Star Wars - L'Aube du Crépuscule

Saison 6 - Dissimulation / Jeu de rôle et espace détente sur forum sur le thème Star Wars
 
Bienvenue sur l'Aube du Crépuscule voyageur égaré, ce forum est cependant fermé. Nous vous invitons à consulter nos partenaires en espérant trouver le forum qui vous convienne.

Partagez | 
 

 L'art de faire des compromis [PV Afflictionis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: L'art de faire des compromis [PV Afflictionis]   Jeu 7 Aoû - 15:26

Depuis la baie vitrée qu'offrait le bâtiment administratif, Nam'ska Eroidia se plaisait à la contemplation de son œuvre. Elle était rentrée tardivement la veille d'un long voyage de plusieurs semaines dans l'espace Sith. En effet, il lui avait fallu régler quelques petits détails après une longue absence et enfin, discuter des avancées de son projet qui n'était jusque là connu que de ses associés les plus proches. Si l'attente avait été longue et les complications nombreuses, il semblait que les chantiers navals qu'elle avait acquis en orbite autour de Bonadan et Etti IV quelques années auparavant seraient très bientôt opérationnels. Il restait encore à convaincre le Conseil Noir de l'utilité d'accorder des fonds et de l'intérêt à un tel projet, mais Darth Irae espérait que ses acquisitions piqueraient la curiosité des Conseillers à vif. Elle ne prétendait pas égaler les commandes passées auprès des plus grands chantiers navals, mais elle restait profondément convaincue que les contrats passés avec les corporations techniques des mondes du noyau représentaient un danger potentiel. Elle ignorait encore pourquoi cette piste n'avait jamais été explorée pour remonter jusqu'à un Ordre que les Jedi savaient vivant, bien qu'affaibli. Une déduction s'imposait alors : s'autosuffire était une évidente nécessité si l'Ordre voulait continuer à grandir dans la clandestinité, une évidence que beaucoup refusait d'accepter. Elle avait tenu à plusieurs reprises à s'exprimer et à mettre en garde sur le sujet. Mais même si elle était respectée pour son dévouement et son travail, beaucoup n'était pas prêt à écouter une novice n'ayant pas atteint le rang de Seigneur. C'était dans de telles situations qu'elle regrettait la présence de son défunt maître.

Pourtant, elle avait l'impression que rien n'avançait, que l'Ordre s'embourbait dans sa propre expansion. En comparaison, la paisible Corellia paraissait étrangement animée. Elle aurait aimé faire un détour par Ziost et rendre visite à quelques recrues de l'académie comme à son habitude, mais le temps l'avait devancé. En son absence, les dossiers s'étaient accumulés sur son bureau et les consulter lui avait déjà pris une bonne partie de la matinée. S'organiser était essentiel quand on devait conjuguer de telles activités : ainsi réservait-elle la paperasse pour la matinée et les visites pour l'après-midi. En prenant un petit en-cas sur le pouce, la jeune femme avait pris le temps de consulter l'identité de ses visiteurs du jour. Elle avait pris l'habitude de réclamer un condensé d'informations sur chacun de ses potentiels clients : il ne s'agissait pas de se retrouver nez à nez avec un Jedi de haut rang auprès duquel, elle en était sûre, sa vraie nature serait vite démasquée. Elle laissait ce genre d'individus à ses représentants, c'était bien évidemment plus prudent. Un contrat ne valait pas la peine qu'on découvre ses desseins les plus sombres.

Elle entreprit de jeter un œil à ce qui l'attendait et fut surprise de ne découvrir qu'un seul visage sur l'appareil approprié. Sensiblement, sa secrétaire avait réservé la mi-journée dans sa totalité pour un rendez-vous jugé important. Nam'ska s'attarda alors sur l'homme en question : un politicien – jusque là ça n'avait rien d'étonnant. Stÿx Cedronis. Elle parcourut les informations du regard, découvrant ainsi qu'il s'agissait d'un représentant de Chagria connu et apprécié de la sphère politique de l'Alliance. Cependant, la nature et les causes de sa visite n'étaient pas expliquées. On avait juste précisé la nécessité de préparer les installations pour une potentielle démonstration ce qui, elle n'en doutait pas, avait déjà été fait. Elle esquissa un sourire : il ne lui semblait pas avoir commercé avec Chagria jusque là. En général, les mondes de l'Alliance préféraient s'en remettre à la fédération vis à vis de leurs dépenses dans l'armement et la défense. C'était pourquoi elle recevait plus souvent de sénateurs ou de consultants de l'Alliance que de représentants politiques indépendants issus d'une planète en particulier. Mais il était inutile de se questionner autant, elle saurait sans doute bien vite les origines de sa visite.

A l'heure du rendez-vous, elle avait pris place dans un salon d'apparat, spécialement conçu pour recevoir de potentiels acheteurs. Une seconde baie vitrée offrait une vue imprenable sur les installations de la Muro Technologies Corporation et un bâtiment flambant neuf trônait à l'horizon. Elle était particulièrement fière de cette dernière construction achevée durant son absence. Le salon était vaste, meublée avec goût et suffisamment sobre pour ne pas paraître superficiel. Vêtue d'une robe pourpre habillée et ajustée à la taille, elle avait pris place dans le canapé qui trônait au centre de la pièce. Quelques minutes avant l'heure du rendez-vous, on lui annonça que la personne en question était arrivée. Ponctuel, avait-elle remarqué. Se levant poliment, elle avait accueilli le politicien d'un grand sourire courtois et, d'un geste, l'avait invité à s'asseoir.

« Enchantée. Je suis ravie de faire votre connaissance Monsieur Cedronis, prenez place. »

Elle ne jugea pas utile de se présenter en personne. C'eut été pédant de se présenter comme dirigeante de la MTC, d'autant plus qu'il connaissait sans doute déjà l'identité des possesseurs d'une entreprise qu'il jugeait suffisamment intéressante pour y effectuer une visite. C'était ce genre de petite bourde qui pouvait mettre fin à un contrat, tout particulièrement avec les politiciens qui supportaient souvent mal l'orgueil et l'arrogance qui étaient pourtant leur marque de fabrique. Elle fit un signe au droïde protocolaire spécialement réservé à ce genre d'occasion pour qu'on leur apporte rafraîchissements et collations. S'installant correctement, la jeune femme entama la conversation comme elle se devait de le faire :

« Vous êtes ici le bienvenue. Je suis prête à répondre à toutes vos questions et à vous apporter les preuves nécessaires pour appuyer mes propos. Me montrerais-je impolie en vous demandant la raison de votre visite? »


Dernière édition par Nam'ska Eroidia le Mer 3 Sep - 17:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Darth Afflictionis
Le Maître Sith
Le Maître Sith
avatar

Féminin
Nombre de messages : 198
Age : 27
Localisation : Ambria
Titre : Maître Sith
Humeur : Sinistre
Date d'inscription : 15/10/2009

Feuille de personnage
Allégeance: Ordre Sith - Lignée de Bane
Rang: Maître Sith
Niveau de combattant: 4

MessageSujet: Re: L'art de faire des compromis [PV Afflictionis]   Dim 10 Aoû - 0:36

L’ambassadeur Cedronis avait fort à faire lors de sa venue trimestrielle sur Corellia. Ayant hérité des parts léguées par Lersia Oydal, le Chagrien était donc devenu un des actionnaires les plus importants de la Corporation Technique Corellienne sans pour autant être majoritaire. Tous les trois mois, il se rendait quelques jours sur Corellia afin de faire le point avec de nombreux autres actionnaires de la société sur les résultats obtenus ce trimestre : ceux-ci étaient stables et la compagnie comptait bien augmenter ses profits en proposant un nouveau genre de vaisseau destiné à être vendu à d’autres corporations commerciales. C’était sans doute le cœur de marché de la compagnie ; depuis plusieurs millénaires la C.T.C. s’était orientée en majorité dans la construction de transporteurs stellaires de tailles diverses et variées. La raison du succès de l’entreprise tenait en un seul mot : modularité. Les appareils Corelliens étaient certes des vaisseaux performants, fiables et conçus pour durer dans le temps, mais ce qui a permis à la compagnie de réussir dans ce milieu féroce ce fut la possibilité laissée aux pilotes de « bricoler » leur vaisseau. Le fait que les capitaines de vaisseaux ou entrepreneurs en matière de transports pouvaient compter sur des vaisseaux dont les pièces étaient compatibles avec beaucoup d’autres (notamment dans les systèmes reculés) leur permettait de réduire les coûts de maintenance ou de faciliter grandement les réparations à faire sur leurs appareils en achetant des pièces venant d’autres constructeurs. Mieux encore, la modularité des vaisseaux Corelliens autorisait à tout possesseur de vaisseau de l’adapter selon ses besoins. La société Corellienne s’était parfois aventurée dans le marché des vaisseaux militaires, mais dans ce domaine la concurrence était rude. Il fallait en effet compter avec des corporations comme Sienar Fleet Systems et les chantiers navals de Kuat ou de Mon Calamari qui occupaient déjà ce segment du marché depuis plusieurs siècles… La C.T.C. avait cependant réussi à lancer des produits destinés aux forces militaires de certains gouvernements tout en rencontrant un fort succès. La canonnière DP-20 par exemple, quoiqu’un peu trop spécialisée dans ses applications demeure un vaisseau de combat ayant rencontré un franc succès. D’autres séries de vaisseaux produits comme les frégates de gamme CC disposaient de performances comparables à des vaisseaux équivalents conçus par Sienar ou Kuat, voire supérieures.

Aussi, Stÿx Cedronis fut sélectionné pour assister à une démonstration privée organisée par la Muro Technologies Corporations. Le Chagrien n’avait jamais entendu parler de cette entreprise par le passé, trop concentré sur les plans de son maître, les affaires diplomatiques et commerciales du C.R.I.C… Après que la réunion soit passée, Stÿx demanda quelques renseignements sur l’entreprise en question pour découvrir qu’elle était bien plus récente que la C.T.C. et qu’elle était spécialisée dans la conception d’armes lourdes pour bâtiments spatiaux. Dirigée depuis peu de temps, la M.T.C était aux commandes de Nam’ska Eroida, une jeune humaine qui était cadre au sein de l’entreprise avant de succéder à son prédécesseur.

Trois heures plus tard, le Chagrien arriva dans le bureau de la chef de cette entreprise innovante qui avait su capter l’attention de la Corporation Technique Corellienne. Il était vêtu d’un costume classique presque trop humain pour quelqu’un de son espèce mais qui lui donnait un côté raffiné. Les portes s’ouvrirent sur son bureau, cependant le Seigneur Sith ressentit immédiatement une sensibilité à la Force provenant de la jeune femme qui l’accueillit. Etant donné ses longues années passées à se dissimuler dans la Force, Darth Afflictionis n’avait plus vraiment à se concentrer pour cacher sa puissance tant l’habitude était ancrée. Et mieux valait pour elle qu’elle ne devine pas sa vraie nature… Le Chagrien contempla et mémorisa le visage de l’humaine lui faisant face tout en se disant que sa robe lui donnait un côté plus noble qu’elle n’en n’avait l’air, mais qu’elle lui allait bien.


- Bonjour mademoiselle Eroida, tout le plaisir est pour moi. Je dois cependant admettre que compte tenu de votre position, je vous imaginais plus âgée…

Il s’assit à sa demande, bien droit dans son siège, il surplombait la jeune humaine par sa taille. Il hocha la tête lorsqu’elle lui affirma qu’elle pouvait présenter des arguments pour agrémenter ses propos tout comme elle était compétente pour répondre à ses éventuelles questions. Prenant un air sérieux voire austère, Stÿx n’eut pas à se présenter mais fronça les sourcils avec suspicion quand Nam’ska lui demanda la raison de sa venue. N’était-elle donc pas prévenue ? Il ne put s’empêcher d’interroger l’humaine dans un premier temps avant d’apporter lui-même la réponse à la question, comme s’il avait en face de lui une élève et qu’il était le professeur.

- Ainsi vous ne savez pas pourquoi j’ai été désigné pour me rendre dans vos locaux ? Je ne viens pas en qualité d’ambassadeur de Chagria, mais bien en tant que représentant de la Corporation Technique Corellienne.


Marquant une pause pour laisser son interlocutrice en suspens, le Maître Sith laissa son regard trainer un peu dans le bureau, comme si son esprit était ailleurs avant de revenir croiser les yeux de l’humaine. Ses yeux perçants semblaient avoir accroché la jeune femme. Le Chagrien s’interrogeait sur son compte et essayait de lire quelque chose dans les éclats d’âme de son interlocutrice. Stÿx finit par se raviser avant ajouter d’un ton fluide et doux.
"Qu'est-ce que tu me caches ?" pensa t-il.



- La Corporation Technique Corellienne a remarqué votre ascension parmi le milieu des corporations. Votre entreprise à connu d’excellents résultats ses dernières années, votre croissance est bonne et vos innovations pourraient amener la société que je représente à s’associer avec la votre sur un projet commun.

_________________
"Hear me now ! Feel my blade !
There is no more time for apologies,
Malevolent emotions, take hold of me
Are you ready to begin your trip to the other side?
Death is an old friend of mine"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'art de faire des compromis [PV Afflictionis]   Ven 15 Aoû - 0:51

Stÿx Cedronis était un individu grand et imposant qui la dominait aisément de son impressionnante taille. Digne représentant de la race chagrienne, avait-elle pensé. Elle regrettait parfois sa banale condition d'humaine qui lui donnait si souvent un aspect fragile et friable. Plus que dans n'importe quel autre milieu, le charisme jouait un rôle crucial dans le business. On était rarement séduit par un entrepreneur dénué de charme, encore moins par un petit conseiller rabougri qui butait sur chacun de ses mots. Sa petite taille était loin d'être atout, mais des années passées à négocier des contrats et à fréquenter les sphères économiques et politiques où l'apparence comptait énormément lui avait permis de compenser ce défaut à l'aide de son charme naturel et de son aisance à l'oral. Alors, elle s'était gracieusement redressée et avait affiché son plus beau sourire. Dès qu'elle avait croisé son regard, Nam'ska avait été surprise par l'aura et le charisme que le chagrien dégageait – une sorte de noblesse racée qui immédiatement imposait le respect. Elle s'était sentie comme traversée de part en part par son regard perçant : pourtant, étant naturellement camouflée dans la Force, la jeune femme ne devrait pas éveiller les soupçons. Cedronis était sans doute un homme convaincant et rude en affaires dont elle ferait mieux d'obtenir l'empathie.

« Je n'aimerais pas paraître pédante en rappelant que la sagesse n'attend pas le nombre des années. » plaisanta t-elle.

Souvent, les individus qui lui rendaient visite semblaient surpris par son jeune âge. Il fallait dire que se retrouver à la tête d'une entreprise importante à à peine trente-deux ans pouvait paraître curieux et que, pour beaucoup, le choix de Keenan Muro d'avoir léguer son capital à une femme si jeune et encore inconnue de la scène galactique restait un mystère. Il aurait été bien plus cohérent de préférer un salarié haut placé et expérimenté à une jeune cadre qui ne semblait prendre part qu'aux opérations de communication. Mais Nam'ska bataillait dur pour faire entendre sa voix et rappeler que ni son âge, ni son sexe n'aurait raison de l'ascension de la MTC dans le milieu.

Déjà, rafraîchissements et collations étaient à disposition sur la table. Elle se saisit d'un des deux verres de vin présents et attendit que son interlocuteur en face de même pour le porter à ses lèvres. Comme en attestait l'étiquette, il s'agissait d'un vin d'Alderaan – l'un de ces vins rares et hors de prix dont elle ne disposait que de quelques bouteilles et qu'elle ne gardait que pour les grandes occasions où faire preuve de raffinement était nécessaire. Elle ne fit pas de commentaires à ce sujet, estimant que Cedronis comprendrait rapidement l'intérêt qu'elle portait à sa visite. Il semblait pourtant surpris du fait qu'elle ne connaisse pas la raison de sa venue, c'est pourquoi Nam'ska l'écouta patiemment exposer ce qui l'amenait ici. Ainsi la Corporation Technique Corellienne, restée si longtemps indifférente à l'ascension de l'entreprise, semblait finalement s'intéresser à son travail. La jeune femme esquissa un sourire satisfait : sans doute avait-il dû constater que les récents accords passés entre la MTC et d'autres corporations comme la Kuat Drive Yards avaient fait perdre l'entreprise en compétitivité, pensa t-elle. A moins que l'idée de concurrencer ces rivaux en proposant un nouveau type d'armement encore peu exploité les avait séduit.

« En effet, je trouve curieux que l'on ne m'est pas prévenue de l'importance d'un tel rendez-vous. Je vous prie d'excuser mon ignorance – je tâcherai de répondre au mieux à votre demande. Sachez cependant que nos installations sont prêtes à vous faire découvrir de plus près nos dernières trouvailles. »

Il s'agissait très certainement d'une erreur de sa secrétaire ou d'une information qu'elle aurait malencontreusement négligée à son retour. Peu importait. Tant qu'une démonstration était possible, ne pas connaître les détails n'était pas un problème. Déjà elle songeait à ce qu'il serait utile de lui présenter : les derniers modèles de canon-laser semblaient séduire les consommateurs, mais la CTC n'avait sans doute aucun intérêt à proposer un armement équipant déjà des bâtiments des corporations concurrentes. Poliment, elle se permit donc de questionner un peu plus son interlocuteur :

« Néanmoins, j'aimerais en savoir un peu plus sur ce potentiel projet en commun avant de m'avancer sur ce que la Muro Technologies Corporation peut vous proposer. La CTC s'intéresserait-elle à nos récentes innovations pour équiper ses nouvelles gammes de vaisseaux ou s'agit-il d'une tout autre affaire ? »
Revenir en haut Aller en bas
Darth Afflictionis
Le Maître Sith
Le Maître Sith
avatar

Féminin
Nombre de messages : 198
Age : 27
Localisation : Ambria
Titre : Maître Sith
Humeur : Sinistre
Date d'inscription : 15/10/2009

Feuille de personnage
Allégeance: Ordre Sith - Lignée de Bane
Rang: Maître Sith
Niveau de combattant: 4

MessageSujet: Re: L'art de faire des compromis [PV Afflictionis]   Sam 23 Aoû - 23:24

La jeune humaine avoua donc ne pas être informée du motif de la visite d’un représentant de la Corporation Technique Corellienne, mais elle s’était permis de répondre à la réplique de Cedronis en plaisantant. Cette jeune femme avait le sens de l’humour, c’était certain. Mais Stÿx se demanda si elle avait également le sens des affaires. A première vue, elle semblait jeune et inexpérimentée : une proie facile pour tout investisseur désireux de mettre la main sur les brevets de sa société. Cependant, le Chagrien savait qu’il devait se montrer prudent, en dépit de son âge elle occupait une fonction des plus importantes ce qui cachait probablement quelque chose, du talent en matière de business sans doute. Darth Afflictionis était bien placé en matière de double jeu et de façades compte tenu de sa vraie nature pour se montrer méfiant sur les masques que les autres pouvaient porter. Force était d’admettre que la présidente de la Muro Technologies Corporation dégageait un certain charme. Stÿx fut d’ailleurs assez curieux sur son irrésistible ascension vers le pouvoir, comment avait-elle pu accéder à ce poste ? Pris de court, il n’avait eu le temps de se renseigner sur son interlocutrice, aussi allait-il devoir se faire son propre avis et expérimenter lui-même les bonnes ou mauvaises réactions d’Eroida. Sur la table centrale se trouvaient déjà plusieurs rafraichissements, dont un vin qui devait provenir de la nouvelle Alderande. Cela semblait signifier que pour Nam’ska la visite du Chagrien avait une certaine importance, mais l’attention le fit sourire. Les Chagriens n’avaient aucun sens gustatif, aussi proposer un bon vin à un Chagrien était sans intérêt puisqu’au goût, il serait incapable de différencier de l’eau de mer d’un un jus de fruit ou une bière tarisienne de l’huile de moteur.
Cedronis ne fit aucun commentaire, et prit le verre de vin entre ses longs doigts. Il jeta un œil à la robe, puis trempa ses lèvres dans ce breuvage pour le boire lentement, mais sans pouvoir l’apprécier à sa juste valeur. Il n’avait aucune raison de craindre un empoisonnement, il aurait été idiot de la part de la dirigeante de la M.T.C. d’assassiner un potentiel client. Et cela déclencherait sans doute des sanctions commerciales de la part de la C.T.C contre son entreprise, et à ce jeu là, elle serait perdante. Nam’ska quant à elle semblait avoir deviné en partie le projet auquel Stÿx avait fait allusion. Mais comme souvent, les gens ne faisaient qu’effleurer la surface des choses, sans le vouloir, l’humaine avait montré qu’elle était perspicace. Stÿx décida alors de noyer le poisson pendant un temps, il était temps de changer de sujet afin de laisser la curiosité de son interlocutrice sur sa faim. Le Seigneur Sith avait volontairement divulgué quelque chose d’intéressant pour piquer l’intérêt de la jeune femme et ainsi s’assurer qu’il avait toute son attention, mais également pour la faire mariner. Cette manœuvre permettrait également au Sith d’en savoir un peu plus sur celle avec qui il allait certainement devoir négocier et tenter d’instaurer un rapport de force en sa faveur. Après une nouvelle gorgée, Cedronis éluda la question de la jeune femme avec une aisance déconcertante.


- En effet, l’entreprise que je représente aurait un projet à vous proposer et vous avez suscité notre attention comme nombre de vos concurrents… Mais prenons donc notre temps, c’est notre première rencontre après tout. Vous savez, j’ai cœur à connaitre les personnes avec qui je traite, cela me permet de savoir ou d’estimer si je fais affaire avec les bons partenaires commerciaux. Je dois vous avouer que je sais peu de choses sur vous, si ce n’est que les rumeurs sur votre charme sont fondées. Cela fait combien de temps que vous dirigez cette entreprise ? Comment avez-vous réussi à percer dans ce milieu si féroce jusqu’à atteindre la place que vous occupez actuellement ? Quel est donc votre petit secret ?

Sa dernière phrase pouvait résonner comme un double sens, mais le Chagrien avait prit un ton qui ne laissait rien transparaître de son intention. Son compliment était objectif et flatteur, et il se devait également d'être charmeur ou du moins charismatique afin de rendre Nam'ska réceptive à ses paroles. Il avait été sympathique de façon plutôt convaincante car comme le Seigneur Sith savait qu'en règle générale, les gens étaient plus sincères quand on leur montrait un tant soit peu d'intérêt et de bienveillance à leur égard. Accrochant son regard dans celui de l’humaine, il plissa les yeux tandis qu'il faisait danser le fond de vin dans sa prison de verre. Son regard brillait d'un honnête intérêt pour ce qu'elle s'apprêtait à lui dire.

_________________
"Hear me now ! Feel my blade !
There is no more time for apologies,
Malevolent emotions, take hold of me
Are you ready to begin your trip to the other side?
Death is an old friend of mine"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'art de faire des compromis [PV Afflictionis]   Mer 3 Sep - 20:18

Il semblait qu'elle ne se soit pas trompée dans ses déductions. A en croire le soudain virage qu'avait opéré son interlocuteur, elle avait sûrement vu juste. Cela n'avait rien d'étonnant et il n'y avait nullement besoin d'une quelconque perspicacité pour comprendre la situation. Face au chiffre d'affaire et aux résultats expansifs de leur concurrent, la CTC avait entamé une approche qui, sans doute, déboucherait sur une alliance permettant de rattraper les avancées de ses adversaires. Les affaires n'étaient jamais autre chose qu'un jeu d'alliance. Collaborer avec les grandes corporations navales, c'était garantir une belle expansion de l'entreprise et, pourquoi pas, devenir un de ces grands géants de l'armement qui dominaient d'une main de fer un marché en situation de quasi-monopole – après tout, on lui avait appris à voir grand. Cependant, il ne semblait pas prêt à lui en dire plus pour le moment. C'était ce qui agaçait le plus Nam'ska chez les politiciens : cette manie perpétuelle de chercher à gagner du temps, à ménager une sorte de suspense pour donner à une parole souvent banale un éclat surdimensionnée. Elle aimait que les choses se fassent promptement et spontanément, mais revenir en arrière aurait été impolie. D'un geste, la jeune femme fit glisser ses cheveux, habituellement teintés en brun pour éviter tout rapprochement avec son identité de Sith, au devant de son épaule et s'abstint.

Il était un savant artisan du verbe et disposait d'une habilité impressionnante à mener une conversation selon ses désirs. Ses questions semblaient conçues au détail près pour servir son propos et ne laisser paraître aucune faille : en l’occurrence, la demande qu'il avait prononcé paraissait si anodine qu'elle ne pouvait imaginer la contourner sans paraître un tant soit peu louche. Souvent, la question de son identité et de son parcours lui était souvent posée. Pour beaucoup, connaître son partenaire était un moyen de s'assurer de la crédibilité et de l'intérêt d'un contrat – ou du moins s'agissait-il du prétexte qu'on lui proposait. Elle savait pertinemment qu'il s'agissait plus de se renseigner sur ses failles et ses idées sous-jacentes. Ainsi se pliait-elle souvent à ces interrogations. Depuis bien longtemps déjà elle avait entrepris de redessiner son passé pour le rendre crédible et créer une certaine empathie chez ses interlocuteurs. Nam'ska but une nouvelle gorgée de vin – cela dit en passant, Stÿx ne semblait ni apprécier, ni s'intéresser à son présent de valeur.

« Eh bien vous serez sûrement déçu de découvrir que je ne vous apprendrai sans doute pas beaucoup plus que ce que le reste de la Galaxie connaît déjà de ma personne. Mon parcours n'a rien de réellement trépidant. » déclara t-elle poliment.

La façon avec laquelle Stÿx l'avait abordé avait quelque chose de malfaisant. Comme s'il sous-entendait qu'elle aussi avait des choses à cacher et que son étonnante ascension s'était sûrement faite dans l'illégalité ou grâce à de quelconques pratiques obscures. Il était bien évidemment impossible qu'on puisse soupçonner sa nature de Sith : elle était bien trop discrète, bien trop dissimulée pour avoir été repérée si facilement et si vite par un politicien. Si un jour son masque tombait, ce serait sûrement suite à de nombreuses complications et à une enquête poussée. Néanmoins, il était tout à fait possible qu'il soupçonne une quelconque activité illégale. Après plusieurs années d'expérience, Nam'ska savait parfaitement répondre à ce genre de choses sans paraître pédante, antipathique ou fausse.

« Jeune j'ai quitté le foyer familial où je vivais seule avec ma mère, son nouveau compagnon et leur enfant. J'ai choisi Corellia : un moyen sûr de trouver du travail et de découvrir une vie plus trépidante. J'étais plutôt curieuse et douée de mes dix doigts et cela m'a vite amené à découvrir le labeur sur les chantiers navals. C'est ainsi que j'ai connu Keenan Muro et sa corporation en pleine expansion. Il s'est avéré que mon père et lui se connaissaient bien – c'est sans doute pourquoi il m'a pris sous son aile. »

Rien de ce qu'elle venait de dire ne la compromettait. Et pourtant, elle n'avait pas menti un seul instant. Volontairement, elle avait omis les quelques détails de son enfance et de son adolescence dont l'ambassadeur devait bien se moquer. Elle préférait tenir des propos cohérents, au cas où un personnage tenace chercherait à vérifier ses dires. Seul le lien entre son père et le créateur de la MTC était créé de toute pièce, mais n'ayant pas révélé l'identité du dit paternel, elle estimait ne rien avoir à craindre de ce côté là

« La suite est relativement connue. J'ai eu la chance d'être éduquée et guidée par un homme compétent et attentionné qui m'a appris à développer mes compétences dans différentes disciplines. De la mécanique, je me suis tournée vers l'économie, la finance et les stratégies de communication ce qui m'a peu à peu permis de me faire une place au sein de la société et ce jusqu'à ses plus hautes sphères. Monsieur Muro me faisait tout particulièrement confiance et au fil du temps, nous avons tissé un lien quasi-familial. A sa mort, j'ai hérité de la totalité de son capital, dont cette entreprise et ait entrepris de reprendre le flambeau. »

Son professionnalisme habituel laissait pourtant ressentir une certaine émotion à l'évocation de cet homme qui avait été un réel soutien pour elle. Keenan Muro était un individu respecté qui avait su répandre une image positive de lui-même dans les médias : vendre des armes ne l'avait jamais empêché de se manifester dans le milieu caritatif et nombreux étaient ceux qui le considéraient comme un homme d'affaire compétent et droit dans ses bottes. De son vivant, jamais sa nature de Sith n'avait été soupçonnée, ne serait-ce qu'une once. En devenant une sorte de « descendante », Nam'ska s'était assurée une réputation quasi-irréprochable.

« Que vous dire de plus... ? Je pense avoir éclairé un tant soit peu votre lanterne. J'espère que ce que vous avez découvert vous satisfait pleinement. » dit-elle d'un ton ironique en esquissant un sourire amusée.

Naturellement, elle ne lui retourna pas la question : elle n'avait pas l'intention d'être aussi indiscrète qu'il ne l'avait été. Elle trouverait bien ses propres informations une fois le rendez-vous terminé. La jeune femme prit le temps de finir et d'apprécier la dernière gorgée de son verre qu'elle reposa ensuite sur la table.

« Si vous le voulez bien, revenons donc à ce qui vous amène ici. »


Dernière édition par Nam'ska Eroidia le Ven 31 Oct - 15:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Darth Afflictionis
Le Maître Sith
Le Maître Sith
avatar

Féminin
Nombre de messages : 198
Age : 27
Localisation : Ambria
Titre : Maître Sith
Humeur : Sinistre
Date d'inscription : 15/10/2009

Feuille de personnage
Allégeance: Ordre Sith - Lignée de Bane
Rang: Maître Sith
Niveau de combattant: 4

MessageSujet: Re: L'art de faire des compromis [PV Afflictionis]   Dim 7 Sep - 1:03

Attentif, Cedronis écouta l’histoire de la vie de Nam’ska Eroidia. Au fond de lui, il était satisfait d’avoir réussi à convaincre la jeune femme à raconter son passé. Elle était encore jeune, elle pensait peut-être avoir l’avantage en ayant été contactée par la C.T.C. et c’est peut-être ce qui expliquait son impatience d’en finir rapidement. Cependant, le Chagrien se demanda si elle connaissait une des bases en matière de négociation : la main qui donne est toujours au dessus de celle qui reçoit. Même si c’était la C.T.C. qui avait pris l’initiative de la contacter, celui qui avait quelque chose à proposer c’était Stÿx, et non Nam’ska. C’était lui qui détenait l’argent à investir auprès de la Muro Technologies Corporation. C’était lui qui pouvait décider ou non de choisir un concurrent de la M.T.C. pour équiper en armes une éventuelle nouvelle gamme de vaisseaux. La C.T.C. était une compagnie Corellienne ancienne de plusieurs millénaires et disposait de solides capitaux, elle avait déjà connu des échecs commerciaux mais avait su résister, évoluer et rencontrer le succès à travers de formidables réussites ayant marqué la galaxie.
La Corporation Corellienne Technique pouvait se permettre de choisir avec qui traiter, voire de refuser des contrats pourtant juteux de prime abord. La M.T.C. était encore une compagnie jeune, méconnue au milieu des différents géants avec lesquels elle partageait son segment de marché. Ses capitaux étaient dérisoires en comparaison d’autres industries. Cedronis s’en doutait bien, si la C.T.C pouvait se permettre de choisir ses partenaires commerciaux, la compagnie fondée par Keenan Muro ne disposait pas d’une marge de manœuvre aussi grande, du moins pas en face d’une entreprise de la taille de la corporation Corellienne.

Le récit de la jeune humaine intéressa l’ambassadeur de Chagria qui n’en perdit pas une miette. Son histoire se tenait même s’il décela de nombreuses zones d’ombre ou de flou qui devaient être volontaires. Ou elle avait quelque chose à cacher, ou alors elle voulait faire vite et aller à l’essentiel. Ou alors ces deux options étaient les bonnes ? Stÿx l’ignorait. Mais cela attisait sa curiosité et l’incita à tenter d’en savoir plus. L’humaine à la fin de son récit tenta de revenir au sujet initial, mais le Chagrien n’était pas de cet avis et avait d’autres projets.
Sa dernière réplique était ironique avant d’être plus sérieuse. Son obsession à revenir sur le sujet et son impatience amusèrent le Seigneur Sith qui estima que c’était à lui de décider d’évoquer concrètement le motif de sa visite, et non à elle de le décider. Le rapport de force était en sa faveur, et il avait l’ascendant : Nam’ska souhaitait conclure au plus vite mais s’était pourtant pliée à sa requête. Comme une enfant obéirait à son parent pour obtenir ce qu’il voulait. Mais Stÿx estima que l’heure n’était pas arrivée. Tout comme en politique, il fallait faire durer l’attente jusqu’au bon moment. Ce moment était presque arrivé, mais avant tout, le Seigneur Sith esquissa un sourire et reprit la parole d’un ton des plus enthousiastes.


- Ainsi donc, votre père était également quelqu’un d’important pour connaître Keenan Muro. J’ai peut-être même déjà fait affaires avec lui, mais je n’ai pas souvenir d’avoir déjà traité avec monsieur Eroidia… Si vous avez choisi le nom de votre mère, cela pourrait s’expliquer. Comment s’appelle-t-il ?

Le Chagrien continua de siroter son verre et patienta quelques instants, le temps pour elle de répondre. Puis il décida que Nam’ska devait bien savoir enfin ce pourquoi il était là. Cedronis prit une inspiration avant de se lancer ainsi que le temps de peser ses mots sans trop en dire pour faire durer le suspense. Cependant, il comptait bien en dire assez pour faire une sorte d’introduction à son propos.
Stÿx opta pour un ton des plus légers qui le rendait sympathique, et c’est avec aisance et assurance qu’il exposa les motifs de sa venue.


- Bien, je viens vers vous car la Corporation Technique Corellienne souhaite lancer une nouvelle gamme de vaisseaux civils et envisagerait peut-être de lancer une version militarisée de ces vaisseaux, voire un tout autre modèle. Mais ceci est une autre histoire. Nous sommes à la recherche d’opportunités en matière d’armement. Vous savez sans aucun doute que certains recoins de la galaxie sont assez dangereux, et nos clients aimeraient pouvoir voyager avec l’assurance de pouvoir se défendre. A dire vrai, ce n’est pas moi qui vous ai repéré. Vous savez, avec mes différentes responsabilités je ne peux avoir l’œil sur tout sur Corellia. Cependant, je serai chargé d’effectuer un rapport lors de la prochaine réunion des actionnaires de la C.T.C. afin de voir si vous remplissez bien notre cahier des charges.

_________________
"Hear me now ! Feel my blade !
There is no more time for apologies,
Malevolent emotions, take hold of me
Are you ready to begin your trip to the other side?
Death is an old friend of mine"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'art de faire des compromis [PV Afflictionis]   Sam 1 Nov - 1:32

Elle n'était plus en mesure de se rappeler combien de fois son mentor lui avait répété le rôle et l'importance de la patience dans les négociations. C'était bien plus qu'utile, c'était nécessaire, se rappelait-elle. Et pourtant, après de longues années d'évolution dans un tel milieu, Nam'ska était restée sur certains points la même petite fille aux ambitions démesurés pour qui l'attente était une frustration. A défaut d'avoir appris à refréner ses désirs, la jeune femme avait entrepris un énorme travail sur elle-même pour contenir cette impatience et ne jamais la laisser transparaître. Bien qu'au fond d'elle elle mourrait d'envie de faire cesser les bagatelles de son interlocuteur et de l'amener urgemment vers ce qui l'intéressait vraiment, elle se contentait de siroter son verre, calme et paisible, en attendant que Cedronis se décide enfin à revenir aux choses sérieuses.

Cet homme ne lui inspirait clairement pas confiance. Il était un bien trop savant orateur et s'intéressait bien trop aux détails de son passé pour n'être qu'un simple politicien qui s'était découvert un sens pour les affaires. Il était imposant et charismatique, soit. Mais il y avait quelque chose en lui de vénéneux. Comme un parasite qui prend racine en terre aux dépends de ses congénères, il semblait vouloir s'introduire dans sa vie privée afin de pouvoir disposer, au moment venu, d'éléments pouvant lui servir à faire pression. C'était typiquement le genre de personnage dont il fallait se méfier, mais il ne s'agissait pourtant pas de s'attirer ses foudres. Nam'ska allait devoir se livrer à un savant dosage de prudence et de sympathie.

Une seconde question plus insistante et plus précise que la précédente vint une fois de plus l'interroger sur son passé. Bien évidemment, il avait choisi le point le plus flou, celui à propos duquel il était plus probable qu'elle lui mente. Il avait d'ailleurs vu juste, restait encore à ne pas le lui faire comprendre. C'était un des détails que la jeune femme avait précautionneusement réfléchi à l'avance : il ne lui restait qu'à recracher ce qu'elle avait déjà mainte et mainte fois mémoriser. Ce qu'elle allait dire était tout simplement invérifiable, c'était là tout l'intérêt d'une telle manœuvre.

« Je risque une fois de plus de vous décevoir ! » glissa t-elle, un sourire aux lèvres. « Je porte bien le nom de mon père, mais il n'était qu'un simple contrebandier. Je doute que le nom de Corran Eroidia vous évoquera quoi que ce soit. Il a fait la connaissance de Keenan Muro dans sa jeunesse, à l'époque où mon mentor n'était lui aussi qu'un jeune homme sans expérience cherchant à faire fortune. Leurs routes ont cependant été très différentes : l'un a disparu dans la nature, l'autre est parvenu à prospérer grâce à sa persévérance. Une preuve de plus que l'on devient ce que l'on se donne les moyens d'être. »

Nam'ska pensait être parvenue à lui fournir suffisamment de détails pour qu'il délaisse sa vie privée au profit des affaires. Elle savait que son mentor avait pris soin de détruire toutes les preuves qui pouvaient nuire à son apprenti et, bien que le passé ne soit pas réellement immuable, elle se savait à l'abri derrière ce mensonge indécelable. La jeune femme venait de terminer son verre de vin et avait calmement croisé les mains sur sa poitrine en attendant une quelconque remarque de son interlocuteur. Devant son silence, elle se permit une réflexion curieuse et courtoise qui devrait sans doute mettre fin à cette conversation aux airs d'interrogatoire :

« Autre chose ? Vous me semblez bien suspicieux. C'est honorable de vouloir savoir avec qui l'on fait affaire, c'est pourquoi je tente de répondre au mieux à vos demandes. Je me permettrais cependant de vous faire remarquer que d'autres pourraient se sentir embarrassés, voire agressés devant de telles interrogations. »

Un moyen clair et poli de lui faire comprendre que ses demandes étaient particulièrement indiscrètes. A lui de l'interpréter comme il le souhaitait, elle avait fait son maximum pour ne pas paraître désobligeante. La manœuvre semblait avoir porter ses fruits puisque le chagrien entama enfin cette conversation qu'elle attendait temps. Place aux affaires, pensa t-elle en esquissant un sourire. C'était sans doute là-dedans qu'il se montrerait le plus coriace. La demande qu'il entreprit de lui faire captiva son attention : il s'agissait globalement de ce qu'elle avait initialement pensé comme étant la raison de sa visite. La CTC s'intéressait enfin à leurs travaux : sans doute avait-il remarqué les apports de leurs technologies chez les corporations concurrentes. Elle esquissa un sourire amical et hocha la tête pour faire comprendre l'intérêt qu'elle portait à sa demande.

« Je comprends tout à fait. Vous avez sans doute des obligations qui vous empêchent de faire tout ce que vous souhaiteriez en tant qu'actionnaire. Néanmoins, si vous servez d'intermédiaire à la Corporation Technique Corellienne, je ferai en sorte de faire tout mon possible pour vous aider et ainsi répondre aux questionnements de vos collègues. »

Elle saisit l'holopad posé à portée de main sur la table basse et entreprit de feuilleter quelques fiches techniques pour exposer des choses plus concrètes à son interlocuteur. Elle lui tendit l'appareil qui proposait un rapide catalogue des armements qui équipaient déjà plusieurs vaisseaux :

« Je suppose donc que vous n'avez pas pris le temps de vous intéresser aux technologies qui entretiennent la compétitivité de vos concurrents. Vous trouverez ici les appareils qui ont fait notre succès. Ce ne sont que des modèles d'armement basique : canons lasers, ioniques... Rien de trépidant. Cependant, nos travaux ont permis d'en réduire les contraintes, notamment dans leur poids, et d'ainsi armer des vaisseaux de petites tailles avec de l'armement plus performant initialement destiné à fonctionner sur des appareils plus lourds. »

Ce n'était qu'une simple mise en bouche. Il s'agissait de lui faire découvrir en quelques coups d'oeil ce qui avait servi à fournir les corporations clientes de la MTC. Nam'ska se doutait cependant que si possibilité il y avait, la CTC demanderait bien plus qu'une simple réutilisation de produits utilisés par les concurrents. Ce qu'il désirait, c'était de l'innovation pour surprendre les adversaires et séduire le consommateur.

« Néanmoins, nous sommes tout à fait prêt à adapter notre production aux commandes de potentiels futurs clients et à envisager la création de nouveaux appareils afin de répondre aux demandes du marché. »
termina t-elle, lui faisant ainsi clairement comprendre que le développement d'une nouvelle gamme spécialement conçue pour la CTC n'était clairement pas impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Darth Afflictionis
Le Maître Sith
Le Maître Sith
avatar

Féminin
Nombre de messages : 198
Age : 27
Localisation : Ambria
Titre : Maître Sith
Humeur : Sinistre
Date d'inscription : 15/10/2009

Feuille de personnage
Allégeance: Ordre Sith - Lignée de Bane
Rang: Maître Sith
Niveau de combattant: 4

MessageSujet: Re: L'art de faire des compromis [PV Afflictionis]   Mar 25 Nov - 18:13

Le chagrien était amplement satisfait en percevant l’humaine commencer à perdre patience. Son désir d’en finir avec la conversation était palpable, nul besoin de la Force pour le deviner et le large sourire sur le visage de l’ambassadeur Cedronis laissait explicitement sous-entendre qu’il jouait avec elle depuis le début, comme s’il la testait. Il y avait chez elle, une certaine fougue que son éducation avait du brider, peut-être que sa nature de nouvelle-riche en faisait également quelqu’un n’aimant aucunement patienter et voulant tout de suite obtenir ce qu’elle voulait sans perdre de temps. Peut-être avait-elle du mal à gérer sa frustration devant le petit jeu du chagrien. Même s’il laissa tomber, ce n’était pas un forfait pour autant. Il avait beaucoup appris d’elle, peut-être plus qu’elle pouvait le penser : notamment comment manœuvrer celle-ci de façon plutôt basique. Nam’ska était restée courtoise et polie, mais au-delà du ton qu’elle employait, ses mots étaient d’une certaine façon teintés d’insinuations. La jeune femme parla affaires et commençait à être plus à l’aise. Elle présenta alors les produits manufacturés de ses industries avec aisance et calme. Nam’ska était convaincue et persuadée par ses propos ce qui renforçait son argumentaire de vente. Lorsque les longs doigts griffus du chagrien saisirent le datapad tendu par l’humaine, l’ambassadeur Cedronis eut un meilleur aperçu de ses produits.

Il fallait l’admettre, le seul avantage concurrentiel que cette firme en armement avait sur ses rivaux était simple : les armes que la M.T.C. proposaient étaient bien plus légères que les autres. Darth Afflictionis savait que cet avantage seul pouvait faire de la M.T.C. une firme montante dans ses débuts, mais il doutait de la pérennité de l’entreprise sur le long terme. Leur technologie serait copiée tôt ou tard par un de leurs rivaux, mais pire que tout, une entreprise concurrente à la M.T.C. pourrait proposer des produits équivalents à des coûts plus faibles, peut-être même avec une valeur ajoutée en puissance de feu plus importante. Ajoutez à cela le fait que la M.T.C. allait sans doute devoir être amenée à se renouveler dans ses produits pour proposer à ses clients fidélisés de nouveaux articles pouvant les inciter à acheter. L’autre chose que la M.T.C. devrait faire était de se diversifier pour survivre dans le monde dangereux de l’entreprise car sinon, la M.T.C. finirait soit rachetée par un gros groupe et réduite à l’état de succursale, soit condamnée à la faillite à cause de concurrents. Nam’ska Eroida était peut-être une bonne chef d’entreprise, mais avait-elle une bonne vision à moyen-long terme ? Cette question trotta dans la tête du chagrien un instant. Quoiqu’il en soit, ces armes allégées étaient surtout destinées à être montées sur des chasseurs ou des vaisseaux plutôt légers, à la rigueur des corvettes estimait le Maître Sith. Il fallait avouer que le concept était intéressant et ingénieux, restait à savoir si ce concept survivrait au temps, à l’histoire, à ses concurrents et à la politique.


- Je vois... Je dois admettre que c’était bien pensé. Vos produits sont des plus ingénieux et pourraient être susceptibles de nous intéresser pour monter notre nouvelle gamme de vaisseau.


Lança Cedronis tout en restant intéressé par les produits proposés par Nam’ska. Puis il releva les yeux du datapad pour poser davantage de questions.

- Et vous avez une bonne cadence de production ? Quel est le coût unitaire ou le prix de gros de vos articles par exemple… pour ce modèle standard ?

Il tendit le datapad à son interlocutrice pour lui montrer un modèle de canon laser standard. Stÿx était déjà parti dans une logique de calcul et prenait note sur son propre datapad afin de relever quelques premières pistes pour monter un éventuel cahier des charges de la conception du dossier. Bien entendu, le coût de ces armes légères allait demeurer une question primordiale. Si celui-ci était trop élevé, alors mieux valait payer moins cher pour obtenir des armes standard… mais dans un sens, un cargo mieux armé pouvait être revendu plus cher. Avec les économies d’échelles et si le succès était au rendez-vous l’investissement serait rentable sur le moyen-terme... Tout dépendrait du prix unitaire et des décisions prises par le comité des actionnaires de la C.T.C.

_________________
"Hear me now ! Feel my blade !
There is no more time for apologies,
Malevolent emotions, take hold of me
Are you ready to begin your trip to the other side?
Death is an old friend of mine"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'art de faire des compromis [PV Afflictionis]   Mer 25 Fév - 0:33

Nam'ska porta une nouvelle fois le verre d'alcool à ses lèvres, profitant de ce court moment de répit pour détailler le chagrien une nouvelle fois. Il avait beau s'être enfin décidé à lui exposer la raison de sa venue, la jeune femme restait perplexe face à son comportement tantôt complaisant et professionnel, tantôt intrusif et menaçant. En soit, rien dans cette visite n'avait de sens. Jeune chef d'entreprise, elle avait appris à gérer son emploi du temps et son business avec une rigueur drastique et c'était avec cette même rigueur qu'elle transmettait ses ordres à ses employés. Elle peinait à croire que sa secrétaire avait accepté un tel rendez-vous sans raison valable. C'était quelque chose qu'elle ne parvenait pas à s'expliquer : s'agissait-il d'une simple erreur ou d'un individu si important qu'il avait su contourner sa petite procédure personnelle ? Et malgré cela, le nom de Cedronis ne lui rappelait absolument rien.

Il ne s'agissait pas pour autant de se montrer agressive ou inquiétée. Elle n'était pas là pour faire fuir les clients, et compte tenu de ce qu'elle avait perçu de cet entretien, Nam'ska se promit de s'intéresser davantage à cet individu. Pour cela, obtenir un accord commercial pérenne restait le meilleur moyen de garder un œil discret mais permanent sur ses activités. La jeune femme afficha son plus joli sourire, retenant un soupir énervé, et reprit délicatement le datapad des mains de son invité.

« Vous n'avez pas la moindre idée des stratégies commerciales et productives de notre entreprise, je me trompe ? » avait-elle commencé en jetant un œil à l'appareil dont il venait de lui demander le prix.

« N'y voyez là aucun reproche, je suis tout à fait consciente du fait que votre statut ne vous permet pas d'explorer plus en détails chacune des opportunités qui s'offrent à vous. Je ne vous en tiendrai pas rigueur et tâcherai donc d'être aussi exhaustive que possible. » continua t-elle, souriante, pour insister sur l'aspect tout à fait anodin de sa remarque.

En réalité, c'était typiquement le genre de situation qui l'agaçait. Elle cherchait à optimiser son temps au maximum. Il lui était parfois très difficile de dégager un créneau pour un rendez-vous, c'est pourquoi elle attendait de ses visiteurs des questionnements nécessitant une entrevue. Pourtant, c'était avec une aisance déconcertante que Cedronis lui avait demandé des renseignements tout à fait généraux qu'il aurait facilement pu obtenir sans passer par son intermédiaire. Nam'ska retenait, depuis de longues minutes déjà, un soupir agacé : ça n'était pas poli et son interlocuteur semblait déjà prendre suffisamment de plaisir à piquer son orgueil. Elle retint une seconde remarque, acide cette fois, à l'encontre du chagrien : il fallait bien qu'il s'agisse de quelqu'un d'important pour la voir contenir son courroux avec autant de calme. A la place, elle entreprit de répondre simplement à ses questions.

« A l'unité, comptez 2500 à 4000 crédits pour un modèle standard. Ce n'est qu'un prix d'exposition bien évidemment. Comprenez bien que leurs prix évolueront en fonction des bâtiments que vous souhaitez équiper, des améliorations que nous devrons lui apporter et, bien sûr, de la taille de votre commande globale. »

C'était un canon laser tout à fait standard. Et les prix qu'elle venait de lui donner était dans la droite lignée de ceux proposés sur le marché. En quelques manipulations sur l'écran, elle lui proposa de jeter un œil à un nouveau modèle à la puissance de feu supérieure :

« Ceux-ci sont destinés à équiper des appareils plus lourds : on l'a notamment installé sur des bombardiers. Il est plus performant et dispose d'une meilleure portée que le modèle précédent. C'est là qu'intervient tout l'intérêt de notre technologie : pour un prix supérieur, vous pouvez envisager d'armer des chasseurs avec ces mêmes caractéristiques. »

Si elle avait tout d'abord choisi de lui parler de l'allègement de l'armement et de son adaptation à des bâtiments plus légers, c'était parce que, jusque là, il s'agissait de la technologie qui lui était le plus réclamé. Nam'ska n'avait que des connaissances rudimentaires en la matière : de quoi trafiquer un vieux chasseur, pas d'innover pour des géants industriels. Çà, c'était le rôle de son pôle de recherche et développement qui travaillait constamment à la recherche d'une découverte permettant une application industrielle. La jeune femme prenait soin de se tenir au courant des avancées en la matière : chaque matin, un rapport simplifié des recherches menées la veille lui permettait de prendre connaissance des récentes découvertes, aussi minimes soit-elle. Elle avait la chance de disposer d'un pôle de recherche particulièrement développé et auquel elle avait choisi d'allouer une belle part du profit de l'entreprise.

Conformément à ce que son maître avait décidé avant sa mort, la MTC avait entamé un virement qualitatif que Nam'ska avait entrepris de compléter. Il ne s'agissait plus de produire en masse pour vendre à bas prix, mais de raisonner à la marge. Le nouveau mot d'ordre était simple : pas de stocks, on produisait à la demande en mobilisant toutes les unités productives. Une production rapide, efficace et aux pertes moindres qui permettait ensuite d'investir en recherche. C'est ce que Nam'ska entreprit de faire comprendre à son hôte en quelques phrases. Inutile de s’engoncer dans des discours tortueux et compliqués, l'idée était simple : Cedronis devait comprendre que, si commande il y avait, la CTC pourrait envisager de profiter des technologies à venir.

« Nous avons la chance de disposer d'une équipe de chercheurs qui ne manquent pas d'idées et dont les cerveaux bien remplis nous gratifient parfois de quelques bonnes surprises. De bonnes surprises dont vous pourriez bénéficier dans le cadre d'une commande ultérieure, si elle en vaut la peine du moins. »

Elle esquissa un nouveau sourire. Il était hors de question de développer à ce sujet : il s'agissait de lui mettre l'eau à la bouche, de lui montrer que cette petite société jusque là méconnue pouvait surprendre. Bien évidemment, il était inimaginable de proposer un nouveau produit dans des délais si courts, mais si leur première commande les satisfaisait, Nam'ska ne doutait pas du fait que les actionnaires de la CTC sauraient se rappeler de ses paroles.

« Je m'en excuse, mais je ne peux guère vous éclairer davantage, Monsieur Cedronis. Comprenez que nos cadences de production, tout comme nos prix, dépendent grandement, comme je vous l'ai auparavant affirmé, de vos exigences, de vos choix, et surtout de la taille de votre commande. Si j'ai su vous mettre en appétit, je serais ravie de vous faire un devis plus complet, mais pour cela, j'aurais besoin d'en savoir un peu plus quant aux détails de cette demande. »

Revenir en haut Aller en bas
Darth Afflictionis
Le Maître Sith
Le Maître Sith
avatar

Féminin
Nombre de messages : 198
Age : 27
Localisation : Ambria
Titre : Maître Sith
Humeur : Sinistre
Date d'inscription : 15/10/2009

Feuille de personnage
Allégeance: Ordre Sith - Lignée de Bane
Rang: Maître Sith
Niveau de combattant: 4

MessageSujet: Re: L'art de faire des compromis [PV Afflictionis]   Mer 11 Mar - 20:06



L’ambassadeur profita du bref silence qui s’était installé pour préparer son prochain coup. Il détailla davantage l’humaine pour tenter de discerner son état psychologique. C’était là un inconvénient des humains : en tant que race la plus nombreuse et étendue depuis les Mondes du Noyau jusqu’aux confins de la Bordure Extérieur, ils étaient faciles à observer. Il fallait un peu se pencher sur leur psychologie et sur de l’observation de terrain pour cerner les humeurs qu’ils affichaient pour tenter de les comprendre et anticiper leurs réactions. C’était un exercice qui avait été plutôt aisé pour Cedronis au cœur de Coruscant, capitale de l’Alliance Galactique, d’une part grâce à son côté observateur, mais également par les aptitudes d’Afflictionis dans la Force à pouvoir capter les émotions de ceux l’entourant. Bien que devant user de ses pouvoirs avec parcimonie sur la capitale galactique à cause de la présence de Jedi et de Chevaliers Impériaux, le chagrien avait du également se fier à lui-même pour manœuvrer certains de ses interlocuteurs. En comparaison, Darth Eliathan, le maître d’Afflictionis avait été beaucoup plus difficile à appréhender et pour cause, les Givins sont une espèce n’ayant que peu tendance à quitter leur monde natal d’une part mais aussi à cause de l’exosquelette qu’ils avaient qui recouvrait en partie leur visage. Il avait fallu au chagrien, plusieurs décennies pour arriver à lire sur son visage en étant certain de ne pas se tromper ni d’avoir été trompé par son maître.

Aujourd’hui, il regardait Nam’ska afficher un sourire de connivence qui ne suffisait pas à Stÿx pour être convaincu, ses dernières paroles sur son « intrusion » dans sa vie privée avaient été plutôt explicites, et au fond de lui, le chagrien pouvait parier que l’humaine ne l’appréciait pas vraiment. Elle fit une remarque en sous-entendant que le chagrien n’avait aucune idée de leurs moyens de fonctionner, mais Stÿx resta de marbre et se contenta d’hocher la tête tout simplement en guise de confirmation.
Intérieurement, le Seigneur Sith savait qu’il avait des projets et plans au combien plus importants que cette visite pour le compte de la Corporation Technique Corellienne. Indifférent de prime abord, il remarqua à quel point la jeune femme n’attendit pas sa réponse pour lancer le sujet des prix et du détail des produits qu’elle avait à proposer.
Était-elle pressée d’en finir ? Ou était-ce juste la présence de Cedronis qui la troublait ? Le chagrien laissa un maigre sourire de satisfaction parcourir ses lèvres bleues lorsqu’elle annonça les tarifs qui étaient dans la moyenne tout en arrivant à la conclusion que mademoiselle Eroidia devait s’agacer d’avoir perdu du temps dans une discussion précédente qui n’avait eu pas le moindre rapport avec la venue du représentant de la C.T.C.


- Joli catalogue.
Fit-il simplement avant d’ajouter : Voyez-vous, l’entreprise que je représente compte lancer prochainement un nouveau modèle de transporteur destiné à un usage civil et professionnel. Vous savez tout comme moi que certaines zones de l’espace ne sont plus vraiment sûres et que nos clients ont besoin d’avoir de quoi se défendre contre les pirates notamment et autres flibustiers de bas étage.

L’ambassadeur Cedronis connecta le datapad avec l’écran holographique de la pièce pour laisser afficher une représentation en trois dimensions du concept-design du cargo dont il avait parlé. Il était plus petit, plus compact qu’un modèle classique YT-1300. D’une longueur d’environ 21 mètres, ce modèle n’avait encore aucun nom hormis celui du prototype « Griffon ». L’ensemble des données techniques n’étaient pas affichées en dehors des emplacements réservés à l’armement : autrement dit, Cedronis ne donnerait que les informations dont Nam’ska Eroidia et son entreprise auraient besoin. Il prit la parole d’un ton plutôt concentré sur la question non sans évoquer les brillants cerveaux cités par son interlocutrice quelques instants plus tôt.

- Je crois que vos chercheurs seraient bien intéressés de travailler à la conception de ce modèle. Mais ils se limiteront à l’armement seulement. Nous partions sur un armement standard, deux canons lasers, un lanceur de missiles à concussion ainsi qu’une batterie quad-laser. Mais si effectivement, votre armement est plus léger, nous pourrions rajouter une batterie secondaire dans une version.

La batterie de quad-laser serait située sur le sommet de l’appareil, tandis que les deux canons sur les côtés. Le lanceur de missiles à concussion quant à lui, serait situé à la gauche du cockpit.

- Nous pensons que notre premier modèle sera achevé d’ici six mois et nous servira deux mois pour les tests divers et éventuelles problèmes à corriger. Pour le moment, nous avions l’intention de lancer une première production un mois après pour l’an prochain. Cette première production compterait 200 modèles afin de tester si le client est conquis ou non, pour ensuite produire un total de 20.000 exemplaires et dérivés ou plus si le lancement du produit est un franc succès. Je vous laisse imaginer les bénéfices que votre société ferait si vous acceptez de coopérer avec nous.

Au delà du projet « Griffon » en lui-même, Afflictionis espérait beaucoup de ces technologies mais sa prudence l'incitait à prendre des précautions. Le but premier était tout simplement de s'assurer par le biais de ce cargo que cet armement proposé par la M.T.C. était viable. Ce serait ainsi une sorte de test pour s'assurer de la fiabilité du produit avant de proposer à la M.T.C des contrats plus juteux sur des bâtiments bien plus gros.

- A tout hasard, qu'est-ce que votre entreprise propose en matière d'armement plus lourd dirons-nous ?
______________
HRP: Le lien du cargo en question: Griffon

_________________
"Hear me now ! Feel my blade !
There is no more time for apologies,
Malevolent emotions, take hold of me
Are you ready to begin your trip to the other side?
Death is an old friend of mine"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'art de faire des compromis [PV Afflictionis]   Dim 19 Avr - 23:08

Son indifférence générale lui donnait littéralement des envies de meurtre. Nam'ska n'aimait décidément pas cet individu. Il se permettait de réclamer un rendez-vous sans rien connaître de sa gamme de produits et en se permettant au passage de quémander quelques informations sur sa vie privée. S'il n'avait pas été un personnage important dans le paysage politique et commercial, elle se serait certainement fait une joie de se montrer plus sèche et de lui indiquer froidement la sortie avec l'autorité dont elle savait faire preuve, mais elle n'était pas seule dans cette affaire. Chaque action qu'elle entreprenait dans le cadre de son rôle de PDG de la Muro Technologies Corporation avait des conséquences d'ampleur bien supérieures. Il y avait l'héritage de Keenan Muro qui avait passer sa vie à faire grandir cette merveille qui servirait bientôt les Siths et bien sûr, l'Ordre, qui s'éveillait de sa longue léthargie et qu'un support logistique permettrait sans doute d'accompagner dans ses premiers pas. Ce n'était pas le moment de céder à ses sautes d'humeur, aussi foudroyantes soient-elles.

Pourtant, plus leur discussion avançait, moins la perspective de signer un contrat industriel ne lui paraissait probable. A ce stade de leur conversation, elle commençait à se demander si elle aurait de nouveau vent d'une commande d'armement de la Corporation Technique Corellienne après que Stÿx ait passé la porte de son bureau. Il n'y avait rien de réellement concret. Chacune des questions posées par le chagrien trouvait facilement sa réponse dans leur catalogue public. Les caractéristiques, le poids, le prix et la politique de l'entreprise : tout ce sur quoi il avait entrepris de la questionner jusqu'à maintenant. Si Stÿx ne s'était avéré être qu'un homme d'affaires qui lui faisait perdre son temps, son comportement n'aurait certainement pas autant retenu son attention. Ce qui lui déplaisait plus que tout, c'était que cette conversation avait tout l'air d'un interrogatoire. Nam'ska avait cette détestable impression d'être sondée. Au-delà de son entreprise, de sa marchandise, il était question d'elle, de son passé et de son habilité à faire face à la situation. Elle avait beau se montrer la plus professionnelle et concise possible, chaque mot qui sortait de sa bouche représentait une information personnelle que le chagrien s'empressait de dévorer instantanément. La jeune femme ignorait ce que pouvait bien cacher une telle attitude, mais une chose était sûre. Elle devait y mettre un terme, au plus vite.

Elle porta une nouvelle fois le verre à ses lèvres, prenant son air le plus naturel. Stÿx était un habile orateur, c'était certain, et elle ne doutait malheureusement de ses capacités de perception. Un seul faux pas pourrait sûrement la trahir : il s'agissait d'être sèche, sans transmettre une quelconque inquiétude. Les conseils de son mentor lui revenaient en tête : la négociation avait presque tout d'un duel de sabre. Il y avait des bretteurs, des armes sous la forme de moyens de pression et un désir irrémédiable de l'emporter sur l'autre. Mais, comme Muro le lui avait si souvent fait remarquer, quand l'adversaire se fait un peu trop menaçant, mieux vaut mettre un terme au combat pour le reprendre plus tard à armes égales. Fuir n'était pas forcément un acte lâche, c'était aussi faire preuve de ruse pour mieux prendre le devant dans le futur. C'est ce qu'elle tenterait d'appliquer à la lettre.

Alors Nam'ska entreprit de se pencher à nouveau sur leur cœur du sujet. Elle examina le modèle en question sous tous ses angles tentant d'estimer les possibilités permises par un tel appareil. Commercialement parlant, le contrat avancé par le chagrien était tout à fait alléchant. Se fermer les portes de la CTC était tout simplement suicidaire et cette potentielle coopération pourrait signer le début d'une entente commerciale. Pas une seconde elle n'avait douté de ces fameux bénéfices qu'il lui faisait miroiter. L'alliance des vaisseaux de qualité de la CTC et de son armement plus lourd ne manquerait certainement pas non plus d'attirer des clients. Si contrat il y avait, la réussite était presque acquise. Restait à régler les clauses de ce contrat et à mettre les choses au clair avec le négociateur.

« C'est une offre de qualité, je dois l'avouer. Vous prêchez déjà une convaincue : c'est typiquement le genre de modèles que nous nous efforçons d'équiper depuis quelques temps. L'armement lourd est clairement monopolisée par les grandes corporations et il nous est difficile de rivaliser à moins de mettre au point un produit d'un genre nouveau. Ce sont ces gammes moyennes que nous devons mettre en œuvre pour nous faire une place. »

L'offre semblait étrangement se profiler davantage. C'était une opportunité inespérée à ne pas laisser passer, mais celle-ci induirait sûrement de rencontrer d'autres responsables de la CTC. Stÿx n'était qu'un intermédiaire dans cette histoire et, s'il n'avait pas menti, elle aurait sans doute à faire à quelqu'un d'autre par le futur. Garder un œil sur le chagrien lui parut essentiel : il s'intéressait d'un peu trop près à ses affaires, bien qu'elle ne sache pas trop si c'était davantage un atavisme hérité de son évolution dans le milieu politique ou une véritable intention d'en savoir plus sur elle.

« Quoi qu'il en soit, je suis incapable de vous en dire plus pour le moment. Je vais bientôt devoir rencontrer un autre client – mon planning est un peu chargé ces derniers temps, vous m'en excuserez. Si vous vous intéressez à d'autres produits de notre corporation, je vous invite à consulter notre catalogue, il sera certainement plus parlant que les maigres explications techniques que je suis en mesure de vous fournir. »

Elle se leva, comme pour lui forcer la main et lui faire comprendre que son départ devenait nécessaire, tout en affichant un sourire poli.

« Pour votre fameux projet de cargo, je dois en parler davantage avec mes ingénieurs pour vous faire part de ce qui est envisageable. Mais je peux vous garantir qu'en nous laissant les délais nécessaires, nous serons en mesure de vous procurer des produits innovants et de qualité. Si vous le voulez bien, je vous invite à transmettre à nos équipes les plans détaillés de votre appareil pour vous faire parvenir nos premières propositions, après avoir signé un contrat bien évidemment. Nous ne comptons pas profiter de vos technologies à votre insu. »
Revenir en haut Aller en bas
Darth Afflictionis
Le Maître Sith
Le Maître Sith
avatar

Féminin
Nombre de messages : 198
Age : 27
Localisation : Ambria
Titre : Maître Sith
Humeur : Sinistre
Date d'inscription : 15/10/2009

Feuille de personnage
Allégeance: Ordre Sith - Lignée de Bane
Rang: Maître Sith
Niveau de combattant: 4

MessageSujet: Re: L'art de faire des compromis [PV Afflictionis]   Sam 25 Avr - 0:17



Les affaires allaient visiblement dans le bon sens. Le calcul était des plus simples : à quatre mille crédits le canon laser – pour la tranche haute-, il suffisait de multiplier par le nombre d’exemplaires pour avoir une étendue des bénéfices qui profiteraient à la M.T.C. Deux cent exemplaires étaient garantis au minimum, chaque vaisseau serait équipé de deux canons lasers produits par l’entreprise de Nam’ska Eroidia, ce qui faisait au bas mot un contrat d’un million six cent mille crédits. Si le prototype Griffon était un succès, cela assurerait la production de vingt mille appareils à armer. Le contrat s’élèverait donc au total à cent soixante et un millions six cent mille crédits. Une offre pareille ne se refusait pas, et encore c’était seulement si la C.T.C. commandait seulement les canons lasers à la M.T.C ! Et si le Griffon était encore mieux vendu, cela signifierait encore plus de crédits.
Stÿx Cedronis était intérieurement triomphant, la perspective du profit semblait avoir littéralement balayé toutes les réticences potentielles de la jeune humaine ainsi que son animosité envers le chagrien. Elle était définitivement conquise, le contrat serait rapidement signé pensa l’homme d’affaires qui esquissa un sourire de connivence. La jeune femme se leva pour signifier que l’entretien était terminé. Au fond de lui le chagrien était resté placide l’espace d’un instant devant les immenses dividendes qui allaient lui être reversés sous peu. Afflictionis n’avait cure des crédits, ceux-ci n’étaient nullement une fin en soit : ils étaient un moyen. Un moyen parfait pour mener ses affaires et intrigues, un outil pour asseoir son influence et sa domination à travers le tissu politico-industriel galactique de l’Alliance Galactique, mais aussi pour atteindre l’Empire. Le chagrien brassait énormément d’argent chaque année entre ses diverses fonctions à travers la galaxie.


- Parfait ! Nous nous comprenons. Mon planning est également chargé. Vous savez lier mes activités politiques et professionnelles ne sont pas aisées. Ravi de constater que notre offre semble vous plaire. Sachez néanmoins que vous n’aurez aucunement accès aux plans détaillés de notre prototype. Nous vous fournirons uniquement les données dont vos équipes auront besoin, c’est ainsi que la Corporation Technique Corellienne fonctionne ainsi que la politique de son président que vous rencontrerez bientôt afin d’officialiser la signature de notre accord.


Avait-il lancé avec un certain enthousiasme tout en claquant les paumes de ses grandes mains l’une contre l’autre comme pour signer une forme de pacte. Il se redressa et se leva de son fauteuil pour surplomber de toute sa taille son interlocutrice. Le chagrien lui serra la main d’une poigne ferme avant d’ajouter quelques mots.

- Merci encore de m’avoir accordé un peu de votre temps. Nous nous reverrons sans doute dans un avenir proche. Au revoir.

Puis il fit volteface et quitta la salle dans laquelle il avait passé cet entretien. Cette jeune femme au passé trouble avait attiré son attention, et il n’allait pas l’oublier de sitôt. Il avait senti chez elle un certain malaise sans réussir à mettre le doigt dessus. Quoiqu’il en soit, il ne mentionnerait aucunement ce point de détail dans son rapport à rendre au conseil des actionnaires : ce ne serait pas pertinent. Évidemment que Nam’ska croiserait d’autres intermédiaires de la C.T.C., le chagrien y comptait bien. Il avait une forte influence sur l’entreprise, y compris auprès de son PDG, même si malheureusement et en dépit de ses efforts constants, le chagrien ne contrôlait pas entièrement cette compagnie. Il avait du poids, assez pour faire pencher la balance dans certaines prises de décisions, mais pas assez pour avoir une marge de manœuvre totale. Il faudrait faire avec. Dans un sens, ce n’était pas une mauvaise chose : un contrôle total de la C.T.C. l’obligerait à abandonner certaines de ses fonctions notamment au sein du groupe Oydal dont il était le président, mais aussi auprès du comité industriel qu’il avait fondé, association regroupant plusieurs gros industriels afin de faire valoir leur opinion et défendre leurs intérêts auprès des sphères politiques de l’Alliance Galactique.

Afflictionis ne pouvait se permettre de trop abandonner son emprise aussi vaste pour se concentrer sur une seule. Un pouvoir éparpillé était dans certains cas, préférable à un pouvoir concentré en une seule entité. Et pour le moment, ceci convenait très bien à ses projets plus personnels…



_________________
"Hear me now ! Feel my blade !
There is no more time for apologies,
Malevolent emotions, take hold of me
Are you ready to begin your trip to the other side?
Death is an old friend of mine"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'art de faire des compromis [PV Afflictionis]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'art de faire des compromis [PV Afflictionis]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TUTO] Faire des socles
» Faire des arbres?
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» [Tutoriel] Une gourde sympa à faire.
» Faire disparaitre des traces de feutre permanent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars - L'Aube du Crépuscule :: SECTEUR II - CARTE GALACTIQUE :: Mondes de l'Alliance Galactique :: Corellia-
Sauter vers: