne sommes pas dans les flottes impériales ici, la discipline de fer n’est pas requise à chaque instant et les rapports entre officiers et soldats ne doivent pas sans cesse être traditionalistes. Même si parfois, cela ne fait pas de mal : il faut savoir quand être plus strict, et quand lâcher du lest.

« Mais également, si vous avez besoin de quoique ce soit, y compris vous monsieur… Galdur, n’hésitez pas c’est le moment. »

Après tout c’est quand même ce que j’ai dis en premier, et personne n’a daigné la moindre attention à cela. Mais je continue tout de même, avec un air un peu plus sérieux encore, pour les rassurer quand aux manières de leur accueil trandoshan.

« Ne vous en faîtes pas pour les procédures. Je n’attend pas de vous une discipline de rigueur, ni même un suivi parfait des procédures d’usage. En opération toutefois, c’est tout l’inverse. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Secteur Hapien) Nourrir les siens (Escorte, Ouvert)   Mar 11 Nov - 16:34

« Cela va de soit, Amiral. N'ayez guère d'inquiétude. La bande de clampins que vous voyez derrière moi paraît très agitée comme ça mais ils sont au garde à vous une fois que les choses concrètes arrivent. Je ne suis pas inquiet pour leur respect des règles. »

Des questions ? Effectivement il y en avait. Il fallait dire que hormis de vagues informations et un très rapide ordre de déplacement, ils n'avaient pas vraiment reçu grand chose.

« Eh bien, oui. C'est à dire, monsieur, que nous n'avons pas vraiment eut de briefing très détaillé et nous ne savons pas exactement de manière précise ce que nous allons faire ici, sinon devoir encore une fois prendre l'envol. Ce serait intéressant que nous en sachions plus sur la situation actuelle afin que nous puissions optimiser notre préparation pour assurer une efficacité. » commença le Wyvern Leader.

Galdur, qui était pour l'occasion resté un peu en arrière parce qu'il avait un instant craint de voir les foudres de la hiérarchie lui tomber sur le coin du nez s'avança de nouveau. Une chance, l'amiral n'était pas du genre à exécuter ses hommes si ils osaient ne serait-ce que se gratter les fesses sans son ordre. Aussi profita t-il de ce trait de caractère pour poser lui aussi quelques questions.

« Ouais, et d'ailleurs ? Quand est-ce qu'on part en fait ? Je sais qu'on nous as ammené ici en attendant de faire tout le protocole nécessaire, les indications, ce genre de trucs, je crois.... Mais du coup, combien de temps on peut espérer rester ici avant de plonger dans l'action ? Histoire d'avaler assez de café pour être bien surexcité avant d'y aller... »

Un autre point sensible concernait la discussion qu'ils avaient eut dans l’ascenseur. Eh oui, pas de chasseurs planétaires pour aujourd'hui, il semblerait. Ce qui avait pour le coup surpris les Rangers, habitués à voler dans leurs vieux coucous toujours aussi fidèles.

« Et puis, c'est quoi cette histoire de changement de vaisseaux, au fait ? On ne va pas utiliser nos propres appareils ? La mission va en nécessité d'autres ? C'est assez étrange pour nous, c'est assez rare qu'on change nous donne autre choses que nos vieilles carcasses. Même si je sais que ma chérie a encore de quoi faire rugir ses moteurs ! »

C'était déjà pas mal de questions qui semblaient convenir à tout les Rangers, même si la manière dont exposa les faits Galdur dérangea quelques peu son supérieur d'escadrille. Pas fait pour les discussions officielles, décidement.

« Oui, c'est déjà pas mal de pistes auxquelles nous aimerions avoir la réponse. Bien entendu, je présume que nous serrons déployés sous la forme de notre propre aile ? Et si c'est le cas, aurons nous d'autres ailes avec qui coopérer ? En fait... Cela est lié directement avec la raison de notre présence ici et le contenu de la mission, c'est sûr... Mais comme nos indices fournis sommes assez minces... »

A coté de lui, Galur agita son mug.

« Et... euh... Un café mon Amiral ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Secteur Hapien) Nourrir les siens (Escorte, Ouvert)   Mer 12 Nov - 5:49

Les Rangers ont de nombreuses questions, et c’est tout à fait compréhensible de leur part. Je pense qu’à l’époque où j’étais encore capitaine, on m’aurait donné un ordre de mission sans m’en dire plus, j’aurais réagis de la même manière, cherchant à en savoir le plus possible. C’est tout à faut normal, je comprend plus que je ne peux comprendre autre chose dans cette conversation la position du chef d’escadron : amener ses hommes dans un terrain inconnu et sans aucune information, ça n’est pas très rassurant. Et je ferais tout pour que ce soit le moins possible le cas. Hélas, moi aussi j’ai mes ordres, et ils doivent le comprendre assez vite, sans quoi nous serons tous dans une impasse.

Je laisse ainsi le chef d’escadron terminer, de même que le Trandoshan qui pose de nouvelles questions. Je ne dis pas que je ne pourrais pas répondre à certaines de ses questions, mais sur ce qui concerne directement l’opération, je ne peux rien dire. Les services spéciaux n’ont pas encore terminé leurs vérifications avec tous les Rangers Antariens, et de toute manière ils m’ont conseillés très fortement d’en dire le moins possible. Dans le domaine du renseignement et du contre-espionnage, ils sont très agiles et efficaces, ce sont des professionnels, et moi je ne connais rien à ce domaine là, donc je leur fais entièrement confiance, tant que cela ne me rapporte aucun problème bien entendu.

En tout cas il faut dire une chose, l’accueil des Rangers est plutôt chaleureux, c’est un fait. Voilà que le Trandoshan me propose un café, après être passé outre le protocole quelques minutes plus tôt. Mais si je commençais à punir chaque acte de ce type, nous ne serions plus que trois dans la station, et encore. Et puis comme je l’ai déjà dit, je n’en ai rien à faire, je suis quelqu’un d’ouvert et de simple. En me proposant le café, je remarque qu’ils semblent en avoir fini avec la foule de questions, et qu’ils attendent impatiemment des réponses. Je vais faire mon possible et leur en fournir un maximum, tout en leur expliquant clairement la situation.

« Je suis rassuré de l’entendre commandant, et j’espère qu’encore une fois, les légendaires Rangers Antariens, dont on entend des exploits un peu partout, vont se montrer à la hauteur des dires. »

J’ai dit ça avec une pointe d’amusement, mais sans en faire de trop non plus. Si je dis ça c’est pour une bonne raison. La fierté est l’une des meilleures méthodes pour motiver des hommes, et j’espère que c’est aussi le cas pour eux : et puis après tout, il n’y a aucune raison que ça ne soit pas le cas, non ?

« Je comprends votre position commandant. Hélas, au dessus de moi il y a aussi du monde, et ceux-là m’interdisent pour le moment de vous en dire plus. Vous serez convoqué personnellement à un briefing détaillé une fois les équipages civils arrivés et vérifiés par nos services de contre-espionnage. Non pas que nous doutions de vous tous, les Rangers, bien au contraire même, mais face à un nombre croissant de membres d’équipages trahissant l’Alliance Galactique ou leur compagnie de transport en donnant des informations aux pirates, nous avons dû agir avec la plus grande prudence. J’espère que vous comprendrez. »

Je continue mes réponses à toutes les questions : celle du trandoshan maintenant.

« L’ensemble de la formation partira une fois que les équipages civils seront arrivés et vérifiés, c’est à dire d’ici un à deux jours. Ce qui explique pourquoi nous vous avons trouvé un peu de place dans les quartiers d’équipages, afin que vous puissiez être à vos aises durant tout ce temps. »

Bien qu’en réalité, je ne sache absolument pas quand : tout dépendra du transporteur et du bon vouloir du capitaine des services spéciaux détaché pour cette mission d’escorte. Cela me convient parfaitement d’ailleurs qu’on est déployé les gros moyens : je compte bien faire de cette mission un exemple, et pourquoi pas même un exemple de la réussite de la collaboration de la Marine avec d’autres forces navales alliées. Vient la question des vaisseaux auquel je dois répondre. Et je sens qu’on marche ici sur un terrain sensible.

« En effet, nous avons jugé bon de vous munir de nos X-86 Twintails, des vaisseaux parfaitement adapté à ce type de mission et dont nous savons que le Nouvel Ordre Jedi en possède un certain nombre. Ils sont très bien armés, efficaces et plus adaptés aux menaces. De plus il s’agit d’une question d’identification surtout : par soucis de cohésion et d’effet de groupe, il est préférable que vous soyez aux mêmes couleurs que les autres escadrons de chasse. Mais vous formerez bel et bien une escadrille indépendante de la chasse alliée, rassurez-vous. Le reste des informations relatives à nos forces en présence vous serons délivrés lors de ce briefing, commandant. »

Ah, et maintenant, c’est la pause café. Un bon café, ça ne se refuse jamais, surtout que cela permet en plus d’établir un meilleur contact avec les troupes, ou ici les Rangers.

« Un bon café ne se refuse pas, même si je dois vous avouer que c’est une première pour moi qu’un trandoshan me fasse du café ! J’ai hâte de voir ce que cela peut donner ! »

La pointe d’amusement est lisible rien qu’aux mots que je prononce, alors l’expression faciale ! J’ai envie d’en savoir plus sur eux, alors je ne vais pas me gêner.

« Alors, dîtes moi.. Comment êtes-vous venu à devenir des Rangers Antariens ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Secteur Hapien) Nourrir les siens (Escorte, Ouvert)   Mer 12 Nov - 15:29

Le fait de se savoir encore en vérification par des services aurait dû vexer quelque peu les Rangers, dont on avait d'habitude reconnaissance de leur fiabilité pour être des acolytes du Temple. Mais en dépit de cela, nul n'esquisse une once d'agacement. Ils n'étaient pas chez eux, après tout. Et il semblait normal que l'on puisse ainsi procéder à ce genre de services. Ils ne connaissaient pas la vie dans l'Alliance. Malgré tout ce que pouvait en penser notamment Galdur...
Mais le moment n'était pas à parle de ce qui fâchait. Tant pis, ils allaient devoir faire avec ces quelques informations tout en gardant l'œil ouvert.

Galdur disparut dans une pièce annexe.
« Bon, un café, un de plus, ça vient. »
« Évite de lui faire un Frappe-Crâne. Il ne s'agit pas de faire bondir l'Amiral dans tout les sens, d'accord ? » aboya Conroy.

Le Frappe-Crâne était le sobriquet qu'avait donné les Rangers au genre de café qui pouvait réveiller les morts. C'était un café trois fois trop forts et extrêmement mal dosé qui était en ce point infect qu'il mettait sur pied n'importe qui en très peu de temps et souvent pour longtemps. Au fil du temps, il finissait par avoir un goût familier ( bien que toujours aussi dégueulasse ) qui avait tendance, malgré tout, à procurer de bons souvenirs dans le chaud des casernes. Très appréciable dans les opérations durables loin de la maison. Et puis, vu la quantité de café que vous absorbiez en très peu de temps... Autant dire que vous aviez la pêche !
Galdur réapparut au bout d'un temps armé d'un second mug. Pas d'inscription sur celui-ci. D'ailleurs, le trandoshan était le seul à être propriétaire de sa tasse. Il disait qu'elle lui portait bonheur. Il tendit le tout à l'Amiral.

« Tenez patron. J'ai fais au mieux. J'espère que ça passera. »

Les autres se penchèrent sur la question précédemment énoncée.

« Comment on est devenu Rangers ? C'est une bonne question. Généralement, le recrutement se fait auprès de volontaires et avec une sélection bien spécifique. Philosophie, état de santé, motivations, loyauté, vous voyez le genre... Mais parfois, ça varie aussi. Moi j'ai juste fais les tests après m'être porté volontaire et j'ai été reçu. Comme Mog, dans le coin. Mais par exemple, Varko et Bragg, le Feeolin et l'humain derrière moi, ont un frère ou une sœur Jedi. »

Et forcément, cela jouait en leur faveur. Généralement, c'était ces frères et sœurs qui pistonnaient les futurs Rangers et les faisaient rentrer. Quand a Galdur... Quand il comprit que les autres le regardèrent, il sut que son tour était venu.

« Hein ? Moi ? Ben je suis pas né sur Trandosha mais sur Nar Shaddaa, à l'orphelinat. Mon daron pouvait pas s'occuper de moi. J'ai grandis avec une p´tite humaine. Pindi Neyo. C'est rapidement devenue ma meilleure amie. Puis j'ai grandis et j'ai commencé à devenir problématique. Alors on m'a placé en famille sur Trandosha. Ha ha ha, j'en ai pris des coups dans la gueule la bas. »

Il ricanait en fronçant les sourcils et en affichant un rictus.

« Ça vous forge le caractère, je vous le promets. Bref, un jour, des années après que je sois devenu indépendant, j'ai été pris dans une attaque de pirate sur un astronef civil. J'ai eu de la chance de m'en sortir. Rapatrié sur Coruscant au milieu des grattes papiers, devinez qui je croise ? Pindi Neyo ! Devenue Jedi ! Elle m'a proposé de l'aider à enquêter sur les attaques pirates. Donc je me suis retrouvé à embarquer dans une histoire trop longue pour la résumé. Tout ce que y'a à dire, c'est que je me suis retrouvé à piéger un pirate du nom de Mross qui hantait les sex-clubs de Nar Shaddaa. Une chance, une de mes sœurs bosse là bas. Elle m'a aidé à le chopper. Hé,hé. C'est pas prudent de tripoter nos femelles. »

Il haussa les épaules.

« Du coup, il a craché le morceau. Y avait un jeune jedi dont la famille avait été enlevée et qui était forcé de livrer des infos sur les cristaux de force aux pirates pour se faire du blé afin de payer la rançon. Moi et les flics, vu que je travaillais en étant acolyte de Pindi, on a été mît sur le coup et il a fallut qu'on s'occupe des pirates. Ce qui a été fait. On m'a filé une babiole de mérite et on m'a proposé une place dans les Rangers parce que j'avais bien aidé les Jedi et sur recommandation de Pindi. Je simplifie largement, mais voilà. C'est... Long et compliqué ! »


Dernière édition par Galdur le Jeu 20 Nov - 15:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Secteur Hapien) Nourrir les siens (Escorte, Ouvert)   Jeu 13 Nov - 2:44

Je découvre leur café pour la première fois, d’une qualité moindre que celui que j’ai l’habitude de prendre, et un peu plus fort, mais pas non plus imbuvable. Lorsqu’il parle de « Frappe Crâne », je suppose une recette extrêmement forte que se font entre eux les Rangers, sans doute avant les opérations. Je ne demande pas confirmation, il s’agit sans aucun doute de cela et ça ne me dérange pas plus que ça. A vrai dire, je sais que beaucoup, même dans notre marine ou dans la marine de l’Empire, utilisent des sortes de ‘’formules choc’’ pour tenir le coup. Il est vrai que parfois, être militaire n’est pas simple et que le physique autant que le mental seul ne nous permettent pas de tenir le coup. C’est tout à fait normal ! D’autant plus que les rythmes sont extrême, la concentration demandée grande, et le temps accordé au repos insuffisant. Toutefois, e tout temps, les officiers n’ont jamais pu y changer grand chose. Il faut choisir, à un certain moment, entre des troupes relaxées et tenant facilement le coup, et une armée parfaitement opérationnelle. Or, par les temps qui courent, nous ne pouvons nous permettre d’affaiblir nos forces militaires, c’est tout bonnement impossible.

« Pas trop mal encore votre café je dois dire. »

Cela fait toujours plaisir aux hommes : être officier, c’est un peu comme être politicien parfois. Il faut amadouer, mais seulement on n’amadoue pas des électeurs, mais ses soldats, pour qu’ils soient plus motivés, fier et ainsi meilleurs au combat, plus agressif aussi, tant qu’ils restent contrôlable. C’est un juste milieu en fait : les rendre fier et agressif, sans pour autant qu’ils soient totalement incontrôlable. Cela exige un certain charisme, c’est vrai, et une certaine poigne en même temps, en plus d’une expérience plus que nécessaire.

Puis, ils viennent à m’expliquer comment ils sont devenus Rangers. Pour la plupart, via des contacts parmi les Jedi, de la famille de ce que j’ai cru comprendre. Cela peut s’expliquer en effet, il n’y a pas de meilleur lien que la famille, et la famille on veut toujours plus la protéger qu’on ne peut protéger n’importe qui d’autre. C’est une bonne motivation. Ensuite, il y a les volontaires, avec une sélection et sans doute une batterie de test. Là encore c’est assez compréhensible, et puis après tout les Rangers sont réputés comme étant une unité d’élite dans la galaxie, alors nécessairement il faut que les hommes soient à la hauteur et capables. Mais nous verrons tout cela lors des opérations.

Vient ensuite le tour de Galdur, qui résume rapidement sa vie. Ce garçon semblait presque prédestiné à être un Ranger : toute sa vie semble être une justification au fait qu’il soit désormais ici. En tout cas, il a eu une vie assez intéressante, je dois l’admettre. Lorsqu’il termine son récit, je me permet de répondre à celui-ci ainsi qu’aux explications du commandant de l’escadron.

« Eh bien je dois dire que tout cela est assez atypique, mais c’est sans aucun doute ainsi que se forment les meilleures unités, les unités les plus aguerries et je pense que vous en avez la trempe. »

J’allais poser une nouvelle question quand mon comlink se met à sonner. Une simple pression sur l’un des trois boutons, et le canal de communication est ouvert.

« Amiral. Les transports civils sont entrés sur zone. »
« Parfait. Lancez les procédures, j’arrive. »


Bien entendu, les hommes m’entourant avaient tout entendu. Mais de toute manière, ça n’est pas un secret, je ne comptais pas leur cacher.

« Bien, messieurs, hélas je dois vous laissez. J’espère que nous pourrons nous recroiser après la mission. Commandant, je vous reverrais au briefing. »

Avant de partir, je compte tout de même serrer la main à chacun d’entre eux, en espérant que tous reviendront. Non pas que je sois particulièrement attaché à ses hommes, mais il est toujours assez désagréable de savoir qu’au fond on peut être responsable de la mort de certaines personnes, sans qu’on est pu rien faire pour l’éviter. Même si ça ne serait pas les premiers hommes mourant sous mon commandement, ni hélas les derniers. C’est une réalité, il faut s’y attendre à tout instant.

30 heures plus tard.

J’attendais déjà depuis dix minutes, en compagnie d’un certains nombre d’officiers subalternes de la Marine, dont les deux chefs d’escadrons et le capitaine des renseignements, l’arrivée du reste des officiers attendus pour le briefing : le commandant des Rangers, le commandant de la frégate, et le représentant de l’entreprise. Une dernière fois, je vérifie que tout est près et relis sur le datapad le rapport sur les vérifications faites par les renseignements. A priori, pour l’instant, tout semble bon, il n’y a eu aucune fuite. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y en aura pas, ou bien que les pirates ne peuvent pas nous attaquer : le risque est omniprésent. Cette campagne est de longue haleine, trop coûteuse et on ne semble pas en voir le bout.. Ce qui devient de plus en plus inquiétant, surtout après Velmor, ou d’autres événements dans la galaxie, Velmor n’étant pas la première planète à subir ses mystérieux raids éclats dévastateurs… Enfin, je ne suis pas politicien, je suis militaire.

Nous attendons, presque impatiemment, les derniers retardataires. Ensuite, nous pourrons lancer le briefing et expliquer clairement la mission, une fois la salle sécurisée et chacun d’entre nous fouillé. La sécurité maximale devrait permettre de limiter les risques ou pire, les pertes…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Secteur Hapien) Nourrir les siens (Escorte, Ouvert)   Dim 16 Nov - 0:59

Difficile de dire si les propos de l'amiral tenait de la politesse ou de la véritable arrière pensée. Quoiqu'il en soit, il fut alors qu'il dû s'absenter. Peut-être qu'ils ne se reverraient pas de si tôt. Les Rangers firent un bref salut et le regardèrent quitter la pièce. Aussitôt disparut, Conroy, en bon Wyvern Leader, commença immédiatement à prendre la tête des opérations.

« Eh bien. Vous avez de la chance qu'il soit sympathique. La première faute de comportement observée équivaut parfois à un « dehors ! » immédiat ! J'espère que vous serez plus dignes que cela lorsque nous serrons en mission, n'est-ce pas, Galdur ?! La prochaine fois que je te reprends avec tes manières, tu passe un sale quart d'heure ! »

Le trandoshan agita la main comme si il s'en fichait.

 « Sinon tu me sucre ma prime ? »
« Exactem... Oh mais gmmph ! N'essaye pas de me prendre pour un idiot. Je suis ton supérieur hiérarchique même si on se connaît depuis un moment. Je suis en droit te faire examiner par la commission pour une mise à pied quand je le souhaite. »
« C'est bon, c'est bon. Je me tais. » lança Galdur en jetant l'éponge.
Le leader hocha la tête et inspecta un peu le quartier.
 « Bon. Vous pouvez profiter de la pause pour vous reposer. Mais attention, ne foutez pas le bordel ! Ce sera déjà suffisamment chiant de préparer nos affaires, pas besoin d'avoir du ménage complexe à faire ensuite ! »
 « Chef oui chef ! » aboya le trandoshan en se mettant au garde à vous.
« C'est bien, Galdur. »
« Chef oui, chef ! »
« … Repos, Galdur ! »
« A vos ordres ! »
« Non, je veux dire, maintenant, là, tout de suite ! »
« Chef ? »
« Quoi ? »
« Elle était de combien, déjà, ma prime ? »

Conroy posa lourdement sa main sur son front et ses yeux et gargouilla.
« Bon, tu vas où tu veux, tu fais ce que tu veux, je veux pas le savoir tant que tu disparais de ma vue et que tu reste sage ! Allez ! Zou ! » fit-il.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Conroy acheva sa mise en plis en termina le tout en se passant rapidement de l'eau froide sur le visage histoire de le réveiller. Après quoi, il vérifia sa coupe, que tout était impeccable. Il apparut devant ses compagnons.

« Franchement, de quoi ai-je l'air ? Je fais propre ?» demanda t-il.
Les autres Rangers se turent un moment et l'observèrent. Galdur ricana de manière stupide.
« Hé, Conroy ? On baise ? Deux militaires bien virils dans un quartier et en manque d'action. »
« Ah ! Je prends ça pour un oui. » répondit le Wyvern leader amusé.
« C'était un « Ah » d'exclamation ? C'est ta partie formelle qui me trouve beau gosse à ton avis ? » continua Galdur.
« C'est pas le moment de me salir Galdur. Mais c'est peut-être ça. »
« Mais y'a de quoi ! C'est vrai que je suis beau gosse ! » ricana le trandoshan.
Bien entendu, il était parfaitement impossible de dire pour un humain ou une quelconque autre race autre que doshan si Galdur entrait dans la catégorie « laide » ou « belle ». Les Doshiens avaient tendances, pour le commun de la galaxie, à avoir tous la même face.
« Si tu le dit. Bon, ça suffit les conneries, je dois aller au briefing moi. On se retrouve tout à l'heure. »
« Au fait à propos de cette prime... »
« Ta gueule. »

- - - - - - - - - - - - -

Conroy se présenta bien rapidement au briefing, aussi propre qu'il avait pû l'être et l'air aussi motivé que possible. Prêt à en découdre et à découvrir le fin mot de ce qui les amenaient ici.

« Messieurs, mesdames. Merci d'agré mes plus sincères salutations. » déclara t-il en rentrant dans la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Secteur Hapien) Nourrir les siens (Escorte, Ouvert)   Mer 19 Nov - 6:31

Petit à petit, en moins d’une dizaine de minutes, tous les hommes convoqués au briefing sont présent. Celui qui ferme ‘’la marche’’, c’est le chef de l’escadrille des Rangers Antariens. Hum.. Ils ne semblent pas connaître la discipline, on voit bien qu’ils ne sont pas autant professionnels que des forces militaires conventionnelles. Nous verrons bien si au combat, ils agissent de la bonne manière ou non, pour l’instant je ne peux rien dire.

Suivant le chef des Rangers, quatre soldats, deux par portes, nous enferment à l’intérieur de la salle, verrouillant au passage les portes. Ces quatre hommes, issus des services spéciaux et armé de la manière la plus adaptée qui soit pour un tel environnement, seront, à partir de maintenant et jusqu’à la fin du briefing, notre seule protection. Je dois m’en remettre totalement à eux, comme tous ici.

De telles mesures peuvent paraître assez impressionnantes pour une simple mission d’escorte, mais je préfère ne pas sous-estimer la capacité d’action de mes adversaires. Les pirates sont de plus en plus ingénieux et parviennent à des résultats très impressionnant, en utilisant des techniques toujours plus originales et poussées. C’est un constat plutôt inquiétant, mais tant que nous pouvons continuer à faire quelque chose pour aider au mieux les Hapiens, et sécuriser l’ensemble de nos convois passant ou s’arrêtant dans la nébuleuse, c’est le principal.

Il est clair que, de toute manière, nous ne pourrons pas endiguer totalement la forte criminalité et la piraterie spatiale dans ce secteur. C’est un fait et j’en suis parfaitement conscient. Toutefois, nous pouvons le ralentir, et considérablement. Assez pour que les Hapiens puissent, seuls, prendre le relai. Ce qui, je ne le cache pas, nous arrangerais grandement, en plus de calmer les tensions avec les nationalistes hapiens de plus en plus présents.

L’ensemble des officiers convoqués étant présent, je démarre le briefing, en allumant en premier lieu le récepteur holographique géant au centre de la pièce ovale.

« Messieurs, aujourd’hui nous allons conduire l’escorte du convoi en partance de Tanaab pour Onderon. Conformément aux directives, notre escorte débute dès maintenant, et ce jusqu’à l’accostage en surface d’Onderon. »

Je marque une première pause, laissant s’afficher une carte du trajet (1) que va suivre le convoi. Il est droit et direct, assez prévisible en fait mais au moins, il sera rapide et plus court.

« Les forces en présence seront composé des frégates Espoir et Clairvoyance, ainsi que de leurs escadrons de chasse Twintails respectifs, nom de code Jaune et Magenta. Un escadron des Rangers Antariens du 4th Blue Wyvern sera également présent avec des Twintails aux couleurs de l’Alliance, nom de code Cyan. Les trois transports classe Action X auront le nom de code Maman. Le commandement aura le nom de code Parrain. »

A nouveau je marque une pause, laissant l’hologramme montrer une simulation des forces en présence. C’est une force assez conséquente, qui devrait pouvoir repousser les assauts pirates les plus virulents j’en suis certain. Mais mieux vaut ne pas sous-estimer nos adversaires. A nouveau, la carte s’affiche, avec plusieurs indicateurs.

« Nous suivrons la route commerciale interne Orelon - K’Tarri dans un premier temps. Nous passerons donc par Rynmar, Zalori, Terephon, Reboam, Dreena, Calfa et finalement K’Tarri. Puis nous couperons dans la nébuleuse pour rejoindre Endara. Il n’y a pas de route définie clairement, le secteur sera donc dangereux et les systèmes électroniques ne fonctionneront plus durant cette partie du trajet, il faudra redoubler de prudence. Ensuite, nous suivrons à nouveau une route commerciale allant jusqu’à Roran, en passant par Dark Claw, Ordron et Roran. »

Les zones dangereuses s’affichent alors en surbrillance, ainsi que des points sous forme de croix.

« Les zones indiquées sont des zones de grand danger, c’est ici que la majeure partie de l’activité pirate se concentre. Il est fort probable que nous ayons affaire à des forces pirates. Entre Reboam et Dreena, la probabilité est très forte, toutefois les patrouilles n’ont eu affaire qu’à des chasseurs et des cargos, rien de bien lourd. En revanche, entre Calfa et K’Tarri, l’une de nos patrouille a été attaquée deux fois par la même flotte pirate, et après avoir pu les repousser une première fois, a dû battre en retraite la seconde fois. Toutefois nous leur avons infligés de lourdes pertes et ils ne devraient pas poser beaucoup de problèmes. Dans tous les cas, des patrouilles proches pourront certainement nous venir en aide en cas de problème, et nous avons également doublé notre présence dans cette zone. Sur le reste du trajet, nous ne devrions pas rencontrer de problèmes. La vigilance sera tout de même de mise entre Rynmar et Zalori, il y a une dizaine d’heures un yacht de plaisance a déclenché sa balise de secours, ce qui pourrait ramener d’éventuels pirates dans le secteur. »

Il faut bien leur laisser le temps de digérer tout cela. J’espère juste que mon plan tiendra.

« Ensuite, l’escorte de Roran jusqu’à Onderon ne devrait pas poser de problèmes, mais nous préférons garder notre vigilance, au cas où des pirates voudraient mener un raid en dehors de la nébuleuse. Toutes les forces seront, une fois les transports arrivés et l’information confirmée, redéployés sur Orelon pour le débriefing. Le groupement reprendra alors le chemin inverse pour revenir ici. Il est fort probable que, si nous avons suffisamment de renseignement et assez de forces disponibles, le groupement se voit confier, une fois l’escorte terminée, la tâche de neutraliser la flotte pirate dans le secteur entre Calfa et K’Tarri, ou une éventuelle base militaire. Votre mission sera donc réellement terminée qu’une fois revenu sur Orelon. »

De nouvelles images apparaissent, celles de Twintails et de frégates Nebulon B-3.

« Les Twintails ont été modifiés par les techniciens de la Marine ces dernières heures. Chaque chasseur a vu deux de ses canons lasers être changés par des canons ioniques. Notre objectif n’est pas en effet de tuer, mais de neutraliser le plus possible. Si un vaisseau pirate est neutralisé, il faut prévenir les forces Hapiennes sur la fréquence V763-H et attendre leur arrivée. Ils se chargeront de récupérer les criminels et leurs vaisseaux. En cas d’impossibilité de neutraliser une cible ennemie, vous êtes autorisés à user de la force. Ne jouez surtout pas les héros et user de vos canons lasers si nécessaire. »

La dernière image a réapparaître une dernière fois, c’est la carte, avec une série d’informations géogalactiques tout autour.

« Des questions ? »
Informations complémentaires:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Secteur Hapien) Nourrir les siens (Escorte, Ouvert)   Ven 21 Nov - 0:30

Cela ressemblait à une mission d'escorte classique quoique sa durée semblait relativement plus longue que celles que l'on pouvait rencontrer d'habitude. Une routine en somme. Même si il était vrai que les pirates étaient plus attachés à leurs proies et à leurs habitudes que des tiques sur le cul d'un Dewback. Enfin bon, ils allaient devoir une fois de plus leur faire face et les empêcher de toucher aux restes des engins. C'était qu'ils étaient têtus ceux-là... La seule consigne qui sembla un peu étrange au chef des Rangers fut celle de se contenter de neutraliser les pirates plutôt que de les abattres. Voilà qui n'était pas commun. Qu'espéraient t-ils tirer de ces bandits ? Bah... Cela ne regardait pas les simple Rangers qu'ils étaient... Pour l'heure, maintenant que le briefing touchait à sa fin, c'était la tête pleine que le capitaine Antarien hocha la tête et sembla en mesure de comprendre.

« Tout est clair, Amiral. Je vais immédiatement préparer mes hommes et leurs mettre le pied au plancher, si vous me l'autorisez.  »



C'était désormais embarqué dans son fraîchement attribué chasseur Twintails que Galdur découvrait son nouvel espace de jeu, qui, il fallait tout de même le dire, était plus confortable et moderne. C'était un tout autre monde qui s'ouvrait à lui. Doucement, il démarra l'engin stationné sur le pont de lancement et l'écouta commencer a vrombir. Hum... Relativement doux comme vrombissement, doux mais en même temps agressif. Pile comme il les aimait. Il inspecta les consoles s'allumer une à une, les écrans afficher ce qu'ils étaient censés afficher et il porta attention sur l'état général de l'engin. Carburant ? 100 %. Intégrité ? 100 %. Température ? Idéale. Bon sang ! Allait-il finir par trouver un défaut sur cet engin ? D'autant plus que le temps allait lui manquer pour effectuer cette tâche, bientôt les feux de démarrage allaient passer au vert. Et ils allaient devoir s'élancer dans l'espace.

Le premier voyant s'alluma et le Wyvern Leader devenu occasionnellement Cyan Leader s'engagea à travers le champ de force et se retrouva dehors. Quelques instants plus tard, seconde lumière allumée, et voilà Varko qui partait à sa poursuite. Encore quelques instants plus tard, troisième passage ! C'était lui !
Galdur manœuvre tout doucement son engin, constatant la sensibilité et la nervosité de ce dernier et se décala doucement en avant puis, une fois suffisamment en altitude, il fit avancer son chasseur jusqu'à ce qu'a son tour, il soit dans l'espace. La sensation de pilotage était formidable. Être ainsi dans cette nacelle dans un espace relativement vide qui laissait beaucoup de possibilités et qui vous laissait léger comme l'air... C'était une chose qu'il adorait. Il se pressa de rejoindre la formation Cyan. Les autres finirent par le rejoindre et on procéda aux vérifications radios et formelles.

Galdur baissa les yeux au niveau de son panneau de bord. Le faciès casqué de Conroy apparut.


Communication : Wyvern leader

< Cyan Leader pour escadron Cyan. Êtes vous opérationnels et en état de poursuivre la mission ? Statut OK pour ma part, tout les voyants sont au vert. Terminé, à vous.>






Bien évidemment, devait maintenant répondre dans l'ordre d'abord Varko suivit de Galdur, puis Mog et enfin Bragg.


Communication : Wyvern 2

< Cyan 2 pour Cyan Leader. Tout est parfait ici et les moteurs tournent à plein régime. Ces chasseurs sont superbes. Terminé. >






Galdur activa sa fréquence radio et fit à son tour part de ses propres réflexions. Sans surprise, elles devaient être les mêmes que les précédentes.
« Cyan 3 pour Cyan Leader. Putain, tout est anormalement au top. Aucun soucis visible. Cela sera dur de reprendre nos vieux tacots après ça. Je suis OK. Terminé. » déclara t-il.
Mog pointa le bout de son nez.


Communication : Wyvern 4

< Cyan 4 pour Cyan Leader. Comme dit Galdur, c'est impeccable sur tout les points. J'ai hâte de voir ce que ces appareils ont dans le ventre. En espérant que les choses se passent comme prévu. Terminé. >






Et pour terminer, Bragg devait à son tour valider son statut !


Communication : Wyvern 5

< Cyan 5 pour Cyan Leader. Je ne peux qu'être d'accord. Cette mission se présente pour l'instant sous les meilleurs auspices. Que les pirates viennent se frotter à nous, ces engins les corrigeront de manière fort agréable, je présume. Tout est OK. Terminé.>





On transmit les informations de statut directement aux autres ailes et engins de l'Alliance et l'escadron Cyan ne tarda pas à rentrer en formation avec le convoi, se plaçant sur le flanc du véhicule du milieu, le longeant. Galdur se sentit ridiculement petit à coté de ces sacrés cargos. Vous vous sentiez petit face à n'importe quel engin un tant soit peu plus gros que le votre. Et pourtant, quand on considérait que le plus petit des appareils pouvait mettre à mal le plus brave des cargos...

Ainsi devait débuter l'odyssée qui les attendait. Tous en avait conscience : le passage par la nébuleuse allait être particulièrement ardu. Mais ainsi était faites les choses. Pour l'heure : En route.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Secteur Hapien) Nourrir les siens (Escorte, Ouvert)   Ven 21 Nov - 8:18

Après le briefing, les chefs d’équipes ne mirent pas longtemps à rejoindre leur poste, et moins d’une heure plus tard, tout le monde était sur le pied de guerre. Les deux frégates ainsi que les cargos transporteurs étaient désolidarisés de la base spatiale, l’escadron de chasse des Rangers était en train de quitter le hangar 4, bref tout allait pour le mieux.

Pour ma part, j’avais rejoins sans plus tarder la salle de commandement, cinq niveau plus haut que la salle de briefing, soit au niveau le plus haut de la station spatiale. C’était en effet assez pratique, puisque la salle était ainsi équipé de larges panneaux de baies vitrées, laissant ainsi le commandant des opérations observer les déplacements proches. Je pouvais donc m’assurer que tous les vaisseaux décollaient sans encombre, aussi bien les vaisseaux lourds se désolidarisant, que les escadrons décollant soit des hangars des frégates, soit de la station. 

Mais la procédure devait tout de même être suivie au cas où, et les opérateurs radios de la première rangée était aux aguets des comptes-rendus des unités. Même ici, dans la station, on utiliserait les codes radios, et personne ne serait autorisé à sortir non accompagné et sans mon ordre. Deux agents des services spéciaux de l’Alliance Galactique étaient également présent dans la pièce, l’un notant sur son datapad ce qu’il était nécessaire de noter, l’autre surveillant à ma demande le comportement des opérateurs et auxiliaires tactiques présent dans la pièce.

Quelques minutes à peine après le début de la mission, les rapports en liaison cryptée arrivent déjà. Les opérateurs de la première rangée les transmettent à voix haute. L’organisation de la pièce est stricte et conçue de manière très précise. La première rangée s’occupe des communications entre les unités et le commandement, chaque opérateur ayant en charge une unité. La seconde rangée s’occupe de l’ensemble des attributs tactiques de la mission : suivi des objectifs, réception et transmission des renseignements et ou des autres événements pouvant influencer la mission, et ce en temps réel. La troisième rangée s’occupe des ‘’phénomènes extérieurs’’ comme nous les nommons : présence ou non de trafic spatial ainsi que des incidents liés, situation astronomique, problèmes politiques divers que peut engendrer la mission. Enfin, la quatrième rangée s’occupe de préparer des solutions et des plans de secours en cas d’échec ou de complication. Le tout coordonné par le commandant des opérations, soit pour le coup, moi-même.

Cette méthode, mise en place il y a moins d’un an, c’est pour le moment avérée assez payante, si l’officier coordonnant les quatre ‘’pôles de compétences’’ gère bien les choses et sait garder son sang froid dans les pires situations. Ce qu’ici je n’espère pas. Enfin bref, revenons aux premiers comptes-rendus.

« Jaune opérationnel. »
« Magenta opérationnel. »
« Cyan opérationnel. »
« Maman opérationnel. »


Parfait. Tout se déroulait pour l’instant comme prévu. On sous-estime beaucoup le décollage, et pourtant c’est l’une des étapes, avec l’atterrissage, des plus dures et des plus périlleuses. C’est là que la majorité des accidents ont lieu, c’est à noter. Je suis donc toujours soulagé quand cette étape est dépassée.

« Parfait. Mettez moi en communication totale.
De Parrain à tous, poursuivez la mission. Prochain rapport à Rynmar. Libérer la fréquence globale d’ici là. Terminé. »


En attendant, nous ne pouvons être que vigilant, analyser sur les panneaux vitrés les projections en temps réel d’holo-caméra disposés un peu partout pour avoir des vues sur l’intérieur comme l’extérieur des vaisseaux. Sur le côté de chaque projection, différents paramètres chiffrés, des échelles et des jauges affichent la température, la tension des soldats, et de nombreux autres paramètres permettant de déterminer l’attitude psychologique des soldats. C’est pourquoi un expert du comportement humain complète l’équipe stratégique. Ce genre d’experts, formés en masse dès la fin de la guerre contre Darth Krayt, s’avèrent extrêmement utile. En effet, pouvoir déterminer comment un soldat réagit est devenu vital, puisque c’est un facteur plus qu’important pour la réussite d’une mission. Un soldat terrorisé ne sera pas efficace, alors l’envoyer au feu ne sera pas utile. Un soldat présentant des signes d’état de choc, pourrait être un danger pour les autres. Et des exemples, il y en a des tas.

Le premier trajet se passe sans encombre, Rynmar est atteinte sans aucun problème, qu’il s’agisse d’escarmouches, de problèmes au sein du personnel, ou de problèmes mécaniques.

« Rapports de situation ? »
« Jaune, RAS. »
« Magenta, pas de problèmes à noter. »
« Cyan, aucun fait à noter. »
« Maman, les transporteurs sont pleinement opérationnels. »
« Rapports des phénomènes extérieurs ? »
« Pour l’instant, le traffic est clair. Le yacht est toujours en attente de traitement, je recommande la prudence. »
« Aucun événement astronomique à noter dans le secteur pour l’instant. Prochain brief’ dans une heure trente. »
« Les dernières communications des forces spatiales Hapiennes nous apprennent qu’ils ont demandés des renforts dans le secteur de Phelope. Une force pirate majeure selon les scans, ils ne seront pas disponible avant au moins trois heures pour récupération de pirates. »


Ah. Premier problème, il va falloir en prendre compte. Continuons notre premier rapport.

« Docteur, rien à signaler sur le comportement des équipages ? »
« Rien pour l’instant Amiral, je reste vigilant. »
« Parfait. Mettez moi en communication.
De Parrain à tous, poursuite de la mission. Redoublez de vigilance, systèmes d’armes actifs, senseurs en mode passif, générateurs d’énergie à 70%. Terminé. »


J’espère que tout se passera pour le mieux… Nous arrivons à notre premier problème, et la zone n’est pas classée comme zone de forte probabilité de présence pirate.

« Monsieur. Les forces hapiennes n’étant pas disponible, que devons-nous concernant le yacht ? »
« Hum… »


Il n’a pas tord. Nous ne pouvons pas rien faire, ils sont peut être en danger. L’éthique nous l’empêche. D’un autre côté, stopper le convoi serait beaucoup trop dangereux, insensé même.

« Mettez moi en communication avec Cyan immédiatement. »
« Oui monsieur. »
« De Parrain à Cyan. Pensez-vous pouvoir aller inspecter le yacht en détresse sans prendre à de risque ? A vous. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Secteur Hapien) Nourrir les siens (Escorte, Ouvert)   Ven 21 Nov - 11:38

Eh bien au moins, ils avaient leurs ordres. Jusqu'ici, le trajet avait été relativement tranquille et aucun pépin notable n'avait eut lieu. Alors qu'ils approchaient du premier point balisé de trajet, cependant, ils eurent apprit que les renforts seraient en retard. Mauvaise nouvelle. Si les choses tournaient mal, cela allait se compliquer. C'était pour cette raison qu'ils devaient se montrer extrêmement prudent, et pour les Rangers, même ce yacht qui flottait au loin dans l'espace pouvait être une sérieuse source d'inquiétude. Il était évident qu'il fallait allait observe ce qui n'allait pas, bien sur.

L'aile Cyan désignée pour aller vérifier l'intégrité de l'appareil en perdition se plaça en formation en écran plutôt qu'en chevron. Si des pirates devaient surgit, ils ne pourraient ainsi pas isoler un à un les chasseurs et les abattre aisément. Une fois à portée de l'engin, ils commencèrent à lui tourner autour en procédant aux scans. Les systèmes semblaient désactivés, exceptés les modules de survie. Peut-être y avait t-il encore les occupants à l'intérieur ? On s'empressa par la suite de brancher les communications sur la fréquence globale afin que les autres engins du convoi puissent entendre les tentatives de mise en contact de l'escadron Cyan.


Communication : Wyvern leader

< Cyan Leader pour Parrain. Nous faisons face à un transport de plaisance répondant au nom de « L'iceni ». Tout les systèmes semblent désactivés ou H.S sauf les modules de survie. Possible survivants. Nous démarrons les tentatives de contact. >






On lança les premières notifications radios pour attirer l'attention de l'Iceni, pour peu que l'équipage puisse encore les entendre. Faute de recevoir une autorisation, on se permit malgré tout de forcer un peu la manœuvre et d'envoyer un message sans attendre le retour de la part du transport.


Communication : Wyvern leader

< Cyan Leader pour Iceni. Un deux, un deux. Me recevez vous ? Si vos communications sont endommagées et que vous ne pouvez répondre, coupez votre balise. Me recevez vous ? À vous. >






Le temps s'écroula sur de très longues secondes d'un silence de mort. Un silence digne de l'espace. La balise continua d'émettre son signal sans interruption. Soit l'équipage ne les avaient pas entendus, soit il n'y avait plus d'équipage.


Communication : Wyvern leader

< Cyan Leader pour Iceni. M'entendez vous ? Je répète, si vous ne pouvez pas nous répondre, débranchez votre balise de détresse ! Nos radars de combat son verrouillés sur vous. À vous .>








Encore de très longues secondes sans plus de signes de vie de la part du cargo. Qu'est ce que cela signifiait ? Peut-être qu'ils étaient écoutés. Mais pas par les personnes qu'ils souhaitaient. Dans tout les cas, c'était désormais aux supérieurs de prendre une décision.


Communication : Wyvern leader

< Cyan Leader pour Parrain. Aucune réponse de la part de l'Iceni. Peut-être qu'il est déjà trop tard et que cet engin à déjà été pillé et l'équipage tué. Cependant, ces modules de survies encore actifs me laissent perplexe. Devons nous nous arrimer et pénétrer dans le transport ? Terminé. À vous.>






La vignette de Mog apparut sur les écrans globaux alors qu'il transmettait à son tour son propre message sur les fréquences.


Communication : Wyvern 4

< Cyan 4 pour Parrain. C'est peut-être un piège. Quoiqu'il est tardif à déclencher, mais j'ai un mauvais pressentiment. Peut-être qu'ils nous écoutent ou nous observent, peut-être qu'il n'y a personne. La balise continue d'émettre. Permission de tirer sur le compartiment avant afin de la détruire ?>






Mog n'avait pas complètement tort. Soit ils allaient vérifier directement à l'intérieur et en profitaient pour désactiver la balise proprement, quitte à tomber dans un piège et perdant un temps précieux, soit ils détruisaient la partie de l'engin où la balise était intégrée, condamnant possiblement d'éventuels survivants mais empêchant la perte de temps et réduisant les risques de se faire surprendre par une embuscade. Ils pouvaient également s'en aller en laissant tout ça ainsi. Mais dans ce cas là, la balise continuerait d'émettre, attirant possiblement des pirates et si il y avait des blessés là-dedans, peut-être qu'ils décèderaient.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Secteur Hapien) Nourrir les siens (Escorte, Ouvert)   Lun 24 Nov - 17:52

L’escadron des Rangers ne met pas longtemps à rejoindre la position de la balise de détresse. A chaque seconde passée dans cette zone, je redoute encore plus une attaque. Les pirates ont de plus en plus d’audace et de moins en moins peur des risques et de la mort, c’est une triste réalité. Hors, un escadron de Twintails, bien qu’ils soient sans aucun doute de très bons pilotes, ne pourra pas résister longtemps face à une flottille pirate de nombreux cargos, corvettes, navettes et chasseurs. C’est là encore un fait. Ce qui explique donc pourquoi je ne me sens pas très à l’aise, stressé qu’une unité sous mon commandement puisse mourir, comme hélas, ce fut déjà le cas. Mais je ne connais pas un officier qui n’a pas une mort sur la conscience, ou alors ses compétences sont ridicule et on peut se demander ce qu’il fait là.

Sans rien ajouter, le regard fixé sur les caméras de bord des chasseurs de l’escadron, chaque caméra déployée sur le panneau gauche, j’attends, non sans une certaine impatience et une grande curiosité également. A tout moment la situation peut déraper, nous devons être très vigilant et très concentrés. 

L’escadron agit selon les procédures, suivant religieusement le protocole. Mais les tentatives de contact échouent toutes, ce qui commence à me faire craindre une possible embuscade, ou alors la mort de tous les passagers. Ce qui serait possible, hélas. D’un autre côté, Hapès et sa nébuleuse sont des zones de guerre, il ne faut pas se le cacher, c’est pourquoi je trouve plutôt dangereux que des vaisseaux civils n’ayant pas de raison pratique ou commerciale d’être ici devraient être interdits de séjour, plutôt que de leur recommander la prudence. Je sais très bien qu’ils ne sont pas le moins du monde prudent, et d’ailleurs je doute que je le serais à leur place, c’est une énorme faute puisqu’on en arrive à de pareilles situations.

Les tentatives ayant échoué, le leader de l’escadron, puis l’un de ses membres, me font deux propositions qui, l’une comme l’autre, sont très intéressantes.. Mais amènent à faire un très difficile choix. Les deux propositions proposent les même risques : la mort. Elles proposent aussi les même récompenses : sauver des vies. Mais laquelle est la bonne ? Telle est la question..

Je n’ai toujours rien dit, et pourtant je sais qu’ils attendent impatiemment ma récompense, qui ne vient pas. Nous n’avons pas beaucoup de temps, nous devons être très réactifs. Je me reconcentre, et fais signe à l’opérateur en charge de l’escadron de me mettre sur leur canal via haut-parleur.

« Cyan Leader de Parrain. Faîtes arrimer deux chasseurs au yacht, et enquêtez sur les raisons pour lesquelles la balise n’est pas éteinte. En cas de pépin, repliez vous et neutraliser la menace définitivement. Pour le reste de votre groupe, protection rapprochée du vaisseau. Restez pour votre part dans l’espace, nous ne pouvons pas vous perdre sans quoi vos hommes seraient livrés à eux même. »

Au moins, j’avais le mérite d’être très clair, même si le ton confiant que j’ai employé n’est pas sincère. En effet, je suis tout sauf conscient, la situation est tendue et peut déborder à tout instant. D’un autre côté, je suis très curieux de savoir ce qu’ils vont trouver là bas.. En espérant que ce ne soit pas quelque chose de dangereux ou qui puisse nuire à leurs vies…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Secteur Hapien) Nourrir les siens (Escorte, Ouvert)   Jeu 27 Nov - 0:37

Ce fut à Galdur et Bragg de s'y coller. Un par un, ils accrochèrent leurs chasseurs respectif. Comme personne ne pouvait déclencher la séquence d'arrimage depuis le yatch, ils durent déclencher la séquence d'arrimage d'urgence que les véhicules militaires ou policiers pouvaient provoquer afin de rentrer à l'intérieur de l'appareil par les docks ventraux. Une fois dans ces blocs de transition, ils purent quitter leurs chasseurs entrer définitivement dans l'appareil.

« On est dedans. Aucuns soucis pour s'amarrer en tout cas. Ce n'était pas endommagé et les baies sont en état. On a pas attaqué ce yacht pour que personne ne s'en sorte, semble t-il. On a même voulu rentrer dedans, je présume. » lança Galdur à l'intention de tous.

Ils débouchèrent dans le couloir principal de ce vaisseau et regardèrent à droite et à gauche. Aucun danger en vue, en lui même, l'appareil n'était pas très endommagé de l'intérieur. Sans doute avait-il été simplement désactivé. Des traces de lasers couvraient sur quelques points les murs, et Bragg supposa que la résistance avait été relativement brève. Peut-être que les coups avaient été tirés en guise de sommation pour effrayer l'équipage et le forcer à se rendre. Pas de sang ou de blessés en vue, en tout cas, pas le moindre corps tout court. Ils commencèrent pas inspecter la salle des machines. Les moteurs étaient morts, comme si leurs composants internes avaient fondus. Peut-être que quelqu'un avait tiré avec répétition dessus où avait un peu trop forcé l'énergie sur cette zone du coin. Les modules de survies, quelle surprise, étaient actifs.

« Il y a sans doute eut un abordage ici, je prends quelques images des traces de tirs et je vous les envoies. Aucune trace de l'équipage, cela dit. L'exécution me paraît improbable. Sauf si ils les ont tués avec un couteau. Mais dans ce cas, il n'y a pas de sang par terre. Pareil, on peut exclure la mort par la désactivation des systèmes de survie. L'hypothèse la plus probable est qu'ils ont été emmenés ailleurs. » déclara Bragg en inspectant le coin.

La soute était vide. Pas l'ombre d'une provision alimentaire, d'eau ou de quoi que ce soit d'autres. Si c'était des pirates, ils avaient sans doute volés le ravitaillement. Un sorte de rayure noirâtre en sillon barrait un plan du mur, cela dit. Un cutter à fusion était visiblement tombé à coté.

« On dirait que quelqu'un a essayé de se défendre. J'ai une balafre sur le mur. La lame de plasma d'un cutter à fusion aurait pût faire ceci. Et j'ai justement un de ces cutters à mes pieds. En tout cas, le pauvre bougre ayant utilisé ceci n'a pas dû aller bien loin. Aucune trace de tirs, cela dit. Je pense que lui aussi n'a pas été tué dans l'immédiat. »

Galdur se permit de faire un tour dans les toilettes. En général, c'était toujours de bon endroits pour les trouvailles. Et ça ne manqua pas ! L'espèce de sachet de poudre violette qu'il trouva sous la lunette des chiottes marquait de sacrés points !

« La vache. Qui que soit le propriétaire de ce yacht, il était camé ! Je viens de retrouver du Lesai dans les chiottes. C'est une drogue normalement interdite. Peut-être que y'en avait dans la soute, qui sait ? Elle était vide, après tout. »

Il rangea le sachet dans sa poche et se dirigea vers le cockpit où Bragg était déjà occupé à désactiver la balise qui bipait à tout vas. Inutile d'essayer de redémarrer le véhicule. Ses machineries étaient trop endommagés pour espérer quoi que ce soit.

« Bragg ? »
« Quoi ? »
« T'es pas censé avoir désactivé la balise ? »
« Si. »
 « Pourquoi j'entends encore un truc qui fait du bruit ? »


La question de Galdur ne tardera pas à trouver sa réponse. Dehors, depuis la vue que l'on eut aux appareils de l'Alliance, il fut difficile de passer à coté de la détonation illuminant la zone ainsi que l'explosion qui suivit. La portion avant droite du yacht venait littéralement de sauter ! Projetant plusieurs modules ici et là ! Les chasseurs de l'aile Cyan deux postés à cotés eurent un moment de panique et s'éloignèrent par réflexe du yacht qui venait partiellement d'exploser.


Communication : Wyvern leader

< WOW ! Une partie du pont viens d'exploser ! Je répète ! Une partie du pont viens d'exploser ! Ce vaisseau était sûrement piégé ! Reculez ! Il faut tirer nos hommes de là ! >








Communication : Wyvern 2

< Galdur ?! Bragg ? Vous nous entendez toujours ?! Qu'est ce qui viens de se passer à l'instant ? >








A l'intérieur du yacht, Galdur se releva péniblement. Il avait été projeté dans le couloir principal lorsque la charge avait explosé. Quelques petites brûlures lui parcourait la peau mais il semblait être en bonne santé. Les flammes commençaient désormais à grignoter les murs et léchaient ici et là l'appareil. Une fumée brumeuse avait également rapidement commencé à se répandre, rendant la visibilité relativement mauvaise. Le trandoshan se pressa de revenir dans le cockpit à la recherche de son compagnon. Il le trouva aux bruits de grincements qu'ils produisaient.

« Putain, Bragg ! Ca va ?! » aboya t-il en approchant.

Bragg était en position assise contre une paroie, l'air ahuri. Une barre de fer lui avait transpercé la cuisse et le clouait désormais au mur. Il saignait. Abondamment. Son regard transperça celui de Galdur.

« Je... suis touché ? » gargouilla t-il surprit.

Pas de temps à perdre, Galdur se mit aussitôt à essayer de le décrocher de là avant que les flammes n'endommagent suffisamment l'appareil pour qu'il explose pour de bon avec eux à l'intérieur. Le tirer était une mauvaise idée. Il fallait déloger cette maudite barre de sa jambe. Le trandoshan alla donc récupéré le cutter à fusion vu précédemment et le démarra précipitamment.

« Regarde pas, c'est un conseil. »

Aussitôt dit, il s’empressa de commencer à découper la barre fichée dans la jambe de Bragg. Une chance que Galdur avait des lunettes. Bragg fut contraint de regarder en haut, n'étant pas capable de produire le moindre son. La chair se cautérisa quand le cutter de Galdur passa à coté. Mais une fois, l'opération terminée, il put enfin décrocher Bragg, bien qu'il lui restait encore de la ferraille dans la cuisse. Pas question de l'extraire entièrement, Galdur n'était pas doc et il savait qu'en la retirant, il allait plus aggraver les choses que faire du bien. Bragg avait visiblement perdu conscience, ce qui força le trandoshan à le saisir par les épaules et le trimballer avec lui dans le vaisseau inondé de fumée. Il se pressa de rejoindre les couloirs d'arrimage en espérant qu'au moins un des vaisseaux était resté accroché, puisque les capsules de sauvetage étaient disparues. Fort heureusement, son chasseur avait tenu le coup et était toujours fixé. Il dû placer Bragg avec lui dans le cockpit et se pressa de déclencher les manœuvres désarrimage.

Le chasseur de nouveau libre put s'échapper du yacht avant qu'une seconde explosion ne retentisse, projetant cette fois-ci le pont principal dans l'espace ! Galdur tira sur les commandes et se pressa de s'éloigner avant de démarrer sa radio.

« C'est bon... C'est bon ! On est sorti mais Bragg est touché et inconscient ! Sa jambe pisse le sang. Un bout d'fer lui a percé la guibolle. Faut que les docs le prennent en charge rapidement ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Secteur Hapien) Nourrir les siens (Escorte, Ouvert)   Lun 15 Déc - 5:14

Il est vrai qu’au combat, tout se passe très vite généralement, on a difficilement le temps de se rendre compte des choses, on est beaucoup trop concentré, on doit être beaucoup trop vigilant, on ressent une foule de choses, on a des peurs, des peurs nombreuses, des questionnements. Bref, quand on est au combat, notre tête est bien trop occupée pour se rendre compte du temps qu’il passe. Je n’ai certes jamais été trop au combat, j’ai toujours été au commandement et c’est normal puisque j’ai été formé pour cela. Toutefois moi aussi j’ai déjà participé à des combats, notamment lors de mon baptême du feu, et je pense donc être assez compétent pour pouvoir parler de cela.

Mais si au combat, on ne ressent pas la durée, ça n’est pas le cas du commandant d’une mission. En effet, puisqu’on est plus loin, à l’abri, nécessairement on n’a pas l’esprit autant occupé ni l’instinct de survie qui nous demande toutes nos ressources. Par contre, du moins si on a une conscience, on s’inquiète tout autant, on cherche à tout faire pour ne pas avoir de morts à se reprocher. Et parfois, c’est extrêmement dur de ne perdre personne, voir même, hélas, impossible.

La progression des deux Rangers Antariens dans le vaisseau est rapide, bien que je la ressente pourtant comme plutôt lente. Je reste aux aguets de tout ce qu’ils peuvent dire : en effet, j’ai la mauvaise impression que quelque chose ne va pas. Un vaisseau totalement désert, tous systèmes éteints, ça n’est pas bon. J’en oublie presque de me concentrer également sur la progression du convoi, qui pour l’instant ne rencontre aucun problème. Heureusement, parce que ça n’est pas simple de se concentrer sur deux événements majeurs en même temps. Je redoute plus que tout que nous ayons à nous battre sur deux fronts.

Nous recevons en temps réel les indications des deux Rangers, alors que le reste de l’escadron est en position défensive autour du yacht stellaire, tout en restant à une distance suffisante en cas de problème. Le vaisseau semble avoir été attaqué. Je me demande bien ce qu’ils vont trouver.. Et plus les minutes passent, plus je me dis que je devrais ordonner la retraite. Bientôt, j’apprend qu’ils ont trouvé du Lesai, une drogue que l’on retrouve depuis peu assez souvent dans l’espace Hapien. J’aime de moins en moins cela.

Lorsque je m’apprête à leur donner l’ordre de quitter le yacht, un flash lumineux éclaire les parties de l’écran projetant les caméras des pilotes. On entend une forte explosion, provenant directement des micros des deux Rangers à l’intérieur. Nous devons être très rapide à réagir, tous autant que nous sommes. Et c’est à moi, commandant cette mission et étant responsable de chacun d’eux, de montrer l’exemple.

« Formez un écran de protection autour du vaisseau, à une distance de sécurité suffisante en cas d’explosions secondaires ou totale. Engagez tous vaisseaux approchant. »

Mais avant tout, c’est les deux Rangers encore présent dans le vaisseau qui m’inquiètent. On a plus aucune nouvelle d’eux pour l’instant. Pendant de longues minutes, plus rien. Plus rien dedans et plus rien dehors. Pas une activité suspecte, pas d’explosions secondaires, rien. Aux senseurs, pas un signal. Du moins, sur les senseurs des chasseurs.

Puis, au bout d’un certain moment, l’un des deux Antariens reprend communication. Il nous informe sur la situation de son coéquipier, blessé gravement. Le temps presse et il faut faire quelque chose.

« Evacuez de la zone immédiatement. Formation de protection rapprochée autour de Cyan 5. »

Je me tourne presque immédiatement vers l’opérateur en charge de la frégate Espoir.

« Faîtes stoppez le convoi. La frégate Espoir s’apprête à accueillir le blessé. Senseurs en alerte. »

Espérons qu’il n’y aura pas d’attaque…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Secteur Hapien) Nourrir les siens (Escorte, Ouvert)   Sam 20 Déc - 18:26

« Tiens bon, bâtard ! J'ai pas supporté les pédés de la caserne avec toi pour que tu me file entre les doigts de cette manière ! T'étais censé mourir étouffé par ton café à la con bordel de merde... » grinça Galdur pour lui même.

Bien entendu, il ne s'était pas attendu à ce que son camarade lui réponde. En général, quand on perdait connaissance suite à un telle attaque, ce n'était pas pour se relever dans les minutes qui suivaient. Galdur enfonça son accélérateur afin de rejoindre au plus vite la frégate désignée pour récupérer le blessé. A une telle vitesse, le contrôleur commença à s'affoler quand il perçut la vitesse à laquelle allait le trandoshan. Par ailleurs, il était vrai aussi que ses propres capteurs commençaient à s'affoler quand ils calculèrent que la collision à une telle vitesse promettait d'être rude.

« Cyan 4 ! Ralentissez ! Vous allez nous percuter ! »
« Euh... P'têtre, j'pense que ça ira. Enfin, je crois. » râla Galdur pas le moins inquiété du monde par les rapports de prévision de choc qui commençaient à envahir ses écrans.

La piste du hangar de la frégate était dégagée. Il n'y avait presque rien pour empêcher un atterrissage en soit. Mais à une pareille allure, il était inconcevable de se poser proprement. Les opérateurs radio et contrôleurs de la frégate hurlèrent dans leurs micros à l'attention du trandoshan qui allait s'écraser en plein dans le hangar. Ces voix se mêlèrent à celle du narrateur du chasseur qui annonçait clairement « qu'il y avait un potentiel risque de collision et que la prudence était de mise ». Les voyants tournèrent au rouge et une sorte d'alarme se déclencha dans le cockpit. Désormais, il était à moins de cent mètres de son objectif.

« Ah merde. C'est cassé ! Faut réparer... »gargouilla Galdur en observant les lueurs d'alarmes.

Il leva bien haut le coude et l'abattit avec force sur le tableau de bord du vaisseau et plus particulièrement sur l'écran qui renvoyait les rapports d'alarmes. Un craquement sévère se fit ressentir lorsque le trandoshan frappa, fracturant l'écran et détraquant quelque peu les systèmes de mécanique d'assistance au pilotage du chasseur. Néanmoins, tout retourna au vert. Rien d'étonnant. Et il était fort peu probable qu'ils tournent au rouge encore une fois même si il venait à frôler un astéroïde après un coup pareil.

« C'est bon ! C'est réparé. Bon y'a, quelqu'un dans le hangar ? J'arrive dans quelques secondes. » demanda Galdur qui amorçait déjà une large descente vers le hangar.
« Arrêtez vous ! Arrêtez vous ! » renvoyèrent les contrôleurs.

Si il y eut effectivement quelques techniciens sur le hangar, tous évacuèrent bien vite le hangar en percevant à travers le champ de force la silhouette du chasseur qui leur fonçait dessus. Galdur traversa à grande vitesse la barrière énergétique et son chasseur en descente commença à frotter sur le sol en laissant derrière lui une sacrée traînée d'étincelle ( et quelques morceaux de métal ). Bof, tant qu'il ne perdait aucun modules...
Le trandoshan inclina son vaisseau sur le coté de manière à ce que l'une des ailes de l'appareil frotte à son tour au sol. De cette façon, il commença à pivoter sur lui même jusqu'à finalement se retourner parfaitement en une tête à queue le projetant dans le sens contraire à son arrivée. Le twintails ne s'arrêta pas de glisser pour autant dans son sens initial ! Galdur était littéralement en train de faire une marche arrière relativement brute. Le chasseur continua longuement son frottement et son glissement sur le hangar jusqu'à ce que l'arrière finisse enfin par percuter après avoir perdu de la vitesse le bord des parois interne, l'arrêtant net pour le coup. Aussitôt à l'arrêt, Galdur ne prit même pas le temps de vérifier l'état de son appareil et déchargea en vitesse le blessé qu'il remit aux techniciens médusés de l’atterrissage qu'ils venaient d'observer.

« Si vous m'abimez mon Bragg ! Ca va chier ! Allez ! J'y r'tourne moi ! » fit-il avant de retourner dans le cockpit de son chasseur.

Il activa aussitôt les réacteurs et les propulseurs AVANT les modules d'élévation. Résultat des courses, il partit droit en avant en glissant de nouveau sur le sol, continuant les traînées d'étincelles. Ce n'est qu'une fois une vitesse qu'il jugeait « convenable » qu'il décolla enfin, lui permettant ainsi de quitter la piste et de se mettre en position immédiatement.

Galdur regarda son afficha. L'intégrité de la coque semblait être fixée à 83 %.

« Eh ! J'ai bouffé mon record les gars ! » aboya t-il dans son micro.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Secteur Hapien) Nourrir les siens (Escorte, Ouvert)   Jeu 15 Jan - 0:14

Pendant que sur place, le chasseur du Trandoshan file à toute allure en direction de la frégate, les autres Rangers aux ordres du Nouvel Ordre Jedi restent sur place, en formation d’écran défensif plutôt proche du yacht abandonné. L’un de nos vaisseaux y est encore accroché et pourrait être un matériel de plus pour les pirates. Hors, nous n’avons vraiment pas besoin de cela, avec cette guerre contre la piraterie déjà bien prenante. Je n’ai d’autres choix que d’ordonner la destruction complète du yacht, même s’il y reste des survivants. Ce que, dans tous les cas, je doute fort, au vu de l’état du vaisseau..

« A l’escadron Cyan, ordre de destruction complète de la cible. Il ne doit rien y rester. »

Je n’ai que le temps de terminer ma phrase que déjà les communications en provenance de la frégate Espoir s’affolent. Le Trandoshan arrive beaucoup trop vite, avec un défaut de boucliers déflecteurs liés à la trop haute puissance des réacteurs, et le commandant craint qu’il ne percute la coque. Les conséquences seraient désastreuses. D’un autre côté, l’incident diplomatique serait trop important si je donnais l’ordre d’abattre un représentant du Nouvel Ordre Jedi parce qu’il fonçait de manière trop dangereuse sur un vaisseau de l’Alliance. Entre la réalité du terrain et la politique, il y a tout un monde que je peine souvent à comprendre.

Nous n’avons, tous pas d’autres choix que d’attendre, impuissant, fixant avec angoisse les écrans du cockpit de Cyan 5 comme des différentes caméras donnant un point de vue tourné vers l’extérieur de la frégate.. Je dois attendre, espérant qu’il n’y ait aucune collision, trop captivé par la scène pour répondre à l’opérateur en charge de la frégate, relayant les demandes incessantes du capitaine à bord qui me demande quoi faire.

Je vous prie de croire qu’à ce moment là, j’aimerais bien botter moi-même le cul de ce fou de Trandoshan qui ose foncer sur les vaisseaux de ma flotte. Je n’avais déjà pas une très bonne opinion des Rangers Antariens pour avoir vu leur grande désorganisation et leur manque total de discipline et de rigueur, mais vraiment ils ne font rien pour s’arranger.

Finalement, il arrive tout de même au hangar.. Plus ou moins intact. Bon, c’est déjà ça. On voit clairement, de la caméra de son cockpit, qu’il a endommagé les fonctions de l’ordinateur de bord et on entend bien que la coque est au contact avec le sol du hangar. Le bruit est presque infernal, j’ai du mal à ne pas demander qu’on coupe le son. Mais, au cas où quelque chose se produirait, mieux vaut le garder.

Les minutes passent et bientôt l’Antarien blessé est pris en charge par l’infirmerie du vaisseau. Sauf qu’il y a de nouvelles complications…

« Médecin-chef Hanbi au rapport, Amiral. »
« Décrivez moi l’état du patient. »


Il prend une courte pause avant de répondre, et l’on sent bien qu’il va y avoir des imprévus.

« Il a perdu beaucoup de sang, les muscles autour de l’ouverture sont bien endommagés. Si nous n’arrivons pas à le stabiliser, et il y a très peu de chances je dois vous le dire, nous serons obligé de l’amputer. Si tel est le cas, nous ne pourrons pas le faire sur cette frégate : il doit être transporté à une antenne médicale. »

Nous avons donc un gros problème sur les bras. En effet, pour cette mission les frégates ne sont pas pourvues de navettes, mais seulement de leurs escadrons de chasse, et ce afin d’alléger au maximum les équipages et donc de pouvoir munir d’autres unités de plus de vaisseaux et de membres d’équipages, là où c’est nécessaire. En cas de problème donc, nous devrons nous séparer d’une frégate. Il ne resterait alors plus que la moitié des effectifs pour défendre le convoi, ce qui est beaucoup trop peu. Cruel dilemme que j’ai de devoir choisir entre la mission d’escorte, ou la vie d’un Ranger Antarien, dont sa mort pourrait causer quelques tracas diplomatiques.

« Je vous conseille d’ailleurs, pour sa survie, de le transporter le plus rapidement possible à une antenne médicale. Ses chances de ne pas se faire amputer y seront beaucoup plus importantes, et en cas de problème majeur, son suivi sera non seulement meilleur, mais nous pourrons mieux réagir. »

On sait ce que le médecin-chef, en charge de son infirmerie surtout composée de droïdes, pense au moins. Et je sais qu’il n’a pas tord. C’est désormais un pur choix, et c’est à moi de le faire ce choix, et à personne d’autre. Je dois le faire, et vite qui plus est, puisque tout temps perdu peut être fatal pour notre blessé grave.

Finalement, je me résigne. La vie d’un être organique est plus importante qu’une mission de transport. Le convoi se détournera d’Hapès ma foi, nous n’avons pas d’autres solutions hélas. De toute manière, ça n’est pas plus mal. En effet, cette mission, comme d’autres, aurait pu voir de nombreux bons pilotes mourrir, simplement pour transporter des centaines de tonnes de produits agricoles d’un monde neutre à un monde allié. Nourriture qui peut très bien être transportée par d’autres lignes que les routes commerciales passant par ici. Nous avons déjà eu bien assez de victimes dans ce long conflit face à un ennemi asymétrique.

« A tous. Ordre de repli sur le poste de commandement. La mission est annulée. Préparer l’antenne médicale à la surface, un blessé grave va y être accueilli sous peu. Lieutenant, vous effectuerez le débriefing. »
« A vos ordres Amiral. »
« Veillez à ce que tous nos hommes rentrent en vie. »


Et sur ces mots, je quitte la pièce. Frustré, le poing fermé. Oui, premier commandement en temps qu’Amiral, premier échec. De ce que l’on dit, on apprend de nos échecs. Pourtant, je n’aime pas être en échec, et perdre. Mais parfois il faut s’y résigner. Maudit espace Hapien, maudits pirates.
Fin.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (Secteur Hapien) Nourrir les siens (Escorte, Ouvert)   

Revenir en haut Aller en bas
 
(Secteur Hapien) Nourrir les siens (Escorte, Ouvert)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haïti: Une alternative pour le secteur de l''élevage
» Bal costumé d'All Hallows' Even. [OUVERT À TOUS]
» Quel plan de développement pour le secteur énergétique ?
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)
» Haiti-Salaire minimum : Lettre ouverte aux parlementaires sur le secteur des ind

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars - L'Aube du Crépuscule :: SECTEUR II - CARTE GALACTIQUE :: Mondes de l'Alliance Galactique-
Sauter vers: